LORIENT - SAINT-ETIENNE: 3-1
Buts: Amalfitano (12e), Vahirua (13e), Saïfi (90+2) pour Lorient et Benalouane (39e) pour Saint-Etienne.
Plus rien ne réussit à Saint-Etienne. L'envie y est, la combativité tout autant mais pour gagner, il faut marquer, être efficace, jouer vite et se révolter quand le cours des évènements vous est défavorable. Après avoir encaissé deux buts dans le premier quart d'heure d'un match face à un concurrent direct pour le maintien, ici Lorient, l'ASSE ne s'est que rarement montrée capable de renverser la vapeur. Peut-être ne fallait-il pas encaisser ces deux buts si tôt dans la rencontre et de manière si rapprochée, comme deux coups de feu assommant une bête agonisante. Après cette lourde défaite en Bretagne (3-1), Saint-Etienne plonge un peu plus dans le doute.
Celui dont une équipe peut difficilement se défaire, tant l'atmosphère autour du club du Forez semble de plus en plus pesante. Après les déclarations d'Alain Perrin en début de semaine, prônant le désengagement voire la démobilisation en Coupe de l'UEFA, la colère des quelques centaines de supporters intervenus au centre d'entraînement de L'Etrat, cette nouvelle défaite pourrait faire déborder le vase. Finie ainsi la période importante au cours de laquelle les Verts jouaient des confrontations directes avec des candidats pour le maintien, ces derniers entrent désormais dans une autre période plus difficile où des candidats pour le titre et les accessits européens se dresseront devant eux (Marseille, Rennes et Lille).
Ligue 1
Mbappé, bien plus qu'un doublé
HIER À 16:06
Une part de malchance
Après la fébrilité à Grenoble et son issue cruelle, Saint-Etienne a vécu un scénario dramatique mais aux sources bien différentes. Aux deux buts encaissés dans le premier quart d'heure, se sont ajoutées des blessures afin de durcir une tâche qui l'était déjà au coup d'envoi pour Yohan Benalouane et ses compères. David Sauget (21e) et Ilan (55e) ont dû ainsi quitter le terrain et laisser leurs coéquipiers face au défi qui se proposait à eux. Sans la présence de l'attaquant brésilien en tant que point d'ancrage sur le front de l'attaque, l'objectif s'annonçait presque impossible à remplir. Et pourtant, la réduction du score de Benalouane, avant la mi-temps (2-1, 40e), aurait pu laisser un espoir de revenir, le recul incessant et la timidité des Lorientais aidant.
Finalement, les opportunités de revenir furent assez rares. Les Merlus eux, contrairement aux semaines précédentes, se montraient particulièrement tranchants en contre. Kévin Gameiro, très généreux de par son activité, aussi de par ses occasions ratées mais auteur de deux passes décisives, procurait quelques sueurs froides à Jérémie Janot, très sollicité au Stade du Moustoir mais inexplicablement peu inspiré. Le taulier de la maison verte n'a été que très rarement décisif. Et le troisième but signé Saïfi (3-1, 90e+2) n'est qu'anecdotique mais souligne, dans sa construction, tous les maux dont souffrent les Verts. A deux mois de la fin de la saison, ils sont touchés mais pas encore coulés.
Ligue 1
Ce PSG résiste à tout : un scénario dingue et Paris recolle à Lille
HIER À 12:55
Ligue 1
Mise à l'écart, triplé et tension : Khazri - Puel, histoire d'un grand gâchis
17/04/2021 À 21:03