Nasri en chef d'orchestre

Nasri en chef d'orchestre
Par Eurosport

Le 17/11/2007 à 13:15Mis à jour

Passeur puis buteur, Samir Nasri a été la grande satisfaction tricolore lors du match nul des Bleus face au Maroc (2-2). Lassana Diarra a également réalisé une belle prestation dans l'entrejeu. La défense française et Mickaël Landreau ont connu plus de di

MICKAEL LANDREAU

Le gardien des Bleus a connu une soirée difficile au Stade de France. Touché lors d'un choc avec Sektioui (4e), il a ensuite commis une erreur fatale en relâchant une frappe de Hadji dans les pieds du même Sektioui pour l'ouverture du score marocaine (9e). Il s'est un peu repris par la suite à l'image d'une belle parade sur un coup franc de Safri (38e), mais une nouvelle sortie hasardeuse sur un centre venu de la droite aurait pu coûter un but aux Bleus si Hadji avait été plus adroit (77e). Impuissant sur l'égalisation de Mokhtari (85e).

FRANÇOIS CLERC

Titularisé au poste de latéral droit, le Lyonnais a souvent tenté d'apporter le surnombre en phase offensif, même s'il a parfois manqué de précision dans ses centres. Plus audacieux qu'à l'accoutumée, il a également réussi une belle frappe croisée détournée en corner par le portier marocain (26e). Plus effacée en deuxième période, malgré une nouvelle tentative trop croisée (63e). Défensivement, il n'y pas grand chose à lui reprocher.

LILIAN THURAM

Stoppeur sur le côté droit de la défense centrale, Lilian Thuram a parfois connu des difficultés à maîtriser les attaquants marocains. Absent au marquage sur Sektioui pour l'ouverture du score marocaine (9e), le Barcelonais a aussi été gêné par le positionnement plus en retrait de Marouane Chamakh. Remplacé par Sébastien Squillaci (64e).

WILLIAM GALLAS

Le défenseur d'Arsenal voulait faire parler son jeu de tête sur les coups de pied arrêtés en phase offensive, mais il n'a jamais été trouvé. A l'instar de Thuram, il a lui aussi manqué de vigilance sur le premier but de Sektioui. Le stoppeur des Bleus n'a pas dégagé sa sérénité habituelle. Remplacé par poste pour poste par Eric Abidal (46e), un peu laxiste sur l'égalisation de Mokhtari (85e).

PATRICE EVRA

Le joueur de Manchester United a multiplié les montées sur son côté gauche, tentant à de nombreuses reprises de combiner avec son ancien coéquipier monégasque, Jérôme Rothen. Sans grande réussite, mais sa capacité d'accélération et sa technique sont des qualités précieuses pour un arrière gauche, ce qu'il a encore prouvé face au Maroc. Surpris par l'appel d'Alloudi, auteur de la passe décisive sur Mokhtari (86e), il a sa part de responsabilité sur l'égalisation marocaine.

CLAUDE MAKELELE

Le milieu de Chelsea a été plutôt discret, récupérant moins de ballons qu'à l'accoutumée. Peut-être pour ne pas trop se dépenser en prévision du déplacement décisif en Ukraine. La qualité de son placement et son sens du sacrifice restent cependant précieux, à l'image de ses deux sauvetages consécutifs sur des frappes de Sektioui et Hdji (32e). Remplacé par Jérémy Toulalan (46e), beaucoup plus discret que lors de la victoire tricolore sur la Lituanie.

LASSANA DIARRA

Plutôt habitué à évoluer au poste d'arrière droit en équipe de France, Lassana Diarra a profité d'une de ses rares titularisations au poste de milieu défensif pour faire parler son activité. Impérial dans la récupération, son domaine de prédilection, il a aussi montré des qualités intéressantes pour orienter le jeu des Bleus. Une prestation pleine de promesses pour le joueur d'Arsenal, dont les qualités semblent en faire le successeur naturel de Claude Makelele.

SIDNEY GOVOU

Le Lyonnais a confirmé ses qualités de buteur en signant l'égalisation tricolore d'une belle frappe croisée, au terme d'un joli double une-deux avec Samir Nasri (15e). Il a apporté sa percussion sur le flanc droit de l'attaque française, mais il a aussi fait preuve de maladresse sur un contrôle manqué alors qu'il filait seul au but (63e). Sa prestation d'ensemble reste cependant très satisfaisante. Remplacé par Hatem Ben Arfa (74e), qui n'a pas pu se mettre en évidence.

SAMIR NASRI

Aligné en soutien de Karim Benzema, le milieu offensif des Bleus a été le grand bonhomme du match. Auteur d'une passe décisive, avec la complicité involontaire d'un défenseur marocain, sur l'égalisation de Govou (15e), le Marseillais a ensuite donné l'avantage aux siens d'une très belle demi-volée du pied gauche à l'entrée de la surface (75e). Dangereux sur les coups de pied arrêtés, précis dans ses passes et dans ses prises de balle, il semble de plus en plus proche de son meilleur niveau.

JEROME ROTHEN

Le Parisien a eu du mal à se mettre dans le match et a perdu beaucoup de ballons et n'a pas connu beaucoup de réussite dans ses transversales. Bien pris par Mickaël Chrétien, il a tenté de combiner avec Patrice Evra avec un succès mitigé. Un peu mieux en deuxième mi-temps, il a cédé sa place à Mathieu Flamini (81e), qui célébrait à cette occasion sa toute première sélection.

KARIM BENZEMA

Le buteur lyonnais avait déclaré cette semaine qu'il préférait évoluer avec un autre attaquant à ses côtés, et ce match face au Maroc ne le fera certainement pas changer d'avis. Aligné seul en pointe, il n'a que trop rarement pu se défaire de la charnière centrale marocaine et ses coéquipiers ont eu beaucoup de mal à le trouver. Une frappe trop enlevée à son actif (63e). Remplacé par Nicolas Anelka (63e), bien plus à l'aise dans le poste d'unique attaquant. Le buteur de Bolton s'est signalé sur un bon tir croisé (72e) avant de faire preuve d'un timing parfait sur une remise de la tête conclue victorieusement par Nasri (75e).

0
0