C'est à croire que le FC Barcelone ne pourra jamais se passer de lui. Sergio Busquets est indéboulonnable. Son temps de jeu en atteste. Le milieu catalan totalise déjà 1004 minutes depuis le début de la saison avec le Barça, toutes compétitions confondues. Il est le seul à avoir passé le cap des 1000 minutes à ce stade de la saison au sein de l'effectif barcelonais, avec Memphis Depay. Toujours titulaire, rarement remplacé (quatre fois en douze matches), le joueur de 33 ans tient un rythme de marathonien. Et encore, c'est sans compter ses sélections avec l'Espagne.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Busquets est également incontournable sous le maillot de la Roja. La France a pu comprendre pourquoi. Le milieu espagnol a signé une véritable masterclass lors de la défaite face aux Bleues en finale (2-1). Toujours idéalement placé, impérial à la récupération, d'une justesse bluffante dans la relance, il a littéralement éteint Antoine Griezmann. Le Barcelonais a justement été récompensé par le titre de meilleur joueur de la phase finale, dans la foulée d'un Euro déjà bien abouti avec une sélection dont il est le capitaine.
Liga
Koeman se prononce clairement sur Dembélé : "Notre objectif est de prolonger son contrat"
26/10/2021 À 07:23

Un contraste criant

Le brassard, il le porte aussi au Barça depuis le départ de Lionel Messi. Busquets n'est en revanche pas aussi brillant en club qu'en équipe nationale. Il n'a pas échappé aux critiques dans le début de saison chaotique du FC Barcelone. Dans le marasme collectif barcelonais, ses défauts sont davantage ressortis que ses qualités. Jugé trop lent, parfois emprunté, il a régulièrement semblé perdu dans un entrejeu catalan où il peine à retrouver l'impact qu'il avait par le passé. Le contraste avec son rendement en équipe d'Espagne est criant.

Sergio Busquets avec l'Espagne face à la France

Crédit: Getty Images

Mais pas illogique. "Il a été et il est toujours l'un des meilleurs milieux défensifs purs du monde, mais ça dépend du style de jeu de son équipe et des joueurs qu'il a autour de lui, résume Augustin Galan, journaliste sur le site eurosport.es. Il est bien plus à l'aise avec l'Espagne qu'avec le Barça en ce moment, parce que la philosophie de jeu de Luis Enrique (le sélectionneur espagnol, NDLR) est bien plus proche du style de possession qui avait guidé le Barça au sommet du football mondial pendant des années."

Une question de philosophie

C'est l'histoire de Busquets. Dans un certain contexte, il reste une référence absolue à son poste. Dans un autre, il devient quasiment un joueur quelconque. "Dès qu'il n'est pas assez bien protégé au milieu, il est en difficulté, estime Augustin Galan. Dès que les adversaires du Barça attaquent les espaces et qu'il est obligé de courir vers l'arrière, il connaît des moments délicats. Son niveau frise l'excellence dans la philosophie qui lui convient, quand son équipe enchaîne de longues phases de possessions et contrôle le rythme du match, comme l'Espagne en Ligue des Nations. Malheureusement, ce n'est pas le cas du Barça en ce moment."

Karim Benzema face à Sergio Busquets

Crédit: Getty Images

C'est la clé du paradoxe. Et elle ne date pas d'hier. La direction du club catalan n'a jamais su trouver les solutions pour remplacer les emblématiques Xavi et Andres Iniesta, qui formaient avec Busquets le trio magique du milieu dans les grandes années barcelonaises. "Peut-être qu'Ivan Rakitic était finalement celui qui convenait le mieux à Busquets, avance Agustin Galan. Mais les autres, comme André Gomes, Miralem Pjanic ou Frenkie De Jong n'ont jamais été capables de créer une alchimie comparable à celle qui s'était créé entre Busquets, Xavi et Iniesta."

La quête sans fin d'un remplaçant

Le plus troublant, c'est que Busquets n'en demeure pas moins l'un des éléments les plus performants du Barça cette saison, malgré un rendement très éloigné de celui qu'il a en sélection. Aussi parce que les autres milieux catalans n'ont pas vraiment le niveau espéré. "Busquets ne devrait plus être l'un des meilleurs joueurs du Barça, surtout sous l'ère Koeman, juge Augustin Galan. Les autres milieux n'ont pas vraiment placé la barre très haut. C'est aussi pour cela qu'il est toujours l'un des meilleurs joueurs du club, même si son âge commence à être un handicap. Et ce constat vaut aussi pour Gerard Piqué et Jordi Alba qui, comme lui, n'ont pas de véritables remplaçants."
Et ce constat n'est pas nouveau, lui non plus. Le temps de jeu extrêmement élevé donné par Koeman à Busquets n'en est que la preuve la plus flagrante. "Remplacer Busquets sera l'une des tâches les plus difficiles pour Barcelone à l'avenir, confirme Augustin Galan. Mais il pourrait être encore plus brillant cette saison si Koeman ne privilégiait pas autant un style de jeu basé sur la verticalité. Si Barcelone respectait un minimum sa philosophie originelle, ses fans pourraient l'apprécier comme ils l'apprécient avec l'équipe d'Espagne." En attendant, Busquets reste indispensable au Barça. C'est à la fois admirable et inquiétant.

Sergio Busquets, Benfica - Barcelone

Crédit: Getty Images

Liga
Merci Memphis : le Barça gagne sur le gong à Villarreal
IL Y A 41 MINUTES
Liga
Rénovation du Camp Nou : les socios du Barça décideront le 19 décembre
HIER À 20:04