Bien sûr, il y a ce but. Superbe. Cette merveille de balle piquée qui lèche le dessous de la transversale et lui permet d'inscrire son premier but depuis février. Mais il serait tellement dommage de réduire le match plein d'Antoine Griezmann ce dimanche à cette inspiration, à cette divine caresse. Aussi merveilleuse, aussi douce soit-elle. L'étreinte sincère entre le Français et Lionel Messi fera le tour de la presse européenne. Un câlin qui effacera quelques malentendus, au moins provisoirement. Mais là-encore, se focaliser sur la célébration, c'est passer à côté de l'essentiel.

Serie A
14 cas de Covid au Genoa, Baldé également positif à la Sampdoria avant son transfert
IL Y A UNE HEURE

Parce que s'il y a une leçon à retenir de ce Villarreal – Barcelone (1-4), c'est que le Barça a encore quelques tours de magie en boîte. Voilà qui était loin d'être évident en cette fin de saison après des sorties d’une tristesse infinie. On a retrouvé le Barça et on a retrouvé Grizou. Face à Villarreal, cinquième de Liga et en pleine bourre, la leçon fut belle. La symphonie soyeuse. Alors pourquoi tout s'est enfin débloqué ? Comment Griezmann, de nouveau titulaire, est redevenu Grizou alors même que son coach lui préférait Ansu Fati, Riqui Puig et même, parfois, Martin Braithwaite ces dernières semaines ?

Un trio beaucoup plus proche

D'abord et avant tout parce que Quique Setién a enfin compris que Griezmann n'était pas un ailier. Comme Didier Deschamps le fait en sélection, ce qui lui réussit plutôt bien, le coach du Barça semble avoir laissé beaucoup plus d'espace et de liberté à son Français. Si triste sur son aile gauche, si frustré et inoffensif lorsqu'il doit manger la craie 90 minutes durant, Griezmann a miraculeusement retrouvé de l'allant et de l'influence sitôt qu'il a pu rayonner sur toute la largeur du terrain. Le trio offensif a beaucoup permuté. Griezmann a d'abord débuté sur l'aile droite, s'est aussi excentré sur la gauche, est allé se rassurer en touchant des ballons au milieu de terrain, s'est immiscé dans l'axe pour distribuer ou conclure.

Antoine Griezmann, Lionel Messi et Jordi Alba

Crédit: Getty Images

Il ne s'est pas contenté de nourrir Messi, il a aussi pris l'initiative. Sa liberté a ouvert des espaces et désorienté Villarreal. "Je pense que Griezmann a été très bon. Il a joué dans une position plus confortable, a constaté Setién. Il a été très bon avec Suárez et Messi. Il a eu la possibilité de marquer plusieurs buts. Je suis très satisfait de sa performance."

Plus proche de ses deux compères Sud-Américains, Griezmann fut cette pièce du puzzle qui a si souvent manqué aux Catalans depuis la reprise du championnat. "On a travaillé sur ce nouveau dispositif, a déclaré Gerard Piqué sur les antennes de BeIn Sport après la rencontre. Les trois joueurs sont plus près entre eux en attaque. Je voulais aussi souligner le but d'Antoine qui va lui donner beaucoup de confiance." Sur l'action du but, justement, Suarez fixe la défense, Messi percute et sert, d'une géniale talonnade, un Griezmann resté en soutien dans l'axe. Des déplacements complémentaires, une relation technique qui se renoue : le talent du champion du monde a fait le reste.

Griezmann, Messi e Suarez festeggiano il 3-1 contro il Villarreal

Crédit: Getty Images

Une solution de plus pour Messi

Sur l'ouverture du score, c'est bien Griezmann, en l'absence de Suarez, qui s'est proposé dans l'axe en plongeant au premier poteau. Un appel qui a poussé Torres a poussé le ballon dans ses filets. Bien sûr, tout ne fut pas parfait et Suarez a oublié au moins à deux reprises Griezmann (22e, 57e) mais la disponibilité nouvelle du Français offre des perspectives réjouissantes au Barça. Messi, auteur de deux passes décisives, a une solution en plus proche du but et les offensives catalanes deviennent moins stéréotypés donc moins lisibles pour l'adversaire. En Liga, il est sans doute déjà trop tard alors que le Real a quatre points d'avance à quatre journées de la fin. Mais la Ligue des champions redébutera dans un mois. Si le trio reste inspiré, si Griezmann jouit de la même liberté, le Barça n'a peut-être pas tiré un trait définitif sur cette saison qui s'annonçait bien morose.

Liga
Fati, première vedette de l’ère Koeman
HIER À 21:36
Liga
Débuts parfaits pour le nouveau Barça de Koeman
HIER À 20:47