Eurosport

Coupe du monde féminine U20 Les Bleuettes doivent apprendre vite" (sélectionneur)

"Les Bleuettes doivent apprendre vite" selon leur sélectionneur
Par AFP

Le 11/08/2018 à 12:26Mis à jour Le 11/08/2018 à 12:27

COUPE DU MONDE FEMININE U20 - Trop nerveuse contre le Nouvelle-Zélande (0-0), l'équipe de France jouera un match-couperet contre les Pays-Bas dimanche à Saint-Malo et le sélectionneur Gilles Eyquem estime que ses joueuses "doivent apprendre vite" si elles veulent poursuivre "leur" Mondial de foot féminin des moins de 20 ans.

Comment expliquez-vous le nul contre la Nouvelle-Zélande, qui a dû être frustrant ?

Gilles Eyquem : "C'est énormément frustrant, surtout après avoir revu les images. Dans le feu de l'action, on avait le sentiment que ce qu'on avait mis en place n'avait pas fonctionné, or les choses étaient en place, on a surtout manqué de justesse technique et dans les choix de jeu. On n'a pas su réaliser ce qu'on avait travaillé et ça, ça me gêne. Il faut que les filles soient encore plus impliquées et il faut qu'elles apprennent vite. Ce type de compétition nécessite d'être beaucoup plus engagées dans les matches. Il y a peut-être un peu de fébrilité. Quand on discute avec elles, il y a ça qui remonte. Elles se mettent la pression toutes seules, parce que c'est en France, qu'elles veulent bien réussir et ça fait trembler les pieds un peu. Mais maintenant on est rentré dans la compétition, on a tout pour réussir, il faut s'en donner les moyens".

Comment voyez-vous le match face aux Pays-Bas (premiers du groupe A avec 6 points et déjà qualifié) ?

G. E. : "C'est une équipe qui a plus de stabilité dans le jeu, c'est assez classique, c'est le jeu des Pays-Bas. Elles font des choses simples mais bien. Je pense qu'on sera certainement plus à l'aise contre elles car il y a moins de pression athlétique de leur part. Ça reste de bonnes joueuses, mais qui laissent peut-être l'équipe adverse jouer un petit peu plus. A nous de montrer qu'on est capable de faire plus".

Êtes-vous surpris de la performance d'équipes comme l'Espagne ou l'Angleterre (adversaire potentiel de la France en quarts) qui montrent que la compétition sera très ouverte ?

G. E. : "L'Espagne, ce n'est pas une surprise pour moi, je mettais cette équipe-là parmi les favorites même si elle était dans un groupe très très difficile avec les Etats-Unis et le Japon. Mais je pense qu'on voit toute la difficulté des premiers tours où il y a des groupes où on ne sait pas trop ce qui va se passer. Les Anglaises ont impressionné nos observateurs sur leur potentiel athlétique et notamment leur puissance de feu devant. On connaît toutes ces équipes, on connaît leurs particularités. Il y a de bonnes équipes mais, on va pas se cacher, on a un potentiel offensif qui est supérieur. Maintenant il faut qu'on montre que c'est une vérité et pas simplement sur le papier. Il faut qu'on aille faire beaucoup plus".

0
0