Oui, le Real Madrid est bien en campagne pour son joueur. Non, on ne parle pas du Ballon d’Or espéré pour Karim Benzema. Mardi, c’est une autre récompense que la presse madrilène réclamait pour l’un des siens : le Prix Puskas, récompensant le plus beau but de l'année, pour Vinicius Jr.
Servi aux 25 mètres par son "grand frère" madrilène, le Brésilien s’est lancé dans une série de dribbles ahurissante, faite de passements de jambes, de crochets courts et d’un coup de rien spécial, pour aller loger une mine du gauche sous la barre du pauvre Trubin, le portier du Shakhtar Donetsk (5-0). 8 touches de balle, 4 défenseurs dans le vent pour un chef d’œuvre du "génie en liberté", dixit AS.
Liga
Rénovation du Camp Nou : les socios du Barça décideront le 19 décembre
IL Y A 18 HEURES
Je vais te faire sortir !
Pourtant, Vinicius Jr aurait dû se faire taper sur les doigts par un Carlo Ancelotti qui surveille son prodige comme le lait sur le feu. Depuis son arrivée sur le banc madrilène, "Carletto" s’est mis une idée en tête : simplifier le jeu du feu follet brésilien et sa tendance à trop en faire. Alors, à Valdebebas, les suiveurs du club madrilène ont souvent observé l’Italien recadrer gentiment son attaquant, le forçant à finir plus rapidement ses actions.
"Il me dit toujours : dans la surface, une ou deux touches, c’est bien mieux au moment de conclure, expliquait ainsi le Brésilien à AS en septembre. Il me dit que c’est mieux pour moi et les chiffres parlent d’eux-mêmes". En effet, rarement des écarts statistiques auront été aussi parlants. Avant cette saison 2021-2022, Vinicius avait disputé 118 matches pour 14 buts avec le Real. En 11 petits matches depuis la rentrée, il en est déjà à 7 pions. Soit un de plus que sur la dernière saison écoulée.
"Le coach me demande toujours de marquer plein de buts et d’être concentré sur le jeu, révélait le Brésilien mardi. Parfois j’échoue et l'entraîneur me dit: 'Je vais te faire sortir ! Je vais te faire sortir !' pour que je reste concentré et marque plus de buts pour nous". Visiblement, ça marche. Outre un jeu plus vertical sous Ancelotti qui lui offre plus de perspectives, "Vini" vise surtout juste presque tout le temps.
Sur ses 25 frappes de la saison, 17 ont été cadrées et 7 ont donc fini au fond, faisant naître ce chiffre dingue pour lui : son taux de réussite frappe/but est au-dessus des 40%. Alors, forcément, les regards changent le concernant. Dans un édito très personnel, Javier Amaro, journaliste à Marca, a décidé de faire amende honorable : "Je pensais que tu serais une carabine de foire toute ta carrière face au but mais, désormais, tu n’es pas simplement un tireur d’élite mais un vrai sniper".

Lewandowski, Messi, Benzema... Nos favoris pour le Ballon d'Or

Préparation digne de Cristiano Ronaldo

"C'est dur de dire là où il a le plus progressé, mais c'est vrai qu'il s'est beaucoup amélioré à l'heure de conclure les actions, a reconnu un Carlo Ancelotti qui savoure cette métamorphose. Il a marqué beaucoup de buts et il prend plus de plaisir en étant plus actif face aux buts adverses". Désormais, Vinicius est un titulaire à part entière de la Casa Blanca. La preuve, il a disputé presque 85% du temps de jeu madrilène en ce début de saison.
"C’est le travail qui paye", s’est félicité le Brésilien mi-septembre. Car, pour lui, le confinement aura eu un effet bénéfique. Son travail foncier, pour gagner en puissance et en coordination, a le mérite de le faire apparaître comme "un avion" physique à l’entraînement, selon les dires de la presse madrilène. Dans son quotidien, "Vini" a décidé de s’entourer de professionnels de la diététique, de ramener un préparateur physique réputé depuis le Brésil, de multiplier les séances de cryothérapie post-match, d’installer une salle de muscu à domicile et de ne plus négliger son sommeil. Une préparation surnommée "Método Ronaldo" par Marca qui a transformé le chétif Brésilien de ses débuts en un athlète franchement impressionnant.
Et forcément, c’est le joueur de football qui en profite le plus. Car s’il est devenu létal, "Vini" n’a rien perdu de ses qualités premières. En Liga, il est celui qui tente le plus de dribbles et le deuxième qui en réussit le plus. Avec un Karim Benzema carrément intenable et vraiment très complice, le Real s’est trouvé un duo que personne n’envisagerait désormais de séparer. D’ailleurs, à Madrid, plus question d’envisager Eden Hazard comme le titulaire du poste d’ailier gauche. Pour le Belge, Gareth Bale ou Marco Asensio, l’unique façon de devenir incontournable sera de briller à droite.
https://i.eurosport.com/2021/10/23/3241582.jpg

Chouchou de Florentino Pérez

Au fond, la révolution Vinicius n’en est pas une. Arrivé à seulement 18 ans dans le plus grand club du monde avec un statut à part, celui de "nouveau Neymar", le Brésilien a simplement grandi. A 21 ans, il est logiquement plus mûr et plus armé face au football européen et ses attentes. Et si quelqu’un est ravi de cette évolution, c’est bien Florentino Pérez.
Le boss madrilène avait décidé de prendre le risque en 2018 de mettre 45 millions sur la table pour éviter un nouveau raté, après l’épisode Neymar. Depuis, il n’a cessé de pousser en interne pour faire de la place au Brésilien. Quand différentes options ont été envisagées pour réussir à attirer Kylian Mbappé, le président madrilène a systématiquement fait passer la consigne de laisser Vinicius en dehors de ces considérations. Signe que Pérez y voit un joueur au potentiel marketing certain.
Mais si le président madrilène aime autant son Brésilien, c’est qu’il ne lui coûte pas encore grand-chose. De sources espagnoles, Vinicius a l’un des 5 salaires les plus bas du vestiaire merengue et un contrat qui court jusqu’en 2024. Jusqu’à présent, la pépite et son entourage avaient décidé de ne pas monter au créneau pour réclamer une augmentation. Mais les négociations autour d’un nouveau contrat sont bel et bien en cours. Signe qu’au Real, la folle métamorphose de Vinicius ne fait pas qu’affoler les filets.

Karim Benzema félicite son complice Vinicius... à sa façon

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
"Rester concentré sur ce que j'aime le plus" : Benzema, comme si de rien n'était
24/11/2021 À 23:48
Ligue des champions
Benzema et le Real au rendez-vous
24/11/2021 À 21:53