Getty Images

L'indésirable Bale peut-il devenir indispensable au Real ? Il ne serait pas le premier

L'indésirable Bale peut-il devenir indispensable au Real ? Il ne serait pas le premier

Le 23/08/2019 à 22:22Mis à jour Le 24/08/2019 à 14:42

LIGA – L’été aurait dû être celui du grand départ pour Gareth Bale, du grand ménage pour Zinédine Zidane. Et puis, finalement, le Gallois est resté, faute d’offre satisfaisante. Pas complètement comblé par cette situation ni par ses dirigeants qui ne lui ont pas apporté Paul Pogba sur un plateau, ZZ a composé avec et, finalement, réintégré Bale. Samedi dernier, Bale a été plutôt bon.

Gareth Bale n'est pas encore dans les petits papiers de Zinédine Zidane. Ce serait aller bien vite en besogne. Mais le joueur gallois est déjà revenu dans le scope de l’entraîneur du Real Madrid. Et, franchement, au vu de l'été passé et de la rancœur cumulée au fil des mois, c'est déjà beaucoup. Jugé indésirable et clairement annoncé comme tel par ZZ, avec une franchise rare quand la question d'un départ du Gallois avait été posée au technicien au cœur du mois de juillet ("Nous allons voir ce qui se passe dans les prochains jours. Cela pourrait intervenir dès demain. Si c'est le cas, ce sera pour le mieux. Espérons, pour le bien de tous, que cela arrive bientôt"), Gareth Bale était titulaire, samedi à Vigo (1-3). Et le joueur de 30 ans a été plutôt bon.

Aujourd'hui, Bale fait pleinement partie des plans du Real Madrid. ZZ l'avait dit avant le match. Et l'a confirmé après, conscient qu'il serait difficile de revendre l'ancien joueur de Tottenham, dont la valeur espérée et supposée n'est pas en rapport avec le marché de l'été 2019. Ça et les besoins du Real, liés aux petits pépins d'Eden Hazard et au gros souci de Marco Asensio, voilà l'indésirable Bale devenu un recours. De là à devenir indispensable, il n'y a qu'un pas que l'on ne franchira pas de suite mais qui est désormais imaginable.

Vidéo - Zidane : "Bale veut rester"

00:42

L'histoire regorge de ces joueurs dont les coachs ne voulaient plus et qui ont su se rendre indispensables. Dans un passé récent et à une échelle majeure, le cas Samuel Eto'o est le plus marquant. Le jour où Pep Guardiola a pris les rênes du FC Barcelone pour en faire la puissance dominante qu'elle fut au tournant des années 2010, il voulait se séparer du Camerounais et de son ego. A tout prix. Deco et Ronaldinho ont mis les voiles. Pas lui. Il s'est accroché. S'il ne s'est jamais entendu avec le maître à penser catalan, il s'est au moins imposé à lui. Devenant un élément majeur, durant un an, du Barça. Et son meilleur buteur (36 buts toutes compétitions confondues, dont un en finale de la Ligue des champions).

Zamorano et Amavisca, les exemples

Le Real, aussi, peut puiser dans son histoire pour trouver des exemples porteurs d'espoir. Saison 1994/1995, Michael Laudrup débarque en provenance du FC Barcelone. Nouvelle star pour un Real qui a bien besoin de changer après quatre années sans titre de champion. Jorge Valdano, entraîneur des Merengue, ne veut plus d'Ivan Zamorano. José Emiliano Amavisca n'est pas tellement dans les petits papiers du champion du monde 1986 non plus… alors qu'il vient d'arriver.

Gareth Bale, Zinedine Zidane

Gareth Bale, Zinedine ZidaneEurosport

Le Chilien et l'Espagnol réussiront tous les deux une grande saison, le premier s'emparant même du titre de meilleur buteur (28 réalisations) d'un championnat qui sera remporté par le Real Madrid, au nez et à la barbe d'un Barça déclinant et balayé 5-0 à Bernabeu un an quasiment jour pour jour après la manita infligée au Real du côté du Camp Nou. Ce soir-là, Zamorano réussit un triplé, Amavisca y va de son petit but aussi.

Gareth Bale sait donc qu’il y a une vie après le placard. A lui de prendre son destin en mains. Cinq ans après son arrivée et une année après le départ de celui - CR7 - dont il était censé assurer la succession, l’international gallois, dont Florentino Perez est un soutien manifeste, a hérité d’une fenêtre de tir inattendue. Il lui faudra effacer l’image indolente qu’il s’est forgée au fil du temps. Depuis qu'il joue au Real, Bale n’a jamais brillé par une régularité folle et une envie d’intégration forcenée au vestiaire merengue. "Il nous a offert des titres, il a marqué lors de finales et on le respecte tous. Il doit jouer. C’est un grand joueur qui est important pour nous", a lancé Casemiro en début de semaine. On efface tout et on recommence ?

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0