Avantage Lorient

Avantage Lorient
Par Eurosport

Le 14/03/2009 à 08:00Mis à jour

Mené au score, Lorient a réussi la bonne opération en réussissant à arracher un match nul sur la pelouse de Nantes lors de la 28e journée de Ligue 1. Grâce à ce point très précieux, les Merlus gardent 2 longueurs d'avance sur le premier reléguable, alors que pour Nantes, le danger se précise.

NANTES - LORIENT : 1-1
Buts : N'Daw (25e) pour Nantes - Morel (79e) pour Lorient

Le partage des points n'arrange finalement personne mais dans le contexte de la féroce bagarre pour le maintien, les Lorientais se satisferont davantage du nul (1-1) décroché à Nantes. Surtout parce qu'ils conservent leur dixième place au classement avec deux longueurs d'avance sur des Canaris toujours seizièmes mais aussi parce qu'ils sont su retrouver leur jeu collectif et mettre fin à une série de trois défaites consécutives. Enfin, malgré le net resserrement en seconde partie de tableau après les victoires de Monaco, Valenciennes et Sochaux, les prochains matches des Merlus s'annoncent plus abordables que ceux des hommes du président Kita face aux ténors de Ligue 1.

L'opposition de style promise par les coaches Elie Baup et Christian Gourcuff se dessine rapidement et les Nantais imposent leur puissance physique dans les premières minutes. A l'inverse, les Lorientais misent sur leurs qualités techniques collectives et ils sont les premiers à inquiéter le portier adverse quand, à la suite d'un corner, Jallet voit sa frappe croisée passer de peu à côté (10e). Devenus maîtres du jeu grâce à de bons mouvements de passes courtes, les visiteurs multiplient les offensives dangereuses et Gameiro bute sur Alonzo après un coup du sombrero et une frappe en angle fermé (17e). Pourtant, ce sont les Canaris qui ouvrent la marque après un excellent débordement suivi d'un centre de Bagayoko, préféré ce soir à Klasnic pour occuper la pointe de l'attaque, et une tête imparable de N'Daw au second poteau (1-0, 22e).

Alonzo stoppe le penalty d'Abriel

Fidèles à leurs convictions, les visiteurs conservent le contrôle du ballon mais Alonzo détourne le coup franc indirect de Vahirua (35e) et Amalfitano manque de lucidité sur sa frappe lointaine (38e) puis seul face au portier nantais (45e). Les Canaris s'approchent peu de la surface de Audard mais N'Daw parvient à trouver le poteau sur un coup franc complètement excentré (41e). Moins entreprenants mais bien plus efficaces les hommes de Baup optent clairement pour la défense en bloc après la pause. Solides et bien en place, ils effectuent un pressing intense et contiennent sans mal des Lorientais dynamisés par l'entrée d'Obertan mais toujours peu présents dans la zone de vérité.

Pourtant Baup se méfie de cette option trop défensive et demande à ses troupes d'évoluer plus haut. Le temps que ses joueurs saisissent le message, un sérieux flottement se fait sentir. Poulard déséquilibre Morel à l'entrée de sa surface et M. Turpin siffle un penalty contestable. Abriel qui avait marqué lors de deux des trois dernières victoires lorientaises face à Nantes, perd son duel face à Alonzo (70e). Ses partenaires ne trouvent décidemment pas le chemin des filets mais Morel ne se décourage pas et profite d'une incroyable passivité nantaise pour débouler dans l'axe du milieu de terrain avant de décocher une lourde frappe de vingt-mètres (1-1, 79e). Confirmant ses bonnes dispositions à l'extérieur, Lorient n'a pas gagné depuis dix matches mais obtient un nul bon pour le moral avant d'affronter Saint-Etienne, Grenoble et Nice. Les Nantais, eux, devront avant tout limiter les dégâts face à Marseille, Lille et Toulouse.

LA DECLA : Elie Baup (entraîneur du FC Nantes)

Lorient nous a toujours posé des problèmes. On a eu trop de difficultés de personnes, entre la sortie de Capoue, puis Da Rocha qui souffrait de crampes, Maréval qui ne tenait pas et Moullec qui demandait à sortir. Je ne pouvais pas changer tout le monde. On a eu du mal à accompagner nos actions hautes, ce qui nous a mis sur le reculoir. On a surtout eu du mal à tenir le rythme au fil des changements. Après, sur le but encaissé, on peut refaire le match, se dire qu'il ressemble à celui encaissé à Saint-Etienne, mais le fait de moins resserrer les lignes et de ne pas arriver à garder la même intensité, c'est notre défaut! Il faut se battre et continuer à relever la tête.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0