AFP

Ibra renverse le Real

Ibrahimovic renverse le Real
Par Eurosport

Le 29/11/2009 à 15:31Mis à jour

Grâce à un but de Zlatan Ibrahimovic, juste après son entrée en jeu, le FC Barcelone s'est offert le Clasico contre le Real Madrid (1-0), lors de la 12e journée de la Liga. Les Barcelonais, réduits à 10 dès la 63e minute, reprennent la place de leader aux Merengue.

LIGA - 12E JOURNEE

FC BARCELONE - REAL MADRID : 1-0
But : Ibrahimovic (56e).

Signé Zlatan. A peine entré en jeu à la place d'un Thierry Henry discret, le géant suédois a changé le destin du 159e Clasico de l'histoire. La marque des grands joueurs. Il fallait bien ça aussi aux Blaugrana, plus que malmenés par un Real si décrié pour la supposée indigence de son jeu mais qui avait sorti son habit de lumière pour l'occasion. Rudoyé, le Barça a fini par marquer contre le cours du jeu et conserver son avantage malgré l'expulsion de l'un de ses joueurs. La marque des grands clubs.

Environ un milliard de téléspectateurs, des millions d'euros aux quatre coins du terrain, des anciens, futurs et potentiels Ballons d'Or presque à chaque poste, un intérêt sportif crucial avec le Real qui arrivait avec un point d'avance sur le Barça en tête de la Liga... tout était en place pour que le Clasico 2009 devienne un classique. Tout y était, sauf... les Barcelonais. C'est gênant. En dépit des premières minutes où, sans surprise, le Barça fait du Barça, le jeu catalan va progressivement s'étioler face à un bloc madrilène aussi compact qu'explosif en contre-attaque. Très vite, il s'avère que la technique blaugrana ne pèse pas lourd face à la puissance et à la vitesse madrilènes.

Démonstration à la 20e minute : Kaka lancé plein champ sur l'aile gauche, élimine deux joueurs avec un naturel écœurant avant de servir sur un plateau Cristiano Ronaldo, seul et légèrement décalé sur la gauche de Valdes. Le plat du pied du Portugais est parfait, le réflexe du portier qui écarte le tir du tibia exceptionnel ! Ce sera la plus belle occasion de cette première période. Ce sera aussi la seule car, en dépit de l'habituelle possession de ballon barcelonaise, la formation de Guardiola, habituée à faire circuler à 25 mètres du but adverse, doit se contenter de le faire mais à 40 mètres de Casillas... Et comme le Real ne trouve pas une opportunité aussi belle que celle de CR9, c'est en toute logique que Catalans et Castillans se séparent sur un 0-0 qui laisse un milliard de téléspectateurs un peu sur leur faim.

Piqué-Puyol, c'est du solide !

Vainqueur aux points durant les 45 premières minutes, le Real n'a que faire de cette victoire morale. Les Madrilènes peuvent au moins se satisfaire d'avoir contrecarré les plans de Messi. Etrangement placé dans une position axiale, et dos au but, qui ne lui convient guère, le feu-follet argentin est pris dans la tenaille et peine à faire la différence balle au pied. Dans le duel à distance qui l'oppose à Cristiano Ronaldo, Messi ne marque pas de points. Il n'en perd pas non plus dans la mesure où le Portugais ne sème pas non plus la terreur, ses gris-gris étant rapidement éventés par les défenseurs barcelonais. C'est donc un autre immense joueur qui va illuminer cette partie. Ou plutôt deux. Après trois centres complètement foirés en début de partie, Dani Alves a eu le mérite de ne pas se démobiliser et de cent fois sur l'ouvrage, remettre son métier. Ça finit par payer quand une parabole somptueuse du Brésilien trouve Zlatan Ibrahimovic seul au second poteau. La reprise du plat du pied gauche du Scandinave laisse Casillas bouche bée et les presque 100.000 spectateurs du Camp Nou gorge déployée (1-0, 56e) !

Comme par magie, le Barça retrouve son jeu à une touche après cette ouverture du score en même temps que le Real perd son homogénéité. Avec un jeu collectif déliquescent, la Maison Blanche tremble sur ses fondements et n'est pas loin de s'écrouler. Pourtant, Busquets, déjà averti et auteur d'une main complètement inutile au milieu du terrain, va relancer bien involontairement les Merengue en se faisant expulser (63e). Mais, même à dix contre onze, les Blaugrana ne renient pas leur fond de commerce et continuent de faire le jeu. Ils l'abandonnent lors des dix dernières minutes en reculant dangereusement mais, derrière, Piqué et Puyol réalisent un match héroïque. La charnière blaugrana colmate toute les brèches jusqu'au coup de sifflet final, offrant au FC Barcelone une 61e victoire dans le Clasico. Et également la première place de la Liga avec désormais deux points d'avance sur le rival éternel. On est loin de la démonstration sur le terrain du Real l'an passé (2-6) mais l'adversaire n'est plus le même et Guardiola saura certainement s'en contenter. Il y a des grandes victoires avec de petits écarts...

RACING SANTANDER - LA COROGNE : 0-1
But: Lopo (76e)

ALMERIA - ATHLETIC BILBAO : 1-4
Buts: Uche (85e s.p.) pour Almeria - Martinez (37e), Ustaritz (41e), Llorente (59e), De Marcos (78e) pour Bilbao

GETAFE - XEREZ : 5-1
Buts: Soldado (44, 45e s.p., 58e), Parejo (57e), Casquero (60e) pour Getafe - Aythami (33e) pour Xerez

SARAGOSSE - OSASUNA : 0-1
But: Nekounam (27e)

VALLADOLID - TENERIFE : 3-3
Buts: Diego Costa (27e, 50e), Canobbio (35e s.p.) pour Valladolid - Nino (63e), Angel (72e), Ayoze (85e) pour Tenerife

ATLETICO MADRID - ESPANYOL BARCELONE : 4-0
Buts : Forlan (27e), Agüero (62e et 85e) et Rodriguez (89e)

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0