Getty Images

Le Real Madrid n'est franchement pas malheureux !

Le Real Madrid n'est franchement pas malheureux !

Le 13/01/2019 à 22:40Mis à jour Le 14/01/2019 à 00:31

LIGA - Entreprenant en première période, le Real Madrid a ensuite subi et peut s'estimer chanceux de repartir de Séville avec une victoire face au Betis (1-2), car un nul aurait été plus équitable, dimanche soir. Au classement, les Merengue révienent à hauteur du FC Séville, le troisième.

C'est une victoire courte, pas forcément méritée mais précieuse, qu'a obtenu le Real sur la pelouse du Betis Séville (1-2), dimanche soir. Privée de nombreux cadre, la Maison Blanche a dû batailler, longtemps mise à mal par une équipe toujours aussi joueuse et habile tant techniquement que collectivement, pour reprendre la 4e place de Liga grâce à un coup franc de Dani Ceballos en fin de partie.

Alors que son équipe restait sur deux matches sans victoire en championnat, Santiago Solari, qui s'est présenté sans une large partie de son effectif (Thibault Courtois, Toni Kroos, Gareth Bale, Lucas Vazquez absents), a fait des choix osés mais payants. En alignant un 3-5-2 inédit et en se privant d'Isco et de Marcelo (sur le banc), le coach madrilène a réussi un coup de poker. En pressant haut l'adversaire dans le premier acte, ses joueurs ont considérablement gêné le Betis, qui avait donné le tournis au Barça en fin d'année dernière, mais qui s'est longtemps retrouvée muette devant son public.

Le mauvais coup de Ceballos à son club formateur

Disciplinés dans la récupération, les champions d'Europe en titre ont assisté très tôt au premier but cette saison de leur ballon d'Or, Luka Modric, qui est venu battre Pau Lopez d'une puissante frappe du gauche à l'entrée de la surface (0-1, 13e). Il a fallu attendre la fin de la période pour que les Sévillans se rebellent, sans trouver le cadre (26e, 42e, 44e).

La physionomie de la rencontre s'est totalement inversée en deuxième période, le Real, qui a perdu Karim Benzema sur blessure, se regroupant derrière. Les Verdiblancos ont multiplié les offensives (47e, 54e, 61e), monopolisant le ballon, et les Merengue, à force de plier, ont fini par craquer. Sur une superbe offrande de Giovanni Lo Celso, Sergio Canales est venu battre Keylor Navas pour relancer son équipe (1-1, 67e). Mais les locaux n'ont pas su profiter de leurs temps forts (80e, 85e), avant de se faire punir par un ancien joueur du cru, Dani Ceballos, entré un peu plus tôt pour le Real et qui a surpris Pau Lopez sur un ultime coup franc (1-2, 88e).

Un coup de poignard pour les joueurs de Quique Setien, qui manquent l'occasion de revenir à la 6e place, et permettent au Real de revenir à hauteur de leur voisin et rival, le FC Séville, à la 4e place de Liga. Un adversaire que les Madrilènes retrouveront la semaine prochaine, dans un choc décisif pour la suite de leur saison en championnat.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0