Getty Images

Griezmann, un an et puis s’en va ? D'autres stars l'ont fait avant lui

Griezmann, un an et puis s’en va ? D'autres stars l'ont fait avant lui

Le 22/03/2020 à 17:07Mis à jour Le 22/03/2020 à 17:34

TRANSFERTS - Voir le FC Barcelone lâcher Antoine Griezmann un an après son arrivée semble improbable. Et pourtant, Grizou ne serait pas une exception s'il venait vraiment à être transféré l'été suivant son arrivée, comme l'annonce le quotidien Sport. Dans l'histoire, des stars ont déjà connu des situations identiques. Voici quelques exemples.

Zlatan Ibrahimovic au FC Barcelone

Vendre sa recrue star un an après, le FC Barcelone l'a déjà fait. Rappelez-vous en 2010, le club catalan a expédié Zlatan Ibrahimovic à l'AC Milan. Au prix d'une opération financière catastrophique pour le club barcelonais. A l'été 2009, Ibra est en effet arrivé en grandes pompes en Catalogne. Pour l'obtenir, les Blaugrana ont lâché un chèque de 45 millions d'euros mais ont également expédié Samuel Eto'o en Lombardie. Mais si le géant suédois a gagné la Liga et marqué 16 buts en championnat, sa relation compliquée avec Pep Guardiola a poussé le Barça à lui trouver une porte de sortie dès l'été 2010. C'est l'AC Milan qui l'a finalement récupéré pour… 24 millions d'euros.

Vidéo - Avec 200 millions d’euros, voici le mercato idéal du Barça pour cet été

07:48

Angel Di Maria à Manchester United

75 millions d'euros – un record en Premier League à l'époque – et un échec retentissant ! Angel Di Maria a marqué les esprits à Old Trafford. Mais pas dans le sens qu'il espérait. Transféré du Real Madrid en 2014, l'international albiceleste n'a jamais eu le rendement escompté. La faute à des blessures et une entente tendue avec Louis van Gaal. Après 27 matches de Premier League pour trois petits buts, l'ancien Madrilène a quitté le nord de l'Angleterre pour le PSG contre 63 millions d'euros.

Angel Di Maria sous les couleurs de Manchester United - 2015

Angel Di Maria sous les couleurs de Manchester United - 2015Panoramic

Nicolas Anelka au Real Madrid

En 1999 quand le Real Madrid accepte de lâcher 220 millions de francs (34 millions d'euros, soit le plus gros transfert du foot espagnol à cette époque) pour acheter Nicolas Anelka, on se dit que c'est le début d'une belle et longue histoire. Le Français a tout juste 20 ans et a déjà explosé en Angleterre comme en témoignent ses 17 buts en Premier League en 1998-1999. Mais il a finalement fait long feu à Madrid.

Car en quelques mois, Anelka aura réussi à s’embrouiller avec son coach, Vincente Del Bosque, sécher l’entraînement, se voir suspendu 45 jours par son club… et user la patience de nombreux Madrilènes. En dépit de ses deux buts cruciaux en demi-finales de la Ligue des champions, son attitude et ses dérapages médiatiques ont décidé les dirigeants merengue à s'en séparer dès l'été suivant. C'est le PSG qui le récupérera pour une somme proche de celle dépensée quelques mois avant par le Real…

Nicolas Anelka lors de sa présentation au Real en août 1999

Nicolas Anelka lors de sa présentation au Real en août 1999Getty Images

Gaizka Mendieta à la Lazio

Quand Gaizka Mendieta arrive à la Lazio Rome en juillet 2001 contre 48 millions d'euros, les attentes sont énormes. Il faut dire qu'à Valence – finaliste malheureux de la Ligue des champions 2000 et 2001 -, le milieu de terrain n'a eu de cesse de briller par sa vision du jeu, sa qualité de passe et son leadership. Mais son passage à Rome sera un beau fiasco. Incapable de trouver ses marques, le meneur de jeu n'est que l'ombre du génie de Valence. Le Basque ne justifie ni son transfert ni son salaire. Et la Lazio finira par le céder au Barça l'été suivant sous forme de prêt.

2001-2002 Serie A, Lazio, Gaizka Mendieta (getty images)

2001-2002 Serie A, Lazio, Gaizka Mendieta (getty images)Getty Images

Leonardo Bonucci à l'AC Milan

En 2017, Leonardo Bonucci quitte la Juventus Turin avec fracas contre une enveloppe estimée à 42 millions d'euros. Ses relations plus que compliquées avec Massimiliano Allegri y sont alors pour beaucoup. Mais après une saison loin des attentes tant sur le plan individuel que collectif et alors que le club rossonero connait des soucis financiers, le défenseur italien, qui devait être la tête de gondole du nouveau projet milanais, fait volte-face.

Pourtant hué pour son retour au Juventus Stadium en championnat, il exprime le "désir" de revenir chez les champions d'Italie en titre. L'arrivée de Cristiano Ronaldo et les ambitions européennes du club l'ont poussé à mettre son ego de côté. Et la Juve a trouvé un terrain d'entente avec l'AC Milan. Histoire de rappeler que rien n'est impossible dans le monde de football…

Leonardo Bonucci (AC Milan)

Leonardo Bonucci (AC Milan)Getty Images

Enzo Francescoli à Marseille

Passé une saison dans un club n'est évidemment pas réservé aux années 2000. Le cas d'Enzo Francescoli est là pour l'illustrer. Recruté par Bernard Tapie en 1989, l'international uruguayen aura connu une saison marquée par les blessures à l'OM. Mais "El Principe" a aussi profité de son passage sur la Canebière pour démontrer son formidable talent, même si ses absences ont profité à l'imprévisible Chris Waddle. Auteur de 11 buts sous le maillot olympien, l'élégant chef d'orchestre, devenu l'idole d'un certain Zinedine Zidane, aura ainsi notamment signé une prestation de haute volée lors de la demi-finale aller de C1 face au Benfica Lisbonne (2-1). L'échec au retour face aux Portugais et l'arrivée d'Abedi Pelé le pousseront vers Cagliari dès l'été 1990.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313