LORIENT - LILLE : 3-1
Buts : Ciani (64e), Saïfi (87e) et Abriel (90e) pour Lorient. - Cabaye (36e) pour Lille

Eric Gerets n'est pas seul à manier l'art du coaching à la perfection. Christian Gourcuff est aussi un maître en la matière. L'entraîneur lorientais l'a une nouvelle fois démontré samedi contre Lille, en effectuant des choix payants en seconde période. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, force est de constater qu'avec sa troisième défaite consécutive, le LOSC se complique sérieusement la tâche en vue d'un accessit aux places européennes. L'an passé déjà, Lille avait perdu tout espoir de jouer la Coupe de l'UEFA à l'issue d'un match nul concédé lors de la dernière journée face à Lorient (1-1). Samedi, l'histoire a longtemps failli se répéter au tableau d'affichage. Mais finalement, c'est la conséquence directe qui pourrait bien se reproduire dans quatre journées. Pourtant jamais jusqu'ici les Nordistes n'avaient perdu dans l'élite face aux Merlus (quatre nuls et trois défaites). La statistique est désormais périmée en grande partie grâce au travail d'homme.
Après une première période globalement maîtrisée par les Lillois, domination concrétisée par le but de Yohann Cabaye au terme d'un enchaîne contrôle de la poitrine-reprise de volée parfait (1-0 ; 64e), Lille avait tous les atouts en main pour l'emporter. Mais en refusant le jeu après la pause, les partenaires de Rio Mavuba se sont eux-mêmes tiré une balle dans le pied. Voyant le scénario se mettre en place et le match lui échapper, Christian Gourcuff a donc décidé de réagir. Il n'a pas attendu longtemps avant de lancer dans le bain ses cartes maîtresses. Dans un premier temps, c'est Marama Vahirua qui est entré dans la danse. Puis quelques minutes après, Saïfi l'a imité pour compléter ainsi la panoplie d'attaquants lorientais présents sur le terrain. Dès lors, le LOSC n'a pas résisté longtemps à la vague orange. Sur un corner du Tahitien, Michaël Ciani a d'abord égalisé de la tête (1-1 ; 64e) et donné au passage le coup d'envoi d'une dernière demi-heure à sens unique. Car ce sont bien les Bretons qui ont ensuite continué d'attaquer. De réaction lilloise il n'y a pas eu.
Bastos, l'ombre de lui-même
Ligue 1
Deux pétards pour une nouvelle leçon : Le roi Burak s'est encore fâché
IL Y A 7 HEURES
Sous l'impulsion de ses nouveaux entrants, Lorient s'est créé une multitude d'occasions, bien plus que durant toute la première mi-temps. Et ce devait arriver arriva : Lille a fini par craquer. Après une erreur monumentale d'Adil Rami, c'est Rafik Saïfi qui donné l'avantage aux siens (2-1 ; 87e). Dans la foulée, Fabrice Abriel a donné plus d'ampleur à la victoire de son équipe (3-1 ; 90e), et en même temps à la différence de motivation affichée par les deux formations en cette fin de saison. Car curieusement au Moustoir, ce ne sont pas les mieux placés au classement qui ont semblé les plus fringants. La carotte d'une place en Europa League la saison prochaine, voire d'une hypothétique qualification pour le troisième tour préliminaire de Ligue des champions, n'a pas donné plus d'appétit aux Lillois. Bien au contraire. A l'image de leur meilleur joueur Michel Bastos, transparent, les Nordistes ont traîné leur ennui sur la pelouse, errant comme des âmes en peine.
Dans ce brouillard de motivation, aucun n'est sorti du lot. Pas même le jeune Eden Hazard, irréprochable à chaque fois cette saison quand son entraîneur a fait appel à lui. Cette fois, l'international Espoirs Belge a été aligné d'entrée en pointe. Un choix stratégique de Rudi Garcia qui ne s'est pas avéré payant. Une décision qui ne remet pourtant pas en cause le talent du technicien passé par Le Mans. Il y a des soirs comme ça où tout vous réussit. Christian Gourcuff, dont l'équipe est désormais assurée du maintien, ne s'en plaindra pas.
LA DECLA : Rudi Garcia (entraîneur de Lille)
"On n'a pas trouvé un Losc spécialement fringant. J'ai trouvé beaucoup d'envie mais moins de fluidité dans les enchaînements. C'est notre fragilité défensive qui nous coûte beaucoup. En première mi-temps, nous avions le bon état d'esprit pour défendre et ça nous a permis d'ouvrir le score, mais après l'égalisation, c'est devenu plus compliqué. Lorient avait des attaquants frais. Il va falloir analyser la situation. C'est de nouveau un résultat décevant. Dans notre situation, un match nul n'aurait pas été franchement intéressant, sauf pour casser la spirale. Maintenant, on a 10 jours pour préparer le match décisif et la grande confrontation à Toulouse."
Ligue 1
Lille file à toute allure vers le titre
IL Y A 8 HEURES
Ligue 1
"Si Lens prive Lille de titre, on en parlera encore dans 20 ans !"
HIER À 22:46