On ne peut jamais lutter contre les rêves de gosse. C'est ce qu'a essayé de faire le FC Barcelone depuis avril 2019 quand, pour la première fois, il a songé à transférer Samuel Umtiti. Depuis quasiment trois ans, il a tout tenté : le déclassement sportif, le transfert contre des sommes folles devenues rapidement dérisoires et même nulles, la fuite organisée d'informations visant à le discréditer et même des menaces de licenciement. Rien n'y a fait. Pourquoi ? Parce qu'avant de devenir "Big Sam", le petit Samuel avait un rêve : réussir en Catalogne. Il n'a jamais cessé de s'y accrocher et il faut bien dire que l'énorme salaire offert par le FC Barcelone juste avant sa cascade de blessures l'a aidé à poursuivre son objectif confortablement. Le Barça a vu rouge, Umtiti est resté dans son bon droit et la situation a pourri jusqu'à ce lundi où tout s'est dénoué par surprise. Retour sur trois ans de bras de fer épuisant en quatre questions.

Samuel Umtiti

Crédit: Getty Images

Pourquoi le FC Barcelone a-t-il offert un pont d'or à Umtiti ?

Liga
Griezmann en danger à l'Atlético ? Ça dépendrait de Ronaldo
28/07/2022 À 07:24
La faute initiale du Barça date du 3 juin 2018. Mais s'agit-il seulement d'une faute ? A l'époque, personne ne crie au scandale quand Samuel Umtiti signe une prolongation de contrat de deux ans, soit jusqu'en juin 2023, pour une augmentation colossale de salaire (estimé à 9 millions d'euros annuels). L'ancien Lyonnais sort de deux belles saisons à 105 matches. Sa clause libératoire de 60 millions d'euros semble désormais dérisoire au vu de l'inflation du marché et du prix par exemple de Van Dijk (acheté 84 millions d'euros en janvier 2018).
L'Observatoire du football CIES estime alors qu'Umtiti a la valeur de transfert la plus élevée au monde pour un défenseur (101,5 millions d'euros). Manchester City et United fondent sur lui et la pression est très forte autour du FCB. Carles Puyol, légende du Barça, s'épanche dans la presse brésilienne : "Il sera bientôt parmi les meilleurs au monde." En mai, Umtiti a sa première alerte au genou gauche mais personne ne peut alors imaginer que sa carrière va piquer du nez dans les mois qui suivent. Bref, le deal est conclu onze jours avant le début de la Coupe du monde, sa clause libératoire s'élève à 500 millions d'euros et tout le monde est content.

La joie de Samuel Umtiti sous le maillot du FC Barcelone lors de la saison 2016-2017.

Crédit: Panoramic

Pourquoi le FC Barcelone a-t-il puni Umtiti ?

Du 28 septembre au 10 novembre 2018, Umtiti, touché au genou gauche, est absent. Il rechute le 27 novembre enclenchant le début des crispations car le Français refuse l'opération. Il teste un traitement alternatif au Qatar alors que Sport, journal catalan parfois porte-parole du club, annonce que la blessure (des morceaux de cartilage qui se détachent) est très inhabituelle pour un joueur de 25 ans et rappelle celle de Carles Puyol… en fin de carrière. Alors que l'inquiétude est vive autour d'un joueur sur lequel le Barça a investi énormément, deux épisodes vont tendre les relations.
En mars, dans Téléfoot, Umtiti avoue : "J'ai pris un risque avec mon genou, mais la Coupe du monde c'est tous les quatre ans, se justifie-t-il. J'ai forcé dessus, c'est pour ça que ça a compliqué les choses cette saison." Des propos qui mettent le feu en Espagne. "Il a perdu une saison", s’emporte Mundo Deportivo. Son retour, provisoire, sur les terrains fait gonfler les doutes. Le 2 avril, après une prestation ratée contre Villarreal (4-4), Marca ose : "La nuit qui peut condamner Umtiti à Barcelone." Pour la première fois, un départ d'Umtiti est envisagé d'autant que Matthijs de Ligt (Ajax Amsterdam) est dans le viseur. Le Français ne cessera d'apparaître sur la liste des transferts depuis ce terrible printemps 2019.

