"Il nous a dit qu'il arrêtait", a affirmé à la télévision publique SVT un représentant de la fédération, Lars-Christer Olsson.
En poste depuis novembre 2009, Hamrén avait convaincu l'attaquant-vedette Zlatan Ibrahimovic de revenir en équipe nationale dès 2010, après une absence de près d'un an.
Ensemble, ils avaient emmené la Suède jusqu'à l'Euro-2012, mais elle n'avait pas dépassé les poules, malgré une victoire historique contre la France, la première depuis 1969.
Ligue des champions
Sur le papier, c’est royal
IL Y A 4 HEURES
Après une campagne de qualification ratée pour le Mondial-2014, la Suède a réussi, dans la douleur, à atteindre l'Euro-2016, en battant le Danemark en barrages.
"C'est le bon moment pour arrêter, on n'a pas eu l'impression qu'il était content et heureux durant sa période à la tête de la sélection mais plutôt qu'il trouvait ça compliqué", a estimé le commentateur sportif Olof Lundh, dans le quotidien Expressen.
Avant son départ, il reste à Hamrén, 58 ans, beaucoup de travail pour bâtir une équipe capable de rivaliser avec la Belgique et l'Italie lors des matches de poule de l'Euro-2016.
Ibrahimovic a notamment vu plusieurs attaquants défiler à ses côtés pendant les éliminatoires. Marcus Berg a été choisi pour les barrages sans pleinement convaincre. Le jeune John Guidetti, champion d'Europe Espoirs, s'est montré ambitieux mais parfois brouillon.
Avant d'entraîner l'équipe nationale de son pays natal, Hamrén a connu une longue carrière de coach de club en Suède, au Danemark et en Norvège.
Ligue des champions
Populaire, victorieux et adulé : Ancelotti, comme un roi en Italie
IL Y A 4 HEURES
Ligue des champions
Liverpool, l'art de se relever de tout
IL Y A 4 HEURES