Il y a des décisions plus difficiles que d’autres à prendre. Lors de son arrivée au sein de l’Atlético de Madrid en provenance du mythique CA Independiente, Sergio Agüero est perçu comme un OVNI. Nous sommes le 30 mai 2006, l’un des plus gros diamants du football argentin vient de débarquer en Europe pour un transfert record de 23 millions d’euros et la Liga s’apprête à faire connaissance avec ce phénomène à la chevelure noire intense.
Pourtant, le "Kun" (surnom donné par ses grands-parents en référence à Kum Kum, personnage principal du dessin animé japonais du même nom) pense déjà à un retour au pays une fois sa première année passée chez les Colchoneros. "À 28 ou 29 ans, je veux être de nouveau un joueur d’Independiente, explique le frétillant majeur. Je passe 10 ans ici et ensuite je rentre en Argentine." Dix années plus tard, Agüero se voyait confronté à sa parole par des journalistes argentins et confiait alors que "les supporters d’Independiente savent (sic) que je vais terminer ma carrière à Independiente." Il n'en sera rien, puisque l'intéressé a annoncé l'arrêt forcé de sa carrière, ce mercredi midi.
Liga
"J'ai décidé d'arrêter de jouer au foot" : En larmes, Agüero annonce la fin de sa carrière
15/12/2021 À 11:32

Promesses non-tenues

Ce que Sergio Agüero ne savait pas, ou du moins ce qu’il ne voulait pas voir, c’est que promettre avec autant de candeur était incompatible avec l’engrenage du football business. Dans les faits, Agüero avait bien trop de talent pour rentrer sur sa terre natale avant la trentaine et le système l’a mangé tout cru pour profiter au maximum de ses capacités et de son statut de star mondiale. Du profit, encore plus de profit et même trop de profit.
Le dernier souvenir d’Agüero en tant que footballeur professionnel restera figé au 30 octobre 2021, la poitrine endolorie et le visage grimaçant avec le maillot du Barça sur les épaules, dans un Camp Nou incrédule. Le dernier but d’Agüero sur un terrain de football professionnel restera celui inscrit lors d’un Clásico perdu à domicile face au Real Madrid (1-2). Un but pour l’honneur dans un match ultra médiatique, c’est finalement à l’image d’un joueur passé tout près d’une carrière parfaite et rattrapé sur le gong par la réalité.

Sergio Agüero (FC Barcelone) face à Alavés, le 30 octobre 2021.

Crédit: Getty Images

En 2014, Agüero avait également fait une promesse aux fans de Manchester City. "Je resterai jusqu'à ce que nous gagnions la Ligue des champions." Chose promise, chose presque due : pour son ultime match sous les couleurs des Citizens avant le terme de son contrat, le numéro 10 échoue à remettre son équipe dans les bons rails lors de la finale de C1 2020-2021 perdue contre Chelsea (0-1). Inconsolable, Agüero passe devant la coupe aux grandes oreilles et voit disparaître son objectif le plus cher à ses yeux avant de quitter l’Angleterre.
Pas encore tout à fait guéri de cette blessure psychologique, l'Argentin s’engage dans la foulée pour le FC Barcelone et se donne du baume au cœur dans l’optique de partager le vestiaire avec Leo Messi, son meilleur ami dans ce monde toujours plus vorace du football. Mais là encore, le rêve va virer au cauchemar. Dans l’incapacité de renouveler son contrat pour poursuivre l’aventure catalane, Messi quitte le Barça pour le PSG. Ce jour-là, Agüero a probablement perdu un peu plus que le sourire.
I swear you’ll never see anything like this ever again !
La bonne humeur, c’était la bouée de sauvetage d’Agüero dans ce monde pas vraiment fait pour les enfants de chœur. "J’ai l’impression qu’il est resté le même : un déconneur, se souvient son ancien coéquipier à l’Atlético de Madrid, Florent Sinama-Pongolle, dans un entretien pour So Foot. Sergio est un bosseur, mais il aime ne pas trop se prendre au sérieux car il souhaite rester un grand enfant. (…) Il avait cette facilité à s’adapter à toutes les situations. Quand l’entraîneur met en place un plan de jeu, tu peux perdre un peu de niveau car tes capacités ne sont pas bien utilisées. Agüero arrivait à se mettre au service du collectif en gardant son football inchangé. C’est la grande force du Kun : un esprit enfantin, mais une maturité impressionnante dans le jeu."

Diego Forlan et Sergio Agüero.

