Getty Images

"Souvent, quand vous ratez deux penalties, vous ne gagnez pas…"

"Souvent, quand vous ratez deux penalties, vous ne gagnez pas…"

Le 19/06/2019 à 00:07Mis à jour Le 19/06/2019 à 10:08

EURO U21 - C’est un petit miracle qui a eu lieu ce mardi à Cesena. D’abord malmenée par une équipe anglaise joueuse puis ultra-maladroite, l’équipe de France a réussi à renverser une situation qui semblait très compromise avec deux buts en toute fin de match. Le genre de victoire qui peut faire basculer une compétition.

15 ans et quelques jours. Mais la délivrance est toujours aussi belle. Le 13 juin 2004, lors d’un Euro démarré tambour battant, Zinédine Zidane renversait l’Angleterre par la force de son talent (2-1). Ce 18 juin, il n’y avait pas la grâce et la magie de ZZ. Loin de là même. Mais le résultat est similaire : une perfide Albion renversée et le sentiment d’une victoire qui peut marquer un groupe.

    Parce que ces Bleuets sont passés par tous les états ce mardi à Cesena. L’indécision, la peur, l’impuissance puis la révolte. C’est cette dernière qui a permis aux hommes de Sylvain Ripoll d’arracher un succès précieux. Treize ans après sa dernière participation, l’équipe de France espoirs peut encore croire à une qualification en demi-finale. Mais Dieu que ce fut dur. Presque inespéré à dire vrai.

    "On est très soulagés, a avoué d’emblée Houssem Aouar au micro de beIN Sports. Au début, ça a été très compliqué pour nous. On s’est dit qu’on était peut-être dans un jour sans, notamment avec les penalties manqués et les occasions". Le Lyonnais le sait, ce qu’il s’est passé mardi est anormal. Les Bleuets ont obtenu deux penalties. Pour deux échecs. Le genre de performances qui fait tâche.

    Coaching gagnant

    Mais ces jeunes Tricolores n’ont rien lâché. En supériorité numérique, ils ont poussé, même maladroitement, pour aller chercher ce résultat. C’est ce qu’a tenu à souligner un Sylvain Ripoll soulagé au même micro : "On a fait preuve de beaucoup de personnalité parce que, souvent, quand vous ratez deux penalties ; vous ne gagnez pas". Les Bleuets ont gagné. Et Ripoll y a même apporté sa touche.

    Face à la fatigue adverse, le Breton a misé sur Marcus Thuram et Jean-Philippe Mateta pour changer la donne. Bingo. "Le sang frais nous a fait du bien", soulignait à juste titre Aouar après coup. "Les trois qui sont rentrés ont apporté un vrai plus et puis il y a tous ceux qui ne sont pas rentrés qui ont poussé leurs coéquipiers très forts pour une issue très heureuse pour nous", a poursuivi Ripoll. Heureuse et complètement folle. Comme il y a quinze ans. En espérant que, cette fois-ci, le résultat final soit différent pour ces Bleuets.

    Jonathan Ikoné buteur face à l'Angleterre
    Pariez sur le Football avec Winamax
    1
    N
    2
    Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
    0
    0