Si les deux derniers France-Suède se sont terminés sur le même score (2-1), ce ne fut pas en faveur du même pays. Flash-back.

2011 : Match pour la 3e place de la Coupe du Monde - la Suède au finish

16 juillet 2011. Après avoir chuté en demie finale face aux USA (3-1), la France retrouve la Suède à Sinsheim, en Allemagne, pour le match comptant pour la troisième place de la Coupe du Monde. Devant 25 000 spectateurs enthousiastes, l'inévitable Lotta Schelin ouvre la marque à la 29e minute avant que Thomis, entrée en jeu à la place de Nécib blessée, n'égalise sur un bon service de Gaëtane Thiney (56e). On assiste jusqu'alors à un match équilibré, avec notamment une barre de chaque côté, par l'intermédiaire de Bussaglia côté tricolore et Öqvist pour la Suède. Cette dernière, très remuante, va se faire exclure pour une charge jugée illégale sur Sonia Bompastor (68e).
Football féminin
Coronavirus : une joueuse du PSG testée positive
27/06/2020 À 14:15
Les Scandinaves, réduites à dix, parviendront à arracher la victoire en fin de match par Hammarstrom, qui expédie un missile en pleine lucarne de Céline Deville, impuissante (82e). Cette défaite constitue tout de même le meilleur résultat de l'équipe de France dans cette compétition. Les Suédoises avaient certainement un poil plus d'expérience de ce genre de rencontres puisqu'elles avaient déjà brillé en Coupe du Monde auparavant (2e place en 2003, 3e place en 1991).

FOOTBALL 2011 France - Suède (Thomis)

Crédit: Panoramic

2012 : Quarts de finale des Jeux Olympiques - la défense tricolore passe à l'attaque

3 aout 2012. Après avoir fini 2e de son groupe derrière les USA, la France affronte, en quarts de finale des JO de Londres, la Suède de Lotta Schelin, pour ce qui s'annonce être un remake de la "petite finale" de la Coupe du Monde de 2011. Dans un match tendu, l'attaquante vedette de l'équipe scandinave peine à s'exprimer tant la défense centrale tricolore Renard-Georges la connait par cœur. La solution pour débloquer cette rencontre va venir de coups de pied arrêtés. Tout d'abord sur un corner côté droit, la capitaine suédoise Nilla Fischer domine tout le monde et ouvre la marque de... l'épaule! (18e) Pas très académique, mais efficace.
Les Bleues sonnent la révolte par l'intermédiaire de Sonia Bompastor, qui nous offre une remontée de terrain dont elle a le secret sur son côté gauche et vient distribuer un caviar sur la tête de Louisa Nécib. But ! On croit alors assister à l'égalisation tricolore, mais le drapeau se lève pour une position de hors-jeu... (22e) Ce n'est que partie remise puisque quelques minutes plus tard, Laura Georges profite d'un mauvais dégagement de la portière suédoise sur un corner français pour égaliser de la tête (29e). Il ne faudra patienter que 10 minutes pour que son binôme de défense, Wendie Renard, ne lui réponde. Cette fois, Sandrine Soubeyrand s'élance pour tirer un coup-franc venu de la droite. Laura Georges remet de la tête pour Delie qui glisse à Renard, qui fusille la gardienne suédoise à bout portant (39e).
La France, qui avait mené 2-0 avant de se faire reprendre 2-4 par les USA en phase de poules, tiendra-t-elle ce résultat ? Et bien oui, les Scandinaves auront beau jeter leur dernières forces dans la bataille, leurs attaques resteront stériles. Grâce à sa charnière centrale, l'Equipe de France prend sa revanche sur la Suède et composte son billet pour la demi-finale. La paire Georges-Renard aura été un atout défensif comme offensif puisqu'elles termineront la compétition avec chacune deux buts au compteur. Eliminer la Suède - un gros calibre des compétitions internationales - est très positif à ce stade, mais la suite de l'histoire le sera moins. Défaite en demie face au Japon (1-2), défaite contre le Canada lors de la petite finale (1-0), les Tricolores ne pourront faire mieux qu'à la Coupe du Monde et échoueront à nouveau au pied du podium.

8 février 2014 : Quel scénario cette fois ?

Un an et demi après leur dernière confrontation, la France et la Suède se retrouvent pour la belle. Mais cette fois, les enjeux sont complètement différents. Il s'agit d'un match amical, pas d'un match à élimination directe d'une grande compétition. Côté suédois, deux éléments sont à prendre en compte : l'effectif sera amputé de plusieurs joueuses cadres et le Championnat suédois n'a pas encore repris, ce qui pourrait jouer un rôle important dans l'état de forme des scandinaves samedi. Sur le papier, avantage à la France donc ! Mais comme le prédisent Corine Franco et Josefine Öqvist, cela risque d'être un match très serré. Verdict samedi aux alentours de 22 h.
Football féminin
Cécile Locatelli : "Trop peu de présidents osent aller dans le football féminin"
01/02/2020 À 16:27
Football féminin
"On a besoin de transmettre" : Echouafni explique pourquoi il est venu dans le foot féminin
01/02/2020 À 15:55