Crédit: AFP

En Espagne, Agüero a fait étalage de sa vitesse, son sens du dribble et sa finition pour faire oublier un temps aux socios la légende rojiblanca Fernando Torres, excusez du peu. Aux côtés de son coéquipier d’attaque Diego Forlán, Agüero incarne la renaissance de l’Atlético de Madrid combattant comme on le connaît aujourd’hui. Le natif de Buenos Aires a participé à la qualification du club en C1 après dix ans de disette avant de remporter la Ligue Europa en 2010.
Une coupe d’Europe au rabais ? Non, tout simplement le premier trophée d’une moisson exceptionnelle à venir avec la supercoupe d’Europe suivie d’une pluie de récompenses individuelles et collectives à Manchester City : cinq championnats (2012, 2014, 2018, 2019, 2021), six coupes de la Ligue anglaise (2014, 2016, 2018, 2019, 2020, 2021), une coupe d’Angleterre (2019) et sept titres du meilleur joueur du mois en Premier League, un record en la matière.

Sergio Aguero lors de Manchester City - Sunderland en Premier League

Crédit: Panoramic

Des buts, Agüero en a marqué à la pelle durant ses dix saisons passées en Premier League. 184 en 275 matchs pour être exact, un total qui en fait le meilleur buteur non-britannique de l’histoire du championnat devant Thierry Henry (175). S’il ne fallait choisir qu’une seule de ces réalisations, comment ne pas évoquer celle du 13 mai 2012 contre les Queens Park Rangers à l’Etihad Stadium. Au bout du temps additionnel, le numéro 16 de l’époque profite d’un décalage de Mario Balotelli pour inscrire le but victorieux synonyme de titre de champion d’Angleterre pour les Citizens qui coupent par la même occasion l’herbe sous le pied de leur éternel rival, Manchester United.
Un sacre attendu depuis… 44 ans ! Aux commentaires pour Sky Sports, Martin Tyler explose en direct : "AGÜÜÜÜÜÜÜÜEEEEEEEEROOOOOOOO !!! I swear you’ll never see anything like this ever again ! So watch it, drink it in !" ("Je jure que vous ne reverrez plus jamais rien de tel ! Donc regardez-le, buvez-le !"). Depuis, aucun but n’a suscité pareille émotion à haut niveau dans un contexte aussi fatidique. Dès lors, dire que Sergio Agüero a marqué toute une génération n’est pas usurpé.

La récompense argentine

Comme en témoigne sa transformation morphologique au cours des saisons, Agüero s’est donné à corps perdu dans son sport sans compter les efforts. Son arythmie cardiaque subie contre le Deportivo Alavés il y a un mois et demi est venue lui rappeler que les sacrifices se paient aussi un jour. "Pour répondre aux rumeurs, je suis les indications des médecins du club, je fais des tests et je suis des traitements, expliquait l’intéressé sur son compte Twitter à la mi-novembre. Je verrai comment j'évolue dans les 90 jours. Toujours rester positif !" Un mois plus tard, la triste nouvelle est devenue officielle. Heureusement, la nature n’a pas été trop malveillante pour lui empêcher de réaliser l’un de ses derniers grands rêves de footballeur professionnel : remporter un trophée continental avec l’équipe A d’Argentine.
Dans ses fougueuses années, Agüero a connu ses premières anecdotes aux côtés de Messi lors du mondial U20 remporté en 2005, puis le Kun a fait sans La Pulga deux ans plus tard pour dominer le monde avec la même réussite. En 2008, il a retrouvé son ami pour remporter la médaille d’or aux JO de Pékin. Et en 2021, Agüero a participé avec succès à la conquête de la Copa América au Brésil. Une manière de tirer un trait sur une décennie où l’Albiceleste a mangé son pain noir pendant que tous ses internationaux, dont Agüero faisait partie, brillaient dans leurs clubs respectifs sur le Vieux Continent.
Après Independiente, l’Atlético de Madrid et Manchester City, Agüero a œuvré à son échelle pour remettre l’Argentine sur la voie glorieuse. La montagne barcelonaise était trop dure à gravir ? Pas grave, l’essentiel est ailleurs. À 33 ans, Sergio Agüero a appris à savoir dire stop. C’est aussi cela, le passage vers l’âge adulte.

Sergio Agüero (deuxième en partant de la gauche) entouré par Joan Laporta, Xavi et Pep Guardiola.

Crédit: Getty Images

Premier League
Agüero présente ses excuses après sa "Panenka" manquée : "C'était une mauvaise décision"
08/05/2021 À 21:21
Liga
Le Barça envisage une opération Griezmann - Morata
14/05/2022 À 16:58