Aulas ne décolère pas

Aulas ne décolère pas
Par Eurosport

Le 25/04/2009 à 13:30Mis à jour

A l'instar de Noël Le Graët en Coupe de France, Jean-Michel Aulas a ouvertement critiqué l'arbitrage du match OL-PSG qui n'a pas souri à Lyon en match avancé de la 33e journée de L1 (0-0). Selon lui, les décisions de Bertrand Layec ont mis à mal la réussite de son équipe qui s'éloigne d'un 8e titre.

Il faut bien trouver un responsable. Après le match nul de Lyon face au Paris SG en match avancé de la 33e journée (0-0), Jean-Michel Aulas ne cherche pas plus loin que l'arbitre de la rencontre, Bertrand Layec. S'il loue les qualités de son équipe, le Président de l'OL n'a pas hésité à fustiger l'arbitrage au moment où son équipe perd pied dans la course au titre. A l'image d'un Noël Le Graët qui s'en pris à Eric Poulat après la demi-finale de Coupe de France.

"L'Olympique lyonnais fait un très bon match, le Paris SG aussi, plus défensif, a-t-il analysé au micro d'Orange Sport à la fin du match. Mais on ne peut pas ne pas s'interroger sur un certain nombre de décisions, à un moment où l'Olympique lyonnais joue bien et a des temps forts." Avant de souligner : "Un peu comme à Bordeaux de manière assez homothétique: on peut se demander ce qui se serait passé si les fautes qui existent avaient été sifflées." Si le président de Guingamp et vice-président de la Fédération devra justifier ses propos, Jean-Michel Aulas monte au créneau sans la peur au ventre.

"Les joueurs ne peuvent qu'être accablés"

Vendredi soir, une main dans la surface du Parisien Cearà, jugée involontaire par M.Layec, aurait pu procurer aux Lyonnais un penalty qui aurait bien fait leurs affaires juste avant la pause. Mais l'arbitre du centre a considéré que le geste du défenseur du PSG n'a pas à être sanctionné, celui-ci n'ayant pas pu percevoir une action de jeu amorcée dans son dos. Une action semblable à celle du match de la journée précédente Grenoble-Toulouse (1-0) qui avait permis aux Isérois d'obtenir réparation sur une décision de ce même M.Layec. Pour Jean-Michel Aulas, la pilule est très dure à avaler. D'autant qu'à Bordeaux dimanche dernier (victoire des Girondins 1-0), un penalty litigieux n'avait pas été accordé aux Lyonnais pour une faute de Matthieu Chalmé sur Ederson.

De plus, le leader phocéen joue son 33e match de la saison à Lille dimanche. Une occasion parfaite pour creuser un écart plus conséquent : à l'extérieur, l'OM ne compte qu'une défaite pour neuf victoires et six matches nuls. "Est-ce que la pression est trop forte pour les arbitres quand un certain nombre de gens les critiquent, ou suspectent que la force de Lyon réside dans cette capacité à gagner ses matches dans les temps forts?" , s'interroge un Président de l'OL amer qui n'a pas manqué de déplorer une énorme occasion manquée de Karim Benzema en toute fin de rencontre. Le symbole de cette équipe lyonnaise qui n'a plus vu son attaquant international inscrire le moindre but à Gerland en championnat depuis le 16 novembre dernier contre Bordeaux (2-1). "Si c'est le poteau qui prive l'OL d'un 8e titre, on sera beau joueur, malheureusement je pense que la vérité est plus complexe que ça."

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0