Opinion
Football

Les défaites de l’OM n’ont pas d’importance, à condition de battre Lille

Partager avec
Copier
Partager cet article

Les défaites de l’OM n’ont pas d’importance, à condition de battre Lille

Crédit: Eurosport

ParCédric Rouquette
20/12/2014 à 14:14
@CedricRouquette

Dernier coup de rein avant les vacances. Ou du moins, la mini-trêve. Elle fera du bien à beaucoup d’équipes, notamment au leader. Surtout, au leader.

Depuis la conférence de presse de Bielsa, on ne peut plus être certain que Marseille a tiré la langue contre Monaco la semaine dernière (1-0). On sait juste qu’il a perdu, et que son jeu d’une grande exigence physique est probablement sa principale fragilité dans la course au titre.

Cette course au titre impose à Marseille de battre Lille dimanche à 14 heures, un horaire très inhabituel pour les hommes de Bielsa. Si l’OM n’y arrive pas, ce sera une vraie, une grosse, une pure contre-performance. Probablement la première digne de ce nom en L1, depuis le décollage de l’équipe lors de la 3e journée après ses deux premiers matches à Bastia (3-3) et surtout contre Montpellier (0-2), au coeur du mois d’août. Je dramatise ? Pas faux. Mais il y a une raison.

Beaucoup de contre-sens sont faits depuis des semaines autour du cas de l’Olympique de Marseille, notamment dans ses résultats face aux gros. L’équipe de Bielsa a perdu ses trois matches contre les rivaux capables de jouer dans la même cour que lui, Lyon (1-0), puis le PSG (2-0) puis Monaco (1-0). Deux fois sur trois, à Gerland et au Parc, l’OM a montré plus de choses que son adversaire sans en tirer le moindre bénéfice comptable. A Louis-II, c’était clairement plus poussif. Mais ne pas avoir été capable de prendre un point contre ses rivaux directs, ni même de marquer, ne préjuge en rien des capacités de l’OM à être champion de France, comme on a pu l’entendre avant ces "vrais tests" présumés. Au contraire, Marseille est plus que jamais dans les clous. A condition de battre Lille, on y revient.

37 points sur 39 possibles

Le Championnat est une course de fond. Le titre s’offre par définition aux équipes qui accumulent les points, c’est-à-dire à celles qui ne laissent rien filer dans les matches à leur portée. Sur ce plan-là, le métier marseillais est pour l’instant son meilleur allié et sans équivalent dans le Championnat. Tant que Marseille ne laissera rien filer contre Nantes, Metz, Toulouse, Lens, Nice, Evian, et quelques autres, il sera le favori pour le titre, quelles que soient les réalités des budgets.

Sur le plan comptable, cela donne la feuille suivante : entre la 3e et la 18e journée, Marseille a pris 37 points sur 39 possibles en dehors de ses rencontres face au trio qui conteste son épopée. Seul Lorient (1-1) a évité la défaite. Le même type de bilan lors des vingt journées restantes placerait Marseille entre 72 points et 82 points. Un bilan de champion potentiel (1).

Quelques souvenirs permettent d’asseoir la démonstration sur le recul qu’il faut savoir prendre lors de ces présumés tests :

-   La saison dernière, le PSG n’a remporté aucune de ses deux rencontre face à Monaco, son dauphin (1-1, 1-1) et a abandonné deux points à domicile contre Lille (2-2). Sans la moindre difficulté pour la conquête du titre, grâce à sa capacité à enchaîner les victoires contre les équipes moyennes de L1 ;

-   Montpellier n’avait pas battu le PSG pour le priver du titre en 2011-2012. Le MHSC avait concédé une large défaite à la Mosson (0-3) avant de prendre un point au Parc des Princes (2-2). Sa capacité à enchaîner les victoires 1-0, par ailleurs, avait rendu possible le total de 82 points qui l’avait sacré ;

-   La saison précédente, Lille n’avait gagné qu’un seul de ses quatre matches contre Marseille et Lyon, et aucun des deux à domicile ;

-   En 2008-2009, le futur champion, Bordeaux, avait perdu sur le terrain de ses deux principaux rivaux, Marseille (1-0), et Lyon (2-1). De fait, il n’avait pris qu’un point contre son dauphin, puisque Marseille avait ramené le nul de Chaban-Delmas (1-1) ;

-    Même le Lyon hyper écrasant de la saison 2006-2007 (17 points d’avance) n’avait pris qu’un point contre Toulouse, troisième, et avait échoué à dominer l’OM, deuxième, sur sa pelouse de Gerland (1-1) ;

-   Déjà dominateur la saison précédente (15 points d’avance), l’OL n’avait tout simplement battu aucun de ses trois poursuivants au classement, ce qui avait eu le don d’agacer ouvertement  Gérard Houllier : 0-0 et 1-1 contre Bordeaux, deux défaites (1-3 et 0-4) contre Lille, 1-1 et 1-1 contre Lens.

L’autre pilier des parcours de champion, ce sont des bilans à domicile avec déchet minimum ; toujours cette idée d’éviter les points lâchés "bêtement". Or, depuis sa défaite de la 2e journée contre Montpellier, Marseille fait carton plein. Et s’il est exact que l’équipe de Bielsa n’a rien eu à se mettre sous la dent contre le PSG, l’OL et l’ASM, elle a joué ces trois rencontres à l’extérieur. Elle visera une huitième victoire consécutive au Vélodrome contre Lille dimanche. Le genre de série dont naissent les trophées. A condition de la réussir.

Cédric ROUQUETTE
Twitter : @CedricRouquette

(1) Le total de 72 points implique que l’OM perde contre Lille, à nouveau contre le PSG, Lyon et Monaco en phase retour, puis abandonne 7 points lors des autres matches, et ne prenne donc que 34 points sur les 20 journées à son programme. Le total de 82 points implique que l’OM batte Lille dimanche et produise la même phase retour qu’à l’aller, quitte à perdre contre Paris, Lyon et Monaco à nouveau.

Serie A

L'heure des récompenses en Italie : Dybala joueur de l'année, Immobile meilleur attaquant

IL Y A 26 MINUTES
Ligue des champions

Listes UEFA : Bakker ajouté à l'effectif du PSG, Tameze retiré de l'Atalanta

IL Y A UNE HEURE
Football

8es - Karembeu : "Du 50-50 contre Wolverhampton"

IL Y A 2 HEURES
Dans le même sujet
Football
Partager avec
Copier
Partager cet article