1. Il a essayé de faire revenir Neymar cet été

"Nous avons essayé de recruter Neymar cet été, nous voulions le faire revenir. Il a pris contact avec nous, voulait signer. Mais nous avons interprété le fair-play financier d’une autre manière que nous le faisons aujourd’hui. Si nous avions su, nous n’aurions pas fait cette offre". Joan Laporta a commencé son show avec une déclaration étonnante sur Neymar, dont il a avoué avoir tenté de le faire revenir en Catalogne malgré le fait de ne pas avoir les fonds nécessaires.

Neymar

Crédit: Getty Images

Liga
Gare au trompe-l'œil : Le Barça ne va pas si mal, le Real ne va pas si bien
IL Y A 6 HEURES
Si la star brésilienne n’a jamais caché que l’idée de retourner au Barça pour rejouer aux côtés de Lionel Messi trottait dans un coin de sa tête, Neymar a finalement prolongé son contrat au PSG jusqu’en 2025. Et son souhait a été exaucé par la direction parisienne : quelques semaines plus tard, le génie argentin rejoignait les rangs des vice-champions de France pour reformer le duo victorieux de la Ligue des champions 2015.

2. Il a mis les choses au clair sur le futur de son club

“Je n’ai jamais regretté d’avoir pris ce poste, je veux sauver le Barça de cette situation. Le club va déjà mieux financièrement avec une masse salariale passée de 110 à 80%”. Au moins, Laporta a rassuré tout son petit monde, assurant qu’il était heureux d'avoir repris les rênes de l'institution catalane. Obligé de dégraisser les caisses du FC Barcelone, le président arrivé en mars 2021 a tenu à remercier ses vice-capitaines Jordi Alba, Sergio Busquets et Gerard Piqué, "des héros qui ont accepté de baisser leur salaire". En ajoutant que Sergi Roberto et Umtiti allaient être les prochains à accepter de fournir un effort.

Ronald Koeman

Crédit: Getty Images

Après avoir assuré tout son “soutien, confiance et respect” à Ronald Koeman, un adepte du “cruyffisme”, Joan Laporta a eu un mot sur l’avenir des joueurs restés fidèles à la maison Barça, en plus sur celui des jeunes talents. Riqui Puig ? "Un virtuose que je ne veux pas perdre". Gerard Piqué ? "Il pourrait être un bon président du club à l’avenir". Ansu Fati ? "Le fait qu’il ait attendu l’approbation des capitaines de l’équipe pour prendre le numéro 10 de Messi en dit long sur lui". Une belle allocution pour reprendre la saison du bon pied.

3. Il a annoncé être déçu de voir Messi sous le maillot de Paris

Contraint de laisser partir son emblème historique à cause d’une "mise sous pression", Joan Laporta a évidemment suivi les débuts de Lionel Messi au Paris Saint-Germain face au Stade de Reims, le dimanche 29 août, en clôture de la 4e journée de Ligue 1. Et s’il a avoué "ne pas lui avoir parlé depuis son départ", cela ne l’a pas laissé de marbre : "J’étais attristé de voir ses débuts sous le maillot du PSG, c’était un sentiment très étrange. On ne le verra plus ici. Messi est désormais un rival que nous rencontrerons peut-être. Je n’aime pas cette idée, ce n’est pas la fin que j'avais imaginée pour lui".

Messi, Neymar, Mbappé et compagnie : "la Pulga" à l'entraînement avec le PSG

Et le président du Barça garde forcément un peu de rancoeur sur les raisons de son départ : "Nous avons subi des pressions pour signer l'accord CVC avec la Liga. Nous avions un pré-accord avec Leo pendant longtemps, mais la Liga ne l'a finalement pas accepté". Evidemment, Laporta ne s’est pas fait prier pour envoyer un petit tacle au PSG, qui, selon lui, a "enfreint toutes les règles du fair-play financier" cet été.

4. Il n’a jamais été content de Griezmann

Finalement, le retour d’Antoine Griezmann à l’Atlético de Madrid semble contenter tous les partis. Et peut-être surtout le FC Barcelone, si l’on en croit les déclarations de Joan Laporta, qui n’a pas hésité à scander que l’attaquant français n’a jamais correspondu au profil de son club. "Ce n’était pas le joueur dont nous avions besoin. Je pense qu’il aurait pu nous offrir plus sur le terrain, mais les circonstances ont été compliquées pour lui", a déclaré le président blaugrana à propos du champion du monde 2018, qui n’a jamais trouvé sa place dans le schéma de jeu particulier du Barça. "C’est évidemment un grand joueur, qui a toujours eu la bonne attitude. Mais il ne s’intégrait pas dans notre système", a terminé Laporta, apparemment pas mécontent de s’être débarrassé de Griezmann en toute fin de mercato pour économiser 60 millions d’euros.

"L'un des plus gros flops de l'histoire du mercato", Griezmann au Barça : il fallait que ça cesse

5. Il a remis le projet de Super Ligue sur la table

"Le projet est toujours vivant". Ses mots ont été clairs, plusieurs dirigeants continuent de travailler sur la Super Ligue. Et l’UEFA est loin de leur faire peur si l’on en croit les mots de Joan Laporta : "Toutes les pressions et tentatives de sanctions n'ont abouti à rien. L'UEFA ne peut rien faire pour empêcher le projet de se réaliser. Ils ont classé les dossiers et les sanctions contre les clubs anglais ont été levées”. Toujours enclin à quitter son championnat pour créer une ligue fermée, le président du FC Barcelone ne lâchera pas son objectif, qu’il soutient à corps perdu : "Il s'agira d'une compétition très attrayante, la plus attrayante du monde, dont les clubs tireront un grand profit. Bien sûr, nous devons améliorer la méritocratie, mais cela se fera", a-t-il cependant admis.

La Super Ligue est morte, vive la Super Ligue ? "Dans les faits, on y arrive pas à pas"

Liga
Le PSG aurait tenté d'arracher Ansu Fati au Barça… et il avait une bonne raison
IL Y A 21 HEURES
Liga
Une prime de 90 millions malgré des finances dans le rouge : Le Barça n'écarte pas l'option Mbappé
IL Y A 21 HEURES