À Madrid, le patron, c’est toujours le Real. Les hommes de Carlo Ancelotti, irrésistibles depuis le début de la saison, sont venus glaner un neuvième succès de suite sur la pelouse de l’Atlético, leur voisin honni (1-2). Sans être une nouvelle fois brillants dans le jeu, les Merengue, toujours privés de Karim Benzema, ont fait parler leur réalisme implacable pour écœurer des Colchoneros volontaires et mal payés, surtout en première période. Cette victoire, qui a parfois senti le souffre, permet au Real Madrid de reprendre la tête du classement en Liga, avec 18 points au compteur. Sur 18 possibles, donc.
La Liga
Le Real repart et peut dire merci à Kroos
10/11/2022 À 22:25
Une équipe du Real en mode rouleau compresseur depuis le mois d’août. Un club de l’Atlético qui enchaîne les prestations en dent de scie et doit se reprendre après sa défaite face à Leverkusen sur la scène européenne. Sur le papier, ce derby disputé dans le cadre de la sixième journée n’avait rien de très équilibré. Et, comme il fallait s’y attendre, la tension a souvent été à son comble, avec le moindre contact tout à la fois limite et contesté. Dans cette ambiance de feu, ce sont les Colchoneros qui ont d’abord été les plus dangereux, sous l’impulsion d’un Antoine Griezmann bel et bien titulaire, et très disponible. Malheureusement pour lui, ses coéquipiers ont peiné à être efficaces dans la zone de vérité (12e, 13e, 17e, 25e).

Le Real dans son fauteuil

Tout le contraire du Real Madrid, qui su maximiser ses rares munitions. C’est d’ailleurs sur leur première occasion franche que les Merengue ont ouvert le score. Sur un délicieux ballon dans le dos de la défense d’Aurélien Tchouaméni, Felipe a loupé son intervention et Rodrigo a pu marquer dans son dos (0-1, 18e). C’était un tantinet cruel pour l’Atlético mais le Real a prouvé ces derniers mois qu’il pouvait, surtout savait, inscrire des buts n’importe quand, même contre vents et marées. Les joueurs de Diego Simeone l’ont encore constaté quand Federico Valverde a fait le break en seconde lame, après le poteau trouvé par Vinicius (0-2, 36e). Le Real était alors dans un fauteuil, quand l’Atlético vivait un cauchemar.

Atlético-Real Madrid

Crédit: Getty Images

On espérait une autre réaction de la part des Colchoneros au retour des vestiaires, surtout après l’entrée en jeu d’Alvaro Morata. Mais les efforts de coaching de Simeone étaient sans doute trop tardifs, alors que les Merengue étaient tranquillement installés dans leur zone de confort, commençant à passer en mode gestion très tôt dans le match. Heureusement pour les supporters, il y a eu un semblant de suspense dans les dix dernières minutes, quand Mario Hermoso a mis le ballon au fond, de l’épaule, avec un peu de réussite, à la réception d’un corner (1-2, 83e).
Cette réduction du score aurait pu redonner de l’élan à l’Atlético, qui a fini par s’agacer, en témoigne l’expulsion d’Hermoso, qui a reçu deux cartons coup sur coup (90e+1). À l’arrivée, ce qui était vrai avant le coup d’envoi l’est encore à la fin de ce derby : le Real Madrid poursuit son invraisemblable sans-faute et entame des bases historiques, quand l’Atlético Madrid continue de tâtonner et d’afficher un visage sans aucune constance. Au classement, huit points séparent les deux équipes. C'est beaucoup, après si peu de journées.
La Liga
Les doutes avant la trêve pour l'Atlético
09/11/2022 À 22:25
La Liga
Improbable : la frappe de Valverde atterrit… sur un balcon
08/11/2022 À 13:47