C’était en 2011. Le 23 décembre, sans le savoir encore tout à fait, les Colchoneros s’offrent un cadeau de Noël avant l’heure. Et, avec lui, oubliez l’obsolescence programmée. A 41 ans, Diego Simeone n’est pas tout à fait un novice au poste d’entraîneur. Mais pas tout à fait un crack non plus. Quand il débarque dans les habits du coach principal de l’Atlético Madrid, il ne s’attend sûrement pas à y rester pour une décennie. Et pourtant…
Ce samedi, ce n’est pas de son sort dont il sera question mais bien de celui de son opposant, Ronald Koeman. Sur la sellette, le Néerlandais incarne bien malgré lui une saison barcelonaise déjà chaotique et qui ne fait que s’amplifier. Le grand déclin du Barça, initié bien avant l’arrivée du malheureux mais courageux coach batave, n’en finit plus. Et, pendant ce temps-là, l’Atlético continue de grandir. L’occasion de revenir sur la décennie écoulée où les courbes ont fini par nettement se rapprocher. Au point de se croiser ?
Liga
Le Barça cède 10% de ses droits TV pour renflouer ses caisses
30/06/2022 À 17:31

Palmarès : 5 titres en Liga et 1 C1 pour le Barça… mais rien depuis 2019

Factuellement, impossible de donner l’avantage aux Colchoneros. Parce que la domination barcelonaise fut incontestable pendant bien longtemps, symbolisée par son Argentin génial, Lionel Messi. Depuis 2011, les Blaugrana ont remporté cinq fois la Liga (2013, 2015, 2016, 2018, 2019) mais ont surtout réussi à accrocher une nouvelle C1, portés par la géniale MSN de 2015.
En face, les deux Ligas chipées par les Colchoneros (2014, 2021) ont valeur d’exploit au milieu du duopole Barça-Real mais pèsent moins lourd au moment de faire les comptes. Malgré cela, les deux Ligues Europa ajoutées au palmarès (2012, 2018) sont à noter, tout comme ces finales de C1 maudites (2014, 2016).
Reste que la tendance sur la fin de la décennie semble se nuancer. Car ce Barça n’a plus rien gagné depuis 2019 sauf une Coupe d’Espagne là où l’Atlético fait figure de favori à sa propre succession en Liga. Au fond, pour le tourner autrement : si vous souhaitez gagner des titres dans les années qui viennent, pas sûr que le Barça soit le meilleur endroit…

Liga et C1 : sur le papier, l’Atlético a tout pour marcher sur l’Europe

Entraîneurs : Simeone versus l’héritage trop lourd de Guardiola

Il n’a pas bougé, n’a pas varié, a su s’adapter au point de presque séduire les plus récalcitrants. Si un homme symbolise l’Atlético, c’est bien Diego Simeone. L’Argentin reste un personnage à part, aussi volcanique que brillant tactiquement, capable de faire dérailler n’importe quelle équipe par la force de ses convictions. Mais résumer les Colchoneros aux accomplissements de 2014 ou 2016 ferait trop vite oublier la modification génétique opérée par El Cholo ces derniers mois.
En face, il n’y a plus rien de surprenant à voir le Barça mordre logiquement la poussière face à Benfica (3-0). De l’héritage de Pep Guardiola, parti en 2012, il ne reste rien si ce n’est le poids d’un glorieux passé à assumer pour la troupe d’aujourd’hui. Tito Vilanova et Gerardo Martino ont tenté tant bien que mal de prolonger le projet avant que Luis Enrique ne réussisse à rendre la MSN létale grâce à sa verticalité assumée. Et puis… d’Ernesto Valverde à Ronald Koeman en passant par la surprise Quique Sétien, personne n’a réussi à redonner ses lettres de noblesse au jeu blaugrana.

Griezmann est-il devenu un joueur comme un autre ?

Mercato : l’équilibre versus le(s) fiasco(s)

L’Atlético n’a jamais eu peur de miser gros. Mais toujours en couvrant ses arrières. Sur la décennie écoulée, les Colchoneros sont quasiment à l’équilibre, comme l’avait calculé Goal en septembre dernier (996 millions d’achats pour 932 millions de ventes). La stratégie sera restée sensiblement la même : faire grandir des jeunes joueurs pour les revendre à prix d’or (Griezmann, Rodri, Lucas Hernandez ou Falcao). Mais les Colchoneros sont aussi sortis de leur logique rentable pour se renforcer parfois à grand frais, comme avec Joao Felix ou Thomas Lemar. Pas toujours une grande réussite mais jamais complètement des fiascos abyssaux.
En face, le bilan est bien différent. Sur les années les plus récentes, le Barça comptabilise peut-être les trois gros échecs mercato de la décennie : Philippe Coutinho (160 M), Antoine Griezmann (120M) et Ousmane Dembélé (145M). Les trois hommes figurent toujours dans le top 10 des plus gros transferts de l’histoire mais aucun d’entre eux n’a su changer le destin des Blaugrana. Mais si ce n’était qu’eux…
Sur la même période d’analyse, le Barça est déficitaire de 516 millions d’euros, souvent pour acheter au prix fort des joueurs qu’il avait pris l’habitude de former. Le tout en offrant des contrats en or à beaucoup, créant toute une liste d’indésirables qui se morfondent sur le banc mais ne trouvent pas de portes de sortie à la hauteur de leurs attentes financières. Un vrai guêpier dont le Barça est seul responsable.

"L'un des plus gros flops de l'histoire du mercato", Griezmann au Barça : il fallait que ça cesse

Finances : La dette, fardeau des deux

Si l’Atlético a mieux géré ses mercatos, son bilan financier n’est pas pour autant tout rose. Fin 2020, sa dette, en constante augmentation, flirtait avec le milliard d’euros. Mais ces derniers mois, entre les louanges de Tebas sur la gestion de la crise Covid et des résultats sportifs au-dessus des attentes, les Colchoneros ont limité l’hémorragie. Signe que le club grandit, son budget a triplé sur la décennie passée.
Pour le Barça, c’est beaucoup plus compliqué. Et ce n’est pas Laporta, hériter d’un bilan financier désastreux, qui dira l’inverse. La dette a déjà allégrement dépassé le milliard d’euros et ce ne sont pas les départs de Messi et Griezmann qui suffiront à rendre la masse salariale enfin supportable. Cette semaine, la Ligue espagnole a d’ailleurs estimé que le plafond salarial adéquat pour les Blaugrana aurait dû être de 97 millions cette saison contre 382 millions d'euros en janvier dernier. Preuve que l’édifice s’écroule et que, plus que jamais, le Barça a la corde au cou.
Ligue 1
Chelsea, Juventus, Newcastle... : Neymar, des options en questions
26/06/2022 À 22:07
Ligue 1
Witsel vers l'Atlético, l'OM sur le carreau
18/06/2022 À 16:26