Les jours se suivent et se ressemblent pour l'Atlético Madrid. Quatre jours après avoir été tenu en échec par le FC Porto, en Ligue des Champions, les Colchoneros ont encore une fois été incapables de faire la différence à domicile contre l'Athletic Bilbao (0-0). Malgré la présence d'Antoine Griezmann au coup d'envoi, le club madrilène subit un deuxième nul en une semaine. La place de leader provisoire en attendant les matches du Real Madrid et de Valence ne devrait pas donner le sourire à un Diego Simeone, particulièrement remonté au coup de sifflet final notamment suite à l'exclusion de Joao Felix.
Ligue des champions
"Il était évidemment en colère" : Simeone a filé sans lui serrer la main, Klopp ne lui en veut pas
19/10/2021 À 23:02
Il faut dire que l’entraîneur argentin a eu de quoi être rouge de colère. Déjà peu satisfait du manque de réalisme de son équipe en Ligue des champions, 'El Cholo' n’a pas été plus conforté, ce samedi au Wanda Metropolitano. Ayant l’occasion de prendre seul les commandes de la Liga en attendant le reste des matches de la 5e journée, l’Atlético Madrid avait à cœur de se racheter auprès de son public après la prestation européenne.

Griezmann fantomatique

Peu à son avantage au moment de son entrée en jeu contre Porto, Griezmann a enchaîné une deuxième titularisation de suite en championnat, après celle contre l’Espanyol. Mais que ce soit contre les Catalans ou contre les Basques, le constat est le même. Le retour à la maison n’a pas rendu au champion du monde 2018 le niveau qui était le sien à la fin de son premier séjour madrilène. Toujours en manque de confiance, Grizou a eu une occasion dès la première minute et c’est tout. Associé à Angel Correa, c’est bien l’Argentin qui a été le plus entreprenant des deux (33e, 46e) pendant une heure.
Dans un rencontre qui a clairement manqué de rythme, Correa a été un semblant d’étincelle dans un jeu madrilène encore stérile aux côtés de Llorente et Trippier. C’est d’ailleurs le deuxième nommé qui a eu la meilleure occasion du match avec cette frappe qui est venue s’écraser sur le poteau d’un Unai Simon, pas inquiété jusqu’alors. Le match était déjà entré dans son dernier quart d’heure, preuve que le plan de l’Athletic Bilbao a fonctionné.

Grand club mais petite équipe : Le Barça a-t-il touché le fond ?

Bilbao a manqué le hold-up

Invaincus depuis le début de la saison et ayant déjà tenu en échec le Barça, les Basques ont d’abord cherché à être compacts avant de prendre confiance petit à petit et poussé après l’exclusion (77e) de Joao Felix, pour un geste déplacé envers l’arbitre.
Le scénario a bien failli être parfait si Inaki Williams n’avait pas perdu son face-à-face contre Oblak (48e) ou si Asier Villalibre n’avait pas manqué l’immanquable, à cinq minutes du terme ! Ce point du nul, Marcelino et ses hommes s’en contenteront sûrement. Pas sûr qu’on puisse en dire autant pour les Madrilènes…
Ligue des champions
Doublé et expulsion pour Griezmann, victoire de Liverpool, VAR : Soirée de dingue à Madrid
19/10/2021 À 20:57
Ligue des champions
Salah, la plénitude du Pharaon
18/10/2021 À 21:26