Nantes, le fiasco

Nantes, les raisons du naufrage
Par Eurosport

Le 01/06/2009 à 09:30Mis à jour

Un club historique, rongé par les rancoeurs du groupe professionnel, l'incompétence avéré de ses dirigeants et l'imbécilité récurrente d'une partie de ses supporters. Relégué en L2 pour la deuxième fois en trois ans, le FC Nantes s'apprête à vivre une intersaison plus qu'agitée. Etats des lieux.

Un recrutement calamiteux

En juin dernier, Waldemar Kita offrait un "nom" aux supporters: Ivan Klasnic. Mais l'international croate symbolisera à lui seul le fiasco nantais. Avec six buts en 28 matchs, l'ancien joueur du Werder Brême ne s'est jamais adapté à son nouveau club. Pataud, à court physiquement et rarement décisif, le protégé de l'homme d'affaires ne va pas laisser de bons souvenirs du côté de la Beaujoire. La suite? Michael Gravgaard, l'international danois, présenté comme un "patron de défense" s'est avéré être un vrai poids lourd et ne sera resté que six mois, prêté à Hambourg. Ricardo Faty, arrivé en prêt, ne sera pas conservé. Seuls Alonzo et N'Daw auront évolué à un niveau correct.

Un fond de jeu inexistant

Rapidement débarqué l'été dernier, Michel Der Zakarian était remplacé par Elie Baup. Un coach chevronné et habitué à la Ligue 1. Pour un résultat qui n'a pas porté ses fruits. Nantes a produit un jeu d'une pauvreté affligeante. Le pire du championnat avec Le Havre. Une défense aux abois, souffrant de criantes insuffisances individuelles, un milieu de terrain dénué de toute forme d'inventivité et une attaque amorphe. En plus des insuffisances techniques, les Canaris n'ont pas eu le mental adéquat face à une telle situation. Alonzo et Da Rocha n'ont pas suffi pour insuffler la révolte.

Un climat délétère

Ridicule sur le terrain, le FC Nantes l'aura également été en dehors. Une saison digne des plus mauvais soaps. Tout le club est à blâmer. Président, dirigeants et supporters. Suffisant, Kita concentre à lui seul toute la colère des fans nantais. Au-delà de ses choix ratés, le franco-polonais a trop voulu se mettre en avant. Ce qu'il a payé cash. Tête contre tête avec un supporter avant la finale de la Coupe de France, déclarations intempestives envers ses joueurs ("un groupe de perdants"). Sa méthode n'est pas passée. Les pseudos supporters ont également leur part de responsabilité dans l'actuel déficit d'image du club. Des joueurs pris à partie, la Jonelière détériorée, la tribune présidentielle envahie contre Auxerre, l'insécurité à la Beaujoire. Pitoyable à tous les étages.

Quelle équipe en Ligue 2?

Même si les supporters souhaitent son départ, Kita restera président, sauf si une bonne offre de rachat arrive sur son bureau. Peu probable. Au poste d'entraîneur, Elie Baup, à qui il reste une année de contrat, va rencontrer ses dirigeants dans la semaine. "Soit je me retrouve dans un projet sportif qui m'est présenté, soit j'arrête. Il n'y a pas d'histoire d'argent", annonce l'ancien Bordelais. Christian Gourcuff a été sondé, mais il reste à Lorient. Du côté des joueurs. Klasnic va s'en aller, R. Faty n'est pas conservé, Gravgaard doit se trouver un nouveau club, Da Rocha n'est pas prolongé. Bagayoko, Vainqueur, Abdoun sont pistés par des clubs de L1. Ténéma N'Diaye, l'attaquant malien de Tours est l'unique recrue pour le moment. Le chantier est énorme.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0