PARIS-SG - RENNES : 0-1
But : Sakho (66e c.s.c.)
L'occasion était belle. Paris l'a manquée. Encore. Il y a un mois, le PSG n'était pas parvenu à squatter le fauteuil de leader en s'inclinant face à Marseille (1-3). Dimanche, le club de la capitale n'a pas su chiper la troisième place à Lyon. Il serait pourtant monté sur le podium si Rennes n'avait pas douché ses ambitions européennes. L'équipe de Paul Le Guen a beau jouer les trouble-fêtes après deux saisons galères, elle a encore étalé ses limites mentales et techniques au grand jour. Certes, à quatre journées du terme, Paris ne compte qu'un point de retard sur l'OL. Mais il a sans doute laissé passer le wagon de la Ligue des champions en concédant son quatrième revers de la saison au Parc des Princes.
Dans la tête de Guy Lacombe, le succès de ses hommes face à son ancien club n'a pas qu'un doux parfum de revanche. Il prépare idéalement Rennes à une finale de Coupe de France qui hante leurs esprits et qu'ils joueront samedi prochain, face à Guingamp. Pour les Parisiens, ce résultat à un goût nettement plus amer. Peut-être parce qu'après avoir enchaîné trois rencontres sans encaisser le moindre but, leur arrière-garde a cédé sur un coup du sort. Sur une volée de Jérôme Leroy déviée sans son propre but par l'infortuné Mamadou Sakho (66e).
Ligue 1
La fin d'une époque
03/05/2009 À 11:45
Douchez et le poteau s'interposent
Mais Paris ne pourra se retrancher uniquement derrière le spectre de la malchance. Durant plus d'une heure de jeu, les coéquipiers de Sylvain Armand n'ont rien montré, ont subi le pressing tout-terrain des Rennais sérieux, disciplinés et agressifs sur le porteur du ballon. Pendant tout ce temps, la rencontre a été d'un profond ennui. Et les deux formations n'ont cadré aucune de leurs douze premières tentatives. Paris a réveillé un Parc somnolant sur une triple occasion ponctuée par une deux arrêts réflexes de Douchez et un poteau de Luyindula (63e).
Sans Guillaume Hoarau, forfait de dernière minute en raison d'une douleur aux adducteurs, le PSG s'est par la suite escrimé à passer par les ailes pour distiller des centres... qui n'ont jamais trouvé preneur. Et malgré quelques éclairs d'un Sessegnon aussi insaisissable que maladroit dans le dernier geste, il a raté une occase en or de s'immiscer sur le podium. Pas