Il y a encore une saison, voir un Getafe – Valence était synonyme de combat et de bataille pour le haut du classement. Devenus de véritables rivaux sur et en-dehors du terrain depuis le retour des Madrilènes en Primera à l’été 2017, les deux équipes ont offert samedi soir un duel d’une grande tristesse, à tous les niveaux.
Pauvre dans la proposition de jeu, très heurté - trop peut-être car Erick Cabaco, auteur d’un tacle assassin sur Daniel Wass avant d’envoyer un taquet sur Kang in Lee, et Enes Unal, auteur d’un coup de coude sur José Gaya ont flirté avec le rouge - ce match a finalement vu une des deux équipes complètement plonger, la plus faible des deux : Valence. Pourtant, Getafe sortait d’une série de six matches sans victoire, dont cinq défaites. L’équipe la plus malade des deux n’était pas forcément celle que l’on croyait.

Un choc pour le maintien

Liga
Barcelone et Fati renversent Valence
17/10/2021 À 20:55
Balayé par l’équipe de José Bordalas (3-0), le club ché est retombé dans ses travers aperçus à Valdebebas il y a quinze jours. Anémique, sans réponse au défi physique, désorganisée, l’équipe de Valence a montré une image pathétique. L’image d’une équipe sans vie où les joueurs et l’entraîneur vivent dans deux mondes parallèles dans un club complètement déstructuré depuis le départ du duo Mateu Alemany – Marcelino Garcia Toral.
Mauro Arambarri (38e), auteur d’un golazo de 33 mètres, Jaime Mata (55e) et Carles Alena (87e), lui aussi auteur d’un magnifique but, ont fichu un coup de plus sur la tête des coéquipiers de José Luis Gaya. L’expulsion de Mouctar Diakhaby (51e) après le retour des vestiaires n’a pas aidé l’équipe à redresser la tête. Valence a terminé cette rencontre avec aucun tir cadré. Au classement, Getafe est passé devant sa victime du soir à la différence de buts. Les deux équipes ont 27 points et visent le maintien.

Gabriel Paulista a fondu en larmes après la rencontre

Une image a frappé les esprits après le coup de sifflet final : voir Gabriel Paulista, vice-capitaine de Valence et taulier moral, pleurer de détresse face à la situation dans laquelle est plongée le VCF depuis plus d’un an. "Ce club mérite beaucoup mieux que ce qu’on a vu ce soir. On va tout faire pour relever la tête, s’améliorer et remettre Valence là où il doit être." Le Brésilien, récemment naturalisé espagnol, a continué à pleurer une fois l’interview d’après-match terminée. L’impuissance totale.
Menacé depuis décembre, Javi Gracia n’a pas semblé désemparé par la situation. Son ton posé, et monocorde, a semblé en total décalage avec la situation vécue au Coliseum. "Je reconnais que cette rencontre a été très très mauvaise de notre part. Il se peut même qu’elle ait été la plus mauvaise de la saison. Il faut savoir reconnaitre que nous ne sommes pas bien et qu’il falloir beaucoup travailler jusqu’à la fin de la saison pour redresser la barre. Le club de Valence a une histoire et une 'aficion' qui méritent autre chose. C’est évident que nous ne sommes pas à la hauteur."
Interrogé sur son avenir, Gracia a expliqué qu’il ne se sentait pas un problème pour la direction du club. Un rappel salutaire : il avait remis son poste à disposition du club le 7 octobre dernier après le non-mercato estival de la part de la direction de Singapour qui lui avait promis des renforts. Ce raté, qui a mené à une guerre froide, est en train de pulvériser une saison qui s’annonçait bien difficile. Peter Lim va-t-il sonner la fin du bal pour le Navarrais ou une nouvelle fois s'en remettre aux problèmes de trésorerie du club ? Cette équipe, et le club en général, a besoin d'un coup de fouet.
Liga
Griezmann ? Toujours pas…
21/09/2021 À 20:31
Liga
Griezmann transparent, Suarez en sauveur : l'Atlético s'en sort de justesse
21/09/2021 À 19:23