Le jeu : Le Barça impuissant

Le Barça s'est cassé les dents sur l'Atlético de Madrid. La formation catalane a certes dominé la possession. Mais sans idées, sans capacité à accélérer le jeu collectivement et pas toujours sereins à l'heure de défendre dans leur camp, les Blaugrana ont longtemps été incapables de mettre en difficulté le bloc madrilène, très bien en place. Ce sont même les Colchoneros, et notamment en première période, qui ont eu le plus d'occasions franches en se projetant bien et en dédoublant parfaitement pour gagner la bataille du milieu. S'il y a eu un petit mieux côté Barça après l'heure de jeu et avec l'entrée d'Ousmane Dembélé pour le dernier quart d'heure, ce choc a finalement manqué de prises de risques.

Lionel Messi

Crédit: Getty Images

Euro 2020
Gosens, l'homme qui change le visage de l'Allemagne… et rebat les cartes du mercato
22/06/2021 À 08:48

Les joueurs : Griezmann fantomatique, Oblak et Ter Stegen au rendez-vous

Antoine Griezmann est resté jusqu'au bout sur la pelouse. Et pourtant, le champion du monde était aux abonnés absents face à son ancienne équipe. Trop esseulé, il n'est pas parvenu à se montrer dangereux ou à peser tout simplement. Et si Óscar Mingueza a montré ses limites derrière, avant de sortir dès la pause, Lionel Messi a tenté de sublimer le match sur quelques gestes. Mais l'Argentin est tombé sur un excellent Jan Oblak, très vigilant à l'image de son homologue barcelonais Marc-André ter Stegen. A Madrid, où Luis Suarez s'est illustré dans les premières minutes, avant de disparaître, Yannick Ferreira Carrasco a lui fait mal aux Barcelonais, sans parvenir à être décisif.

Les facteurs X : La sortie de Busquets et le raté de Messi

Il y en a peut-être deux dans ce match côté Barça. Le premier élément clef est la sortie sur blessure de Sergio Busquets à la 32e. Son absence a déséquilibré l'équipe catalane qui a mis longtemps à se remettre à l'endroit pour dominer à nouveau la bataille du milieu. Et l'autre facteur X est lié à Lionel Messi. A la 41e, l'Argentin a fait parler sa classe en signant en slalom sublime avant de placer une frappe qui filait dans le but madrilène. Mais Oblak s'est détendu pour détourner le ballon.

Busquets se marcha lesionado ante el Atlético

Crédit: Getty Images

Le tweet qui fait le point

La décla : Alfred Schreuder (entraîneur adjoint du FC Barcelone)

On a eu nos chances, pas beaucoup, mais en première période il y a cette action incroyable de Leo (Messi), stoppée par un très bel arrêt. En deuxième période on a eu une belle chance avec cette tête d'Ousmane (Dembélé), qui aurait dû faire but, et le coup franc avec la reprise non cadrée d'Araujo. On aurait pu faire bouger plus vite d'un côté à l'autre, mais la défense de l'Atlético est forte. Maintenant, on doit faire avec. On est toujours là. En décembre et janvier, on voulait être dans cette situation. C'est toujours possible.

La question : Blaugrana et Colchoneros risquent-ils de regretter de ne pas avoir tout donné ?

C'est toujours délicat de disputer ce genre de choc à ce moment de la saison. Et ça s'est vu samedi après-midi, tant les deux équipes ont semblé subir la pression de ce duel clef pour le titre. Sur le terrain, cette confrontation au sommet n'a pas eu lieu sous le signe de l'envie de l'emporter. Et ce n'est pas forcément la faute des joueurs. C'est plus une question tactique. D'état d'esprit. Alors que Ronald Koeman a tardé à faire des changements pour changer le visage d'une équipe stérile, son Barça n'a ainsi jamais semblé aborder ce match comme une rencontre cruciale.
Les Catalans ont manqué d'entrain. De rage de vaincre pour aller arracher cette Liga. Et de beaucoup d'ingrédients au final pour un duel qui ressemblait pourtant à une finale sur le papier pour eux. Les protégés de Diego Simeone n'ont de leur côté pas su capitaliser sur leur bonne première période et n'ont pas voulu se mettre en danger par la suite pour aller conforter leur place de leader. Ce que l'on retient de cette opposition ? Que la peur de perdre a semblé plus forte que l'envie de gagner. Et pourtant, ce statu quo ne fait les affaires de personne. Enfin si du Real Madrid.
Les hommes de Zinédine Zidane pourraient profiter de ce nul pour prendre la tête du classement (à la différence de buts) en cas de victoire contre le Séville FC. S'ils gagnent leurs quatre derniers matches, les Merengue seront même encore sacrés. De quoi se dire que les Blaugrana et les Colchoneros avaient peut-être d'autres choses à montrer samedi pour ne pas laisser le Real avoir les cartes en mains. Mais ce n'était pas l'état d'esprit des Blaugrana et des Colchoneros, qui pourraient s'en mordre les doigts dans quelques jours.
Liga
Le voilà exaucé : Depay signe officiellement au Barça
19/06/2021 À 16:56
Transferts
Depay s'annonce à demi-mot au Barça : "Encore un peu de patience et l'information viendra"
16/06/2021 À 14:43