"Il sera le mieux payé", "il vaut plus cher que six équipes de notre championnat", "la réaction de Mbappé au transfert de Thauvin aux Tigres"... Voici sont quelques-uns des titres publiés ce week-end par la presse mexicaine, qui a traité de manière prolifique la prochaine arrivée du joueur de l'OM dans le club auriazul. Sur les réseaux, les fans des Tigres UANL jubilaient de voir un champion du monde signer chez le vice-champion du monde des clubs (défaite 1-0 face au Bayern, le 11 février dernier), ou s'interrogeaient sur la prononciation du nom du Français, tandis que ceux à qui la domination de Gignac et consorts donne des crises d'urticaire - ils sont nombreux au Mexique - préféraient mettre en avant le temps de jeu famélique de Thauvin lors de la Coupe du Monde 2018 (une entrée à la 89e minute en huitièmes de finale), comme pour minorer la dimension de la prise des Tigres.

Légende ou simple lieutenant : Florian Thauvin a-t-il sa place au Hall of Fame de l'OM ?

Tout cet emballement faisait presque oublier que les auriazules avaient un match capital à jouer samedi. Un rendez-vous qui en disait long sur la médiocrité de leur saison, puisqu'il s'agissait d'une rencontre de repêchage pour intégrer la Liguilla, les play-offs qui concluent le championnat mexicain. A l'estadio Jalisco de Guadalajara, là où Luis Fernandez avait qualifié les Bleus pour les demi-finale de la Coupe du Monde 86, Tigres a chuté (0-1) et ne participera pas à la Liguilla pour la première fois depuis l'arrivée d'André-Pierre Gignac, en 2015. C'était la fin d'une ère, d'autant que l'entraîneur Ricardo "El Tuca" Ferretti, en poste depuis onze ans, tirait sa révérence. Un départ acté avant ce revers, et qui en dit long sur l'ambition de la nouvelle direction d'enclencher un autre cycle.
Liga BBVA MX
Gignac prolonge de trois ans chez les Tigres
26/02/2021 À 22:41

Les Tigres ont besoin de se renouveler

L'arrivée de Florian Thauvin arrachée à prix d'or - on parle d'au moins 400 000 euros nets mensuels, le double de ce qu'il pouvait gagner à Marseille - symbolise d'ailleurs aussi ce désir de renouveau. Car si Tigres n'a jamais cessé de gagner, en témoigne sa première Ligue des champions de la CONCACAF remportée en décembre dernier, l'équipe généreusement financée par Cemex, multinationale du BTP, reste sur deux saisons régulières d'une grande médiocrité, alors que son onze n'a pas été régénéré par des recrues de très haut niveau capables de s'imposer dans la durée, comme il l'avait été en 2015, avec l'arrivée de Gignac et de l'international mexicain, Javier Aquino, ou en 2014, avec les Argentins, Nahuel Guzman et Guido Pizarro, tous acteurs principaux de l'âge d'or du club basé à Monterrey.

André-Pierre Gignac, l'attaquant des Tigres.

Crédit: Getty Images

En fonction depuis le mois de mars, le nouveau vice-président et futur président, Mauricio Culebro, a donc envoyé un signal fort en recrutant Thauvin avant de se passer des services de l'emblématique Tuca, l'entraîneur sept fois champion du Mexique (dont cinq avec Tigres), qui faisait figure de vache sacrée jusqu'il y a quelques semaines. "C'est le début d'une nouvelle ère", a d'ailleurs clamé Culebro, au moment de commenter le recrutement du joueur de l'OM.

Thauvin sous les ordres de l'explosif Herrera ?

Alors que l'ancienne direction était ancrée dans la réalité locale de la grande ville du nord mexicain, dont la passion débordante pour le football s'articule autour de l'antagonisme local entre Tigres et Rayados, Culebro a le profil d'un dirigeant d'envergure internationale qui va vouloir faire entrer définitivement le club auriazul dans la modernité. Dirigeant de 2011 à 2019 de l'América, institution la plus titrée du Mexique et adversaire le plus coriace de Tigres depuis une décennie (trois titres, trois fois vice-champion, et deux fois vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF), Culebro a notamment vendu en Europe pour plus de 40 millions d'euros, avec les transferts de Diego Lainez et Guido Rodriguez (Betis), Edson Alvarez (Ajax), Mateus Uribe et Agustin Marchesin (FC Porto).

Miguel Herrera

Crédit: Imago

Il a aussi négocié les arrivées de Jérémy Ménez, grand coup médiatique même si peu rentable sur le terrain, et a été à deux doigts en 2019 de faire venir Luuk De Jong, aujourd'hui au FC Séville. Il a aussi connu Dario Benedetto (2015-2016) quand il opérait au sein du club le plus médiatique du pays. Pour redonner un coup de fouet à Tigres, l'homme qui a convaincu Thauvin, notamment avec l'aide d'André-Pierre Gignac, devrait aussi miser sur l'entraîneur Miguel Herrera, l'ex-coach de l'América, connu à l'international pour ses célébrations explosives quand il était sélectionneur du Mexique lors de la Coupe du Monde 2014.

Championnat fermé et projet de Super Ligue

Une autre recrue de poids serait aussi attendue. Thauvin va donc intégrer un club qui se remet en cause au moment où le championnat mexicain vit un tournant. Depuis cette saison et jusqu'en 2026, la LigaMX est ainsi devenue un championnat fermé, façon MLS. Le but déclaré : consolider les bases des dix-huit franchises mexicaines, même si ce nouveau règlement ressemble aussi à une manière de protéger les gros, alors que douze clubs peuvent désormais intégrer les play-offs, contre huit auparavant. Avec la cinquième place actuellement occupée en Ligue 1 par l'OM, Thauvin serait ainsi toujours dans la course au titre au Mexique.
Il se murmure aussi que ce tournant vise à préparer le terrain à une Super Ligue rassemblant clubs de MLS et de LigaMX, le championnat le plus populaire de la région, même aux USA. Pourquoi en 2026 ? Car l'Amérique du nord compte bien profiter de sa Coupe du Monde, dont Florian Thauvin pourrait être un ambassadeur, pour franchir un nouveau cap dans le développement de son football. Le milieu offensif français sera t-il alors toujours au Mexique ? Les échecs de Timothée Koldziejczak et Andy Delort avec les auriazules invitent à la prudence, même si l'immense effort consenti par le club rapproche surtout ce transfert de celui d'André-Pierre Gignac, la star du championnat mexicain. Pour Thauvin comme pour Tigres, une nouvelle ère s'ouvre, riche en promesses et en inconnues.

Florian Thauvin n'est plus aussi proche d'un départ de Marseille

Crédit: Getty Images

Football
Montpellier mise sur Dall'Oglio (et Sakho) pour passer le cap de l'Europe
IL Y A 10 HEURES
Trophée des Champions
Cyclisme, F1... et le foot : Adams, le milliardaire à la manette du Trophée des champions à Tel-Aviv
IL Y A 10 HEURES