Du crack au crash et un cauchemar de 18 mois : Umtiti, la chute sans fin

Pourquoi la situation a-t-elle fini par pourrir ?

Plus les mois ont passé, plus la volonté du Barça de se séparer de son défenseur s'est affirmée. D'abord, sa mise en vente (autour de 60 millions d'euros) devait financer l'arrivée de de Ligt. Et puis, très vite, il a servi de fusible pour alléger la masse salariale du Barça et rectifier les erreurs de comptabilité du club catalan. Au fil du temps, son prix n'a cessé de décroître en même temps que sa situation sportive.
Relancé un temps avec Quique Setien, il a fini par replonger dans le cycle infernal des blessures (absence du 3 juillet au 2 décembre 2020 toujours à cause du genou). Même lorsqu'il était sur pied, le club, et Ronald Koeman notamment, lui ont clairement fait comprendre qu'il n'y avait plus de place pour lui. 'Big Sam' est placardisé par le Néerlandais. "Par ici la sortie", titrait Sport en Une de son quotidien en juillet 2020. En septembre, la patience du Barça touche ses limites et il envisage de le laisser filer libre.

Koeman sur Umtiti : "Nous devons prendre des décisions"

Mais à chaque mise sur le marché, Barcelone bute sur la volonté farouche du champion du monde de réussir dans le club qui l'a toujours fait rêver et l'absence de candidats de renom pour le relancer. En août 2021, alors que les deux clubs de Rome ou le Torino prennent des informations à son sujet, le FCB envisage de le licencier alors qu'Umtiti continue de refuser chaque piste proposée. Sifflé lors du trophée Joan Gamper par les Catalans qui lui font payer le départ de Lionel Messi, Umtiti va craquer quelques semaines plus tard au cours d'une réunion avec Joan Laporta au cours de laquelle il fondra en larmes. La situation est intenable mais il s'obstine : "Je n'envisage pas de partir en janvier, je veux réussir ici, affirme-t-il alors à Mundo Deportivo alors même qu'il n'a pas joué de la saison. Je ne me vois nulle part ailleurs. Mon intention est d'aller au bout de mon contrat. J'attends avec impatience de montrer que je vais bien. J'adore ce club, mais c'est vrai que je me suis senti seul. Le Barça et le football sont ma vie."

Pourquoi cette prolongation était-elle la seule issue possible ?

En décembre, un supporter saute sur sa voiture à la sortie de l'entraînement. En janvier, Esport3 remet le feu aux poudres en affirmant qu'Umtiti émarge à 20 millions d'euros annuels. Le Barça ne peut plus vendre un joueur qui n'a joué qu'un match cette saison et dont le salaire ne correspond plus à rien. Umtiti voit son image dégradée. Ecarté par Xavi, son rêve de réussir au Barça n'a jamais semblé aussi loin alors qu'il lui reste un an de contrat. A 28 ans, il est à un tournant. Usé par des années de bras de fer, et alors qu'il n'a plus de problème au genou depuis un an, il se dit sans doute qu'il est temps de revenir sur la pelouse et de redevenir un joueur de football.
Umtiti a fait un pas ce lundi en acceptant une baisse de salaire de 10% et de voir son salaire lissé jusqu'en 2026. A première vue, le Barça est le grand gagnant de cette prolongation qui lui permet de libérer de la masse salariale. Mais elle pourrait aussi complètement relancer le Français, mis au placard depuis des mois. "Le FC Barcelone tient à remercier publiquement Samuel Umtiti pour l'effort et l'affection envers le club dont il a fait preuve", témoigne le club dans un communiqué qui enterre la hache de guerre. Umtiti est intégré dans le groupe convoqué pour la Supercoupe d'Espagne en Arabie Saoudite. Cette prolongation inattendue marquera-t-il le début de sa renaissance ?
Liga
Un Barça dépensier malgré ses dettes : mais au fait qu’en pense la "bien-pensante" Espagne ?
25/07/2022 À 06:24
Liga
Lewandowski, une arrivée pleine d'ambitions : "Ecrire une nouvelle page d'histoire au Barça"
20/07/2022 À 18:48