Getty Images

Tout ça pour ça : après s'être offert le Barça, le Real rechute à Séville

Tout ça pour ça : après s'être offert le Barça, le Real rechute à Séville

Le 08/03/2020 à 22:47Mis à jour Le 08/03/2020 à 23:20

LIGA - Le Real Madrid n'arrive pas à enchaîner. Une semaine après avoir disposé du FC Barcelone lors du Clasico (1-0), les Merengues ont trébuché sur le terrain du Betis Séville ce dimanche (2-1). Karim Benzema avait pourtant égalisé sur penalty avant la pause, mais les hommes de Zinédine Zidane ont craqué en fin de match. Au classement, les Madrilènes cèdent la première place au FC Barcelone.

Une semaine plus tard, le Real a gâché tout le bénéfice de sa victoire dans le Clasico. Avec leur défaite concédée sur la pelouse du Betis Séville (2-1), les joueurs de Zinédine Zidane ont perdu la tête de la Liga, rendue aux Catalans pour deux points. Une défaite logique pour des Merengues en petite forme, alors que Nabil Fekir, passeur décisif, a réalisé un très bon match du côté des Vert et Blanc.

C’est tête basse que les Madrilènes ont regagné leur vestiaire à la fin du match. En concédant leur troisième défaite de la saison en championnat, les coéquipiers de Raphael Varane ont laissé les rênes de la Liga à leur ennemi juré, le FC Barcelone. Hormis en fin de rencontre, ils n’ont pas fait grand-chose pour bousculer une équipe du ventre mou (12e désormais), qui restait sur une série de 6 matches sans victoire.

Fekir passeur, Benzema buteur

D’emblée, les joueurs de la capitale espagnole ont semblé empruntés, rarement dangereux, perturbés par le pressing et l’organisation défensive adverse. Si Vinicius Junior, sur la lancée de son but la semaine passée, a réussi par moments à se mettre en vue, Lucas Vazquez, son homologue sur la droite de l’attaque du Real, n’a pas réussi grand-chose, symbolisant la prestation décevante de son équipe. Et encore, le score aurait pu être plus lourd en faveur d’un Betis joueur et appliqué si Marc Bartra et Joaquin n’avaient pas vendangé deux occasions en or.

Le premier a d’abord loupé une tête seul à l’entrée de six mètres, envoyant le ballon au loin (28e), quand le second a, inexplicablement, cherché sans succès un partenaire plein axe alors qu’il avait le but grand ouvert (55e). Sans oublier la superbe parade de Thibaut Courtois sur une volée puissante de Fekir (36e). Grâce à cela, le Real a pu y croire jusqu’au bout, après être revenu miraculeusement au score en fin de première période. Car logiquement, et sur une action un peu confuse, c’est Sidnei qui a ouvert le score pour les Sévillans, sur une passe de Fékir (1-0, 40e).

Cela a réveillé un Real moribond jusqu’alors et qui a obtenu un penalty pour une faute de… Sidnei. Karim Benzema n’a pas tremblé pour inscrire son 14e but de la saison en championnat et relancer les siens (1-1, 45e+3). Mais la Maison Blanche est retombée dans son apathie au retour des vestiaires, aurait, donc pu céder sur l’action de Joaquin avant l’heure de jeu, et a concédé un deuxième but en fin de match, sous la pression des Verdiblancos.

C’est Benzema qui a précipité la défaite de son équipe, d’une mauvaise passe plein axe qui a été interceptée, avant qu’un ancien du Barça, Cristian Tello, ne crucifie Courtois (2-1, 82e). Le Real a eu beau se remettre à attaquer, le Betis n’a pas craqué et a mis les Merengues dans une position bien inconfortable dans la course au titre. Tout est à refaire pour Zidane et sa troupe.

Sergio Ramos (Real Madrid) y Sidnei Rechel (Betis)

Sergio Ramos (Real Madrid) y Sidnei Rechel (Betis)Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313