Getty Images

Zidane et les dilemmes du milieu

Zidane et les dilemmes du milieu

Le 14/04/2019 à 20:33Mis à jour Le 14/04/2019 à 23:13

LIGA - La deuxième place du championnat est le seul enjeu sportif de la fin de saison du Real Madrid. Mais Zinedine Zidane, lui, a d'autres objectifs. Le plus délicat d'entre eux concerne son milieu de terrain, où les problématiques sont nombreuses.

La Casa Blanca est en travaux. Et l'entrejeu est son plus gros chantier. Au Real Madrid, le renouveau offensif dépendra autant du départ de Gareth Bale que des éventuelles recrues, et la sérénité défensive tiendra à la faculté des dirigeants madrilènes à convaincre Raphaël Varane et Marcelo d'y rester, comme le souhaite Zinedine Zidane. La série de sept matches, que le club madrilène débute ce lundi soir à Leganés (21h00) va donc surtout servir d'éprouvette au coach français afin de retrouver la bonne formule au milieu, et d'y faire du tri.

Vidéo - Zidane : "Hazard ? On en parlera peut-être en début de saison prochaine"

00:34

ZZ n'a d'ailleurs pas attendu le sprint final pour y débuter les tests. Lors des quatre rencontres disputées depuis son retour, l'ancien numéro 10 des Bleus a essayé autant de combinaisons au moment de composer son entrejeu :

  • Isco devant Modric et Kroos face au Celta Vigo (2-0),
  • Llorente derrière Isco et Ceballos devant Huesca (3-2),
  • Casemiro derrière Modric et Kroos à Valence (2-1),
  • Valverde derrière Modric et Isco face à Eibar (2-1).

Derrière ces changements, Zidane a semblé chercher des réponses à plusieurs problématiques qui s'offrent à lui. Il devra les trouver d'ici la 38eme journée. En tout cas avant l'ouverture du marché des transferts.

Le trio qui a tout gagné est-il devenu obsolète ?

Casemiro, Modric, Kroos : longtemps brillants, toujours complémentaires, les trois composants de l'ex empire du milieu sont maintenant des fusibles. Le Ballon d'Or, toujours indispensable, est un dilemme économique. Proche de rejoindre l'Inter l'été dernier, l'international croate dispose encore d'une valeur marchande très élevée qui fondra comme neige au soleil dès la saison prochaine, où il fêtera ses 34 ans en abordant sa dernière année de contrat.

Luka Modric remplacé par Toni Kroos, le 6 avril dernier, lors de Real Madrid - Eibar

Luka Modric remplacé par Toni Kroos, le 6 avril dernier, lors de Real Madrid - EibarGetty Images

Le rendement de Kroos, inquiétant depuis le début de l'exercice – aucun but marqué en Liga contre 4 la saison dernière à la même époque, 4 passes décisives contre 6 – traduit une usure mentale et physique. Et le statut du Brésilien, dépendant de ces deux-hommes là, a été fragilisé. Pour dissiper les doutes, Zidane a retesté le trio face à Valence, équipe la plus joueuse, mais cela n'a pas été concluant.

Comment mettre Isco dans les meilleures conditions ?

Cette incertitude est une aubaine pour Isco. Choyé par Zizou, très sensible à ses qualités créatives, l'international espagnol dispose d'une plus grande marge de manœuvre pour remettre en cause le 4-3-3 qui l'empêche de s'installer. L'ancien joueur de Malaga est un pur meneur de jeu et l'a rappelé lors du succès madrilène face au Celta Vigo, où il avait été installé au cœur d'un 4-2-3-1.

Real Madrid's Spanish midfielder Isco (L) celebrates scoring the opening goal with Real Madrid's French coach Zinedine Zidane during the Spanish league football match between Real Madrid CF and RC Celta de Vigo at the Santiago Bernabeu

Real Madrid's Spanish midfielder Isco (L) celebrates scoring the opening goal with Real Madrid's French coach Zinedine Zidane during the Spanish league football match between Real Madrid CF and RC Celta de Vigo at the Santiago BernabeuGetty Images

Son manque d'impact dans un autre schéma est toujours problématique. Sa situation au Bernabeu, où son lien avec les supporters est rompu depuis plusieurs semaines, l'est tout autant. La mission du coach français, qui avait fait d'Isco l'un de ses joueurs les plus utilisés (114 matches) et décisifs (22 buts) consiste d'abord à le réhabiliter, avant d'éventuellement le réinstaller. En 7 matches, la tâche est relevée.

Faut-il accorder plus de place aux jeunes ?

Pour le moment, Zidane n'a que des enjeux sportifs à relever. S'il y parvient, il sera très vite confronté à une question politique. Ces dernières années, le Real Madrid a misé sur la jeunesse. Parfois très gros. Dani Ceballos et Brahim Diaz ont coûté 33,5 millions d'euros à eux deux et postulent. Comme les jeunes pousses madrilènes Federico Valverde et Marcos Llorente, aussi testées par l'ancien international de l'équipe de France.

Vidéo - Zidane : "Bien terminer cette saison pour préparer la prochaine"

00:55

Conforter les quatre potentiels étant impossible, les prochaines semaines permettront de dissocier les meilleurs profils. Les autres seront envoyés en prêt. En conférence de presse, Zidane a déjà ouvert la porte à Llorente. Preuve que le tri a déjà commencé.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0