Florentino Pérez remet ça. Raillé de tous les côtés, menacé par l’UEFA et son président Aleksander Ceferin de sanctions en Ligue des champions, le président du Real Madrid ne lâche pas son projet de Super Ligue, toujours pas officiellement annulé à l’heure actuelle.
Invité mardi soir de la radio Cadena SER, la plus écoutée d’Espagne, le dirigeant de la Casa Blanca n’avait pas changé d’un mot son discours. Crise économique dramatique, désintérêt ou peu d’intérêt des jeunes pour le football, rencontres peu intéressantes à voir : Pérez avait tout abordé pendant les 1h30 d’interview. Il a refait plus ou moins de même vendredi soir dans un nouvel entretien accordé à AS, le grand quotidien d’informations sportives madrilène aux côtés de Marca.
Liga
Et s'il changeait d'avis ? Dembélé aurait annoncé vouloir rester au Barça
30/03/2022 À 13:44

Pérez pense que Bordeaux n'est que le premier à tomber

Dans les premiers extraits sortis vendredi soir, Pérez a de nouveau récité son discours d’adaptation à l’époque actuelle et supplié de le croire que la Super Ligue n’avait pas été créée pour supplanter les championnats nationaux. "La nouvelle formule de la Ligue des champions ne présente aucune solution pour régler le problème auquel on fait face et elle n’est pas mieux de ce qu’il y a en ce moment. On ne peut pas attendre jusqu’à 2024", a précisé Pérez toutefois prêt à ouvrir des négociations. "Si on a fait les choses mal, on peut y remédier et confronter les idées."
Interrogé sur les énormes pertes pécuniaires subies par les clubs ces derniers mois, Florentino Pérez a été plus précis. "Le rapport de KPMG (un géant de l’audit pour les entreprises), qui a pris pour base les trois mois sans activité de la pandémie l’année dernière, dit que les clubs engagés en Super Ligue ont perdu 650 millions d’euros. Cette saison, avec une saison complète en plein contexte de pandémie, les pertes sont estimées entre 2 millions et 2,5 millions d’euros."
Florentino Pérez n’a pas raté une miette de l’actualité. Il a été mis au courant du retrait de King Street à Bordeaux et de la mise sous tutelle à venir du club par le Tribunal de Commerce de Bordeaux. "Les Girondins de Bordeaux sont en banqueroute. Soit, on fait quelque chose, soit d’autres clubs vont suivre le même chemin."

Calamiteux Pérez, "Judas" Agnelli : Super Ligue, super naufrage

Liga
En meilleure forme mais toujours pas prolongé : Dembélé rend Laporta et le Barça impatients
26/03/2022 À 13:03
Liga
Une offre "pas éternelle" : Le Real Madrid aurait averti Mbappé
20/02/2022 À 10:03