Après avoir tout gardé pour lui, Patrice Evra a décidé de devenir un exemple. Retraité depuis deux saisons, l’ancien international français aura attendu d’avoir 40 ans pour se livrer sur un traumatisme qui le hante depuis son adolescence. Et c’est dans son autobiographie, intitulée "I Love this game" et dont le Times a publié des extraits, que l’ancien défenseur de Manchester United a décidé de se confier pour la toute première fois sur les agressions sexuelles qu’il a subi enfant.
Alors âgé de 13 ans, Patrice Evra vivait trois nuits par semaine dans la maison du principal de son collège, qui lui avait fait cette proposition afin de réduire ses temps de trajet entre son domicile de la commune des Ulis (située au sud-ouest de Paris) et son nouvel établissement scolaire. Usant de son emprise sur ce jeune garçon, ce dernier s’est “régulièrement introduit” dans la chambre d’Evra pour abuser du futur défenseur international français. Ces agressions sexuelles, décrites en détail au début de l’autobiographie, font froid dans le dos.

Patrice Evra.

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Di Maria ému aux larmes, Delort en sauveur, Monaco puni au buzzer... Les Tops et Flops
IL Y A 24 MINUTES

Un sentiment de honte

“Croyant que je dormais, il passait ses mains sous ma couette et essayait de me toucher. Je savais que ce qu'il faisait était mal, alors j'essayais de le repousser et de le frapper. J'étais robuste, mais j'avais peur [...]. Ça pouvait durer 10 ou 15 minutes, comme une bagarre. Il ne rigolait pas, il essayait à tout prix de m'enlever mon pantalon. Dans le noir, il ne parlait pas. Mais il se touchait et la situation l'excitait sexuellement. [...] La dernière nuit chez lui, quand il savait que j'allais rentrer chez moi, il a fini par réussir. Il a mis mon pénis dans sa bouche”.
Avant d’entreprendre l’écriture de son livre, Patrice Evra n’avait jamais osé parler de ce qu’il a enduré, mis à part à sa fiancée, Margaux Alexandra, avec qui il vient d’avoir un petit garçon nommé Lilas Latyr. En se confiant au Times, Evra a dévoilé qu’il n’a jamais réussi à raconter ces abus à sa propre mère, par “honte” et "peur du regard des autres". A 24 ans, âge auquel il évoluait à l’AS Monaco, il a même décidé de nier les faits auprès de la police, qui enquêtait sur son ancien principal pour des faits similaires. Ce n’est qu’il y a deux semaines, pour devancer la publication de son autobiographie, que Patrice Evra a réussi à franchir le pas auprès de celle qui lui a donné la vie.

Patrice Evra

Crédit: Eurosport

Il raconte : "Forcément, ma mère était dévastée. C'était difficile pour elle. [...] Elle avait compris que quelque chose n'allait pas quand je lui avais dit que je ne voulais plus dormir chez le principal. Mais j'ai attendu d'avoir 40 ans pour lui en parler. C'était un choc pour elle. Beaucoup de colère. Elle m'a dit qu'elle était désolée. De ne pas mettre ça dans le livre, que c'était privé. Mais quand je lui ai répondu que je ne le faisais pas pour moi mais pour les autres enfants, elle a compris".

Aider à libérer la parole

Ce témoignage, Patrice Evra ne le fait pas uniquement pour lui. Mais surtout pour tous les autres enfants qui sont confrontés à des faits d’agressions sexuelles, dont il voudrait aider à libérer la parole grâce à son aura d’ancien footballeur professionnel et à son statut de personne publique. "Je veux que les gamins aient le courage de parler et ne se sentent pas coupables, parce que je me suis toujours senti coupable. Je n'ai pas peur de dire que le fait de ne pas en parler m'a fait me sentir comme un lâche pendant de longues années. [...] Vivre avec ça a été l'un de mes plus gros regrets, parce que j'aurais pu aider tellement de gens. J'en ai assez de cette masculinité toxique. Pour mon père, pleurer était un signe de faiblesse, mais ce n'est pas le cas. [...] Je préfère être une source d'inspiration et un exemple qu'une victime".

Patrice Evra à Clairefontaine en novembre 2016

Crédit: AFP

Interrogé sur la suite qu'il aimerait voir découler de ses confidences, Patrice Evra n'est pas sûr de lui. "Je ne déteste pas celui qui m'a fait ça, c'est mon côté fou. Je pardonne toujours, donc je ne sais pas si je veux le voir en prison", dit-il. "Cette personne n'existe plus. Le traumatisme a été fait. La seule raison pour laquelle je voudrais le voir en prison, c'est pour protéger d'autres enfants. Pour moi, je n'obtiendrai aucune satisfaction". Désormais retraité après plus de vingt longues années de carrière, Patrice Evra semble être prêt pour débuter sa nouvelle vie.
Ligue 1
"Kylian", banderole à l'endroit et feu d'artifice : le samedi magique de Paris
IL Y A 26 MINUTES
DFB-Pokal
Nkunku encore buteur, première pour Leipzig
IL Y A UNE HEURE