Getty Images

Valence, après l'incroyable revirement, le final heureux ?

Valence, après l'incroyable revirement, le final heureux ?

Le 24/04/2019 à 00:01Mis à jour Le 24/04/2019 à 18:52

LIGA - Le retour au premier plan du Valence CF ira-t-il de pair avec une fin de saison joyeuse ? Mercredi soir, les joueurs de Marcelino effectuent un déplacement périlleux sur le terrain de l'Atlético de Madrid (19h30, 34e journée), à l'occasion d'une fin de saison qui pourrait les voir tout perdre. Ou tout gagner.

Une place dans le top 4 du championnat à aller chercher, une finale de Coupe du Roi et une demi-finale de Ligue Europa à disputer : voici le programme alléchant et copieux qui attend le Valence CF lors de ce dernier mois de compétition.

Avant d'affronter le coriace Atlético Madrid, dauphin du Barça qui peut officiellement dire adieu au titre mercredi soir en cas de défaite, le club Ché s'avance diminué mais habité par une force nouvelle : cette confiance émanant de l'incroyable revirement qui a embelli sa saison.

Les chocs, Valence aime ça

Qui aurait pu imaginer un tel contexte pour Daniel Parejo et les siens en cette fin avril quand, début novembre, ils pointaient à une étonnante 15e place en Liga ? Qui aurait pu prévoir que cette équipe, vainqueur d'un maigre match après les onze premières journées, se serait transformée en une machine huilée très compliquée à bouger, devenue depuis deuxième meilleure défense du championnat ?

Valence, lors de ses quinze dernières sorties en Liga, c'est un seul revers et des prestations réussies face aux gros morceaux de l'élite : deux victoires à Séville (1-0 contre le FC, 2-1 face au Betis), un match nul prestigieux dans l'antre du Barça (2-2) et cette victoire courte mais impressionnante face au Real Madrid (2-1) au début du mois. A cinq journées de la fin, la troupe de Marcelino (5e) n'est désormais distancée que de deux points par Getafe (4e) en vue d'une qualification directe pour la prochaine C1 : l'objectif prioritaire du club. Et Getafe doit en prime affronter le Real jeudi soir et le Barça dans trois journées.

Karim Benzema, mains sur les hanches, lors de la victoire de Valence sur le Real Madrid (2-1) début avril en Liga.

Karim Benzema, mains sur les hanches, lors de la victoire de Valence sur le Real Madrid (2-1) début avril en Liga.Getty Images

Ajoutez à ce contexte favorable un parcours en Coupes de premier plan et vous obtenez un collectif plutôt épanoui, organisé, peu avare d'efforts et capable justement de réussir des "coups". Les partenaires d'Antoine Griezmann seront-ils les prochains à en faire les frais ? La question demeure évidemment ouverte tant l'Atlético représente un adversaire coriace, le dernier véritablement pour Valence en Liga, et que les similitudes de style entre les deux formations sont nombreuses. Diego Simeone a d'ailleurs souvent loué le travail de son homologue valencien ces derniers mois. Bémol - et il est de taille - c'est avec un effectif qui s'amoindrit ces dernières semaines que Valence va visiter la capitale espagnole.

Vidéo - Simeone se méfie de Valence, "une équipe solide et bien organisée"

00:57

Guedes pour faire oublier les absents

Déjà privé depuis plusieurs semaines de son puncheur du milieu Geoffrey Kondogbia, , le VCF a perdu dimanche face au Betis son ailier Denis Cheryshev. Touché au genou droit, l'attaquant russe a dû sortir dès la demi-heure (34e) et va manquer tout le reste de la saison. Son remplaçant du jour, Rodrigo, initialement préservé, a, lui, été exclu en fin de rencontre (82e) et il est donc lui aussi forfait pour le choc à Madrid. Un forfait d'autant plus préjudiciable que l'Espagnol, auteur de 5 buts et 6 passes en Liga cette saison, est l'homme de base du système offensif de Marcelino.

Avant d'affronter Eibar (13e), Huesca (19e), Alavés (8e) et Valladolid (15e) lors des quatre dernières journées (les matches de C3 contre Arsenal entourant celui contre Huesca), Valence ne se présentera pas non plus sans arme à Madrid. Marcelino, pour qui ce sera la 100e sur le banc de Valence mercredi soir, pourra notamment compter sur un Gonçalo Guedes revenu en très grande forme ces dernières semaines. Opéré en décembre, l'ancien Parisien est totalement retrouvé.

Auteur d'un doublé dimanche sur deux tirs lointains, Guedes vient d'enquiller huit buts en onze matches (Liga et C3 confondues) et son retour au premier plan n'est pas étranger à la très bonne santé du club. Virevoltant sur l'aile gauche ou dans l'axe, le Portugais a retrouvé ses jambes après cette fameuse hernie fin 2018. Et en l'absence des joueurs précités, il sera l'atout offensif numéro un des Valenciens face aux Colchoneros. C'est déjà ça de pris.

Marcelino García Toral

Marcelino García ToralGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0