Un renversement de situation improbable, un "Cholo" au bord de la crise cardiaque devant son banc, un stade incandescent : les supporters de l’Atlético de Madrid ont vécu une soirée de folie. Alors que leur équipe, en perdition, était menée 2 à 0 sur sa pelouse par Valence, les coéquipiers de Thomas Lemar ont fini par l’emporter grâce à Matheus Cunha, Angel Correa et Mario Hermoso, en marquant deux fois dans le temps additionnel de la seconde période (3-2). Les Colchoneros reviennent à quatre points du podium, avec un match en moins.
Le film du match
Liga
Un scénario idéal pour l'Atlético
11/05/2022 À 21:22
Et si le sursaut de l’Atlético dans cette saison morose, où les champions d’Espagne en titre viennent de vivre une élimination précoce en Supercoupe et en Coupe du Roi, était intervenu lors de cette 22e journée de Liga ? L’avenir le dira. Dans une spirale négative ces dernières semaines, le club de la capitale espagnole s’est offert un grand bol d’air et d’euphorie en revenant de nulle part face à des Valenciens qui pourront se mordre les doigts de n’avoir joué qu’une période.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !

Les changements gagnants de Simeone

Car les joueurs de Jose Bordalas avait mis la tête sous l’eau aux Colchoneros, au terme d’une première période hachée par les fautes, dans une rencontre qui, finalement, aura vu l’arbitre sortir onze cartons jaunes. Avec deux Français (Mouctar Diakhaby et Dimitri Foulquier) au coup d’envoi, le club Che a d’abord ouvert le score par Yusuf Musah, pas attaqué par la défense adverse (0-1, 25e). Les Murcielagos ont même pensé avoir tué tout suspense juste avant la pause, après une nouvelle séquence où l’arrière-garde madrilène, dépassée, a vu Hugo Duro doubler la mise (0-2, 44e).
Sauf que, au retour des vestiaires, les Blanquinegros se sont contentés de défendre, décidés à subir les offensives adverses. Si cela a tenu un temps, les entrants madrilènes ont fini par perturber l’organisation des neuvièmes de Liga. Simeone, pourtant sifflé dans ses décisions par le public au moment où il faisait notamment sortir João Felix pour faire entrer Felipe (57e), après avoir fait entrer Angel Correa (46e) et juste avant de lancer Matheus Cunha (57e), a fait les bons choix et donné tort à tout le monde. Il a vu le Brésilien profiter de la passivité de la défense de Valence pour réduire le score sur corner (1-2, 64e).

Clash Dembélé : "La faute du Barca, c’est de payer n’importe qui, n’importe quoi, n’importe quand"

Puis, alors que Yannick Carrasco a longtemps multiplié, sans conséquences, les dribbles géniaux, et que Suarez a confirmé qu’il n’était pas en forme face au but en ce moment, les deux joueurs ont participé, en toute fin de match, à la résurrection madrilène. La passe du premier vers le second dans la surface, repoussée par Jaume Domenech, a profité à Correa, provoquant les rugissements des supporters dans les travées du Wanda Metropolitano (2-2, 90e+1). Dans la foulée, Cunha a vu son tir manqué être repris par Hermoso, faisant chavirer les fans de l’Atlético dans une marée de bonheur (3-2, 90e+3). Un scénario fou qui tombe à pic pour les Colchoneros, à deux semaines du choc face à Barcelone, qui lorgne leur 4e place.
Liga
Le Real la tête à sa finale, l'Atlético en profite
08/05/2022 À 20:58
Liga
Seulement 3 rouges en carrière : mais comment Casemiro fait-il ?
06/05/2022 À 22:10