Getty Images

Liga : L'Atlético s'est arraché, et ça a marché

L'Atlético s'est arraché, et ça a marché

Le 10/11/2018 à 20:42Mis à jour Le 10/11/2018 à 21:02

LIGA - Menés à deux reprises, les Colchoneros ont fini par prendre le meilleur sur l'Athletic Bilbao dans le teps additionnel (3-2) pour mettre la pression sur le leader barcelonais à l'occasion de cette 12e journée.

Petit miracle pour l'Atlético Madrid ! Menés à deux reprises samedi sur leur terrain, les Colchoneros se sont imposés en toute fin de match face à l'Athletic Bilbao (3-2) : Diego Godin a signé le but de la victoire dans le temps additionnel, une dizaine de minutes après l'égalisation de Rodri. Avec cette victoire arrachée, l'Atlético Madrid pointe provisoirement à la deuxième place de la Liga et revient à une unité du FC Barcelone.

Pourtant, les Madrilènes n'ont absolument rien montré en première période. Diminuée par les nombreuses absences (Savic, Gimenez, Lemar, Lucas Hernandez, Koke...), l'équipe coachée par Diego Simeone n'a pas su mettre de rythme et presser correctement Bilbao. À tel point que malgré dix premières minutes poussives, les Basques ont eu la possession du ballon au Wanda Metropolitano. Sans en faire grand chose, toutefois : le premier acte a été soporifique jusqu'à l'ouverture du score d'Inaki Williams.

Cette action a elle seule aurait cependant pu valoir le détour : parfaitement lancé par De Marcos, Susaeta a centré à ras de terre vers San José, excellent ce samedi. La reprise du milieu basque, alors qu'elle filait en lucarne, a été détournée par Oblak. Pas suffisant, puisqu'Inaki Williams avait bien senti le coup et n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond (0-1, 36e). À la mi-temps, le bilan n'était clairement pas à l'avantage des Colchoneros, auteur d'aucune tentative cadrée en quarante cinq minutes.

Godin, héros sur une jambe

La seconde période a d'abord repris comme la première, et ce n'est pas la sortie de Diego Costa pour Vitolo à la mi-temps qui a changé le visage de l'Atletico Madrid. Pourtant, sur sa première frappe cadrée, l'œuvre d'un Thomas Partey qui a surnagé, l'Atlético a réussi à égalisé (1-1, 62e). Il aura fallu une heure, mais ce but a changé le visage du match. Dans la foulée de l'égalisation, Inaki Williams a pris Godin de vitesse dans la profondeur sur une belle passe de Muniain avant de tromper Oblak (1-2, 64e).

A la suite de cette action, Diego Simeone a dû bricoler : alors qu'il avait fait descendre Saul en défense central après la sortie de Montero, Diego Godin s'est blessé alors que les trois changements avaient été effectués. Ainsi, Thomas et Saul ont formé la défense centrale pour la suite de la rencontre tandis que Diego Godin a pris place en pointe, sans réellement pouvoir courir.

Ce rafistolage, surprenant sur le papier, a en fait permis la résurrection de l'Atlético. Sur corner, Thomas a cherché Godin au premier poteau pour finalement trouver Rodri, dont la tête a trompé Herrerin (2-2, 80e). Puis, symbole d'une seconde période épique, c'est Godin, sur une jambe, qui a fini par inscrire le but de la victoire au bout du temps additionnel à la suite d'un coup-franc frappé par Thomas et remis dans la boite par Saul avant d'être dévié par Griezmann pour le défenseur ururguayen qui n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond (3-2, 90e+2).

Cette victoire est un peu inespérée pour l'Atlético Madrid, tant les coéquipiers de Griezmann n'ont rien montré pendant une heure. Bilbao peut s'en vouloir d'avoir craqué sur la fin après avoir réussi à faire déjouer des Madrilènes peu inspirés, mais finalement courageux. Si l'Atlético revient à un point du FC Barcelone, la situation se tend pour l'Athletic, les Basques n'ayant plus gagné depuis la première journée.

Diego Godin

Diego Godin Getty Images

0
0