Même Zinédine Zidane en a perdu son légendaire flegme. Questionné sur son trio du milieu après la victoire du Real face à l'Atlético (2-0), le coach madrilène a lâché un "Estan de puta madre" que l'on pourrait traduire par un "putain ils sont bons !" Oui, ils sont bons. Très bons même. Le redressement spectaculaire du Real observé depuis une semaine est d'abord à mettre au crédit de Toni Kroos, Luka Modric et Casemiro. Et pas seulement parce que Kroos a déposé un corner sur la tête victorieuse du Brésilien pour ouvrir le score dans le derby de Madrid dimanche. Avant la première des trois victoires face au FC Séville, ces trois-là n'avaient été associés qu'à une seule reprise depuis le début de saison. Ils viennent d'enchaîner trois matches, trois victoires, ils ont sorti Madrid de l'ornière en régnant sans partage sur le terrain.

13e j. - Zidane : "On s'est beaucoup amélioré"

Diego Simeone confiait il y a quelques jours que choisir un milieu de terrain, c'est comme choisir la personne qui va tenir la main à votre enfant pour l'aider à traverser la rue. Il faut lui faire une confiance aveugle car c’est lui confier le destin de votre équipe. Zidane a parfaitement saisi l'enjeu pour remettre sur scène ceux qui lui ont permis de vivre ses plus belles heures dans la capitale espagnole. Le retour des incontournables, qu'on annonçait usés voire passés de mode, a revigoré le Real. En particulier celui de Casemiro, sur le banc lors de la défaite face à Donetsk (2-0).
Liga
Les 6 pépites prêtes à enflammer la Liga
IL Y A 15 HEURES

Carlos Henrique Casemiro, Sergio Ramos (Real Madrid) y Mario Hermoso (Atlético)

Crédit: Getty Images

Colonne retrouvée, Zidane sauvé

La présence du Brésilien libère la création de ses deux acolytes. La présence des trois face à Mönchengladbach en Ligue des champions a permis de se servir du jeu très vertical des Allemands pour les punir sur chaque sortie de balle grâce au talent de Modric et de Kroos dans le jeu de transition. Le premier dans le jeu court, le second dans le jeu long en caricaturant un peu. Grâce à eux, le ballon transite plus vite que les joueurs et la paire de créateurs, engagés dans une lutte contre le temps qui passe, a rendu fous les Sévillans, les Allemands et, enfin, les Colchoneros. La précision technique de la colonne vertébrale du Real (Ramos, Modric, Kroos, Benzema) est la base sur laquelle s'est appuyé Zidane pour sauver sa tête.

"Ce qui a sauvé le Real, c'est l'amour inconditionnel du vestiaire pour Zidane"

Les deux victoires face à Gladbach puis l’Atlético ne souffre d’aucune discussion. Madrid est de nouveau en pleine possession de ses moyens et en grande confiance. Le Real, qui avait trop souvent laissé l'initiative du jeu à ses adversaires depuis le début de saison, a retrouvé la maîtrise du ballon et des évènements grâce à sa paire du milieu. Casemiro a agi comme un filet de sécurité. Rien de bien nouveau si ce n'est que des doutes avaient fini par entourer leur situation à Madrid. Surtout celle de Modric. Mais à 35 ans, le Croate a retrouvé le niveau qui avait fait de lui le Ballon d'Or 2018.

La passation de pouvoir attendra

Si bien que c'est la concurrence du milieu (Federico Valverde, de retour de blessure, Martin Odegaard, Isco) qui a pris un sacré coup de vieux en une semaine. Et comme avec le reste du onze, ces trois matches ont creusé l'écart entre les vieux briscards aux palmarès XXL et ceux qui ont été recrutés pour leur succéder. L'équipe-type s'est redessinée autour d'anciens standards. La passation de pouvoir attendra.
Alors, Casemiro, Kroos et Modric ont-ils retrouvé le niveau qui a mené le Real à trois Ligues des champions consécutives (2016/2018) ? "Oui, clairement, a tranché Zidane après la victoire face à l'Atlético. Ils le prouvent sur le terrain, ils performent à un niveau très élevé." Quand on connaît leur dévouement, pour ne pas dire dévotion, à Zidane, ces trois-là avaient aussi à cœur de sauver un homme qui leur a toujours fait confiance. Avec ces trois-là, et quelques autres, ZZ peut repartir au combat. Il le savait déjà, lui n’en doutait certainement pas mais c'est toujours bon de le rappeler.

Modric celebra un gol en el Real Madrid-Atlético

Crédit: Getty Images

Supercoupe d'Europe
Benzema, légende aux airs de Ballon d'Or : "Il n'y a plus aucun doute"
HIER À 21:48
Supercoupe d'Europe
Benzema létal, déjà un trophée pour le Real
HIER À 20:53