Imago

Savidan coule Nantes

Savidan coule Nantes
Par Eurosport

Le 10/02/2007 à 22:30Mis à jour

Nantes espérait recoller au bon wagon en s'imposant devant Valenciennes... C'est raté. Battus et humiliés (2-5), les Canaris pointent désormais en 19e position. Auteur d'un quadruplé, Savidan est plus que jamais meilleur buteur de Ligue 1 avec 13 réalisat

Que faire ? Voilà sans doute la question qui va hanter les prochaines nuits du staff et des joueurs nantais. Car ce match perdu face à Valenciennes est peut-être la quintessence d'une saison où rien ne semble vouloir fonctionner. Incisifs, offensifs, entreprenants, les Canaris l'ont été face à Valenciennes, pendant une heure au moins. Face à eux, tout d'abord, un Penneteau en état de grâce. Pieroni avait beau tenter sa chance du gauche (6e), de la tête (19e) ou du droit (45e+2), le portier valenciennois semblait invincible. Ajoutez à cela un penalty oublié sur Diallo (55e), deux poteaux (Norbert, 54e, Diallo, 57e) et l'expulsion de Payet (63e), et vous aurez une idée des difficultés nantaises.

Savidan bien trop fort

Des difficultés aggravées par la présence dans le camp valenciennois de l'autre homme du match, Steve Savidan. Qu'il ait marqué ou non le premier but (comme il en est honnêtement persuadé) à la 18e minute relève de l'anecdote - sauf bien sûr pour sa lutte avec Pauleta pour le titre de meilleur buteur. Sa présence sur cette action a trompé Barthez, il a donné le quatrième but à Dufresne (75e) et s'est chargé sans contestation possible des trois autres (49e, 72e, 88e). Alors bien sûr, on dira que Savidan a été ce soir le bourreau des Nantais, mais la vérité est que c'est l'incapacité des hommes de Georges Eo à conclure leurs actions qui est la principale cause d'une situation désormais alarmante. Et ce ne sont ni le but somptueux de Keserü (79e, 1-4), ni la frappe rageuse de Guillon (87e, 2-4) qui leur redonneront le sourire.

Pour l'anecdote, on rappellera que la dernière fois où Nantes avait encaissé cinq buts à domicile, c'était en août 2000, face à Bordeaux. Ce jour-là, Pauleta avait débuté sa carrière en France par un triplé. On a peut-être assisté à une passation de témoin à distance entre le buteur parisien et le héros valenciennois. Cette saison 200-2001, c'est également celle du dernier titre nantais. Il semble de plus loin après chaque journée qui passe....

LA DECLA : Georges Eo (entraîneur du FC Nantes)

C'est une dure, très dure soirée. Cinq buts encaissés, deux blessés (Pierre et Signorino) et un expulsé (Payet), ce n'est pas le scénario prévu. Maintenant tout va se passer au niveau du mental. Il ne faut pas baisser les bras, même si on a eu trop de carences ce soir. Nous avons été fragiles en défense, sur nos coups de pied arrêtés et inefficaces devant".

0
0