Parti à l’Atlético de Madrid, Luis Suarez a tout fait pour donner des regrets aux supporters du Barça, en inscrivant un doublé pour sa première dimanche contre Grenade (6-1). Mais que les Catalans se rassurent : la relève est déjà bien assurée, grâce à la pépite Ansu Fati. L’international espagnol de 17 ans a inscrit les deux premiers buts de l’ère Ronald Koeman lors du carton blaugrana face à Villarreal (4-0), et a éclaboussé la rencontre de toute sa classe.

Au terme d’une première période stratosphérique, Fati avait déjà fait ressurgir tous les superlatifs qui accompagnent chacune de ses sorties avec Barcelone. D’abord une finition parfaite après un service de Jordi Alba (15e), puis un doublé plein de sang-froid cinq minutes plus tard sur une passe de Coutinho (20e), et enfin un penalty provoqué… et donné aussitôt à son capitaine, Lionel Messi (35e). A peine 45 minutes pour montrer toute sa panoplie de dribbleur et de finisseur, avant de baisser de pied après la pause, comme tous ses partenaires, et de céder sa place à Ousmane Dembélé (70e), qui a peut-être du souci à se faire.

Ligue des champions
Fati régale, le Barça débute par un feu d'artifice
IL Y A 16 HEURES

Lionel Messi et Ansu Fati

Crédit: Getty Images

Griezmann a pâli de la comparaison

L’ex-pensionnaire de la Masia, qui semble battre un record de précocité chaque semaine, a encore affolé les statisticiens : ce doublé - son deuxième avec Barcelone, après celui inscrit en février dernier face à Levante - fait de lui le plus jeune joueur à avoir inscrit dix buts ou plus depuis le début de saison dernière dans les cinq grands championnats. Dix buts inscrits sur seulement quinze tirs tentés depuis qu’il évolue en équipe première au Barça, comme l’a relevé la Cadena Ser à la pause ! Ajoutez l’équipe d’Espagne, et Fati cumule sept buts et deux penalties provoqués sur ses neuf dernières titularisations toutes compétitions confondues.

"Ansu a un talent énorme", disait Koeman avant la rencontre. Et l’entraîneur néerlandais, très à l'aise pour accompagner le développement des jeunes, lui a fait confiance, en le plaçant au coeur du circuit préférentiel du Barça, qui a penché à gauche entre Jordi Alba derrière lui et Lionel Messi en relais. L’Espagnol a du coup volé la vedette à Philippe Coutinho, pourtant très bon, et surtout à Antoine Griezmann. Le contraste avec le Français a été saisissant, tant Fati a semblé complice avec Messi en première mi-temps. Lorsqu’on connaît la relation qu’avait l’Argentin avec Suarez, cela pourrait compter…

Si Ansu Fati brûle les étapes, son entourage tente d’appeler à la raison. Koeman s’est montré exigeant : "Il a un bel avenir devant lui, mais parfois, il manque de concentration." Sergio Busquets, lui, a été prudent : "Fati a des qualités incroyables, mais nous ne devons pas nous presser, a dit le milieu espagnol après la rencontre. Nous devons le laisser apprendre et profiter. Il doit apprendre des grands joueurs pour élever encore son niveau." Des grands joueurs, il y en a, au Barça. Et à ce rythme, l’ascension de Fati pourrait bien en laisser quelques-uns sur le carreau.

Ligue des champions
Pjanic au FC Barcelone, mais pour quoi faire ?
IL Y A UN JOUR
Liga
La Real Sociedad corrige le Betis et rejoint Villarreal aux commandes
18/10/2020 À 21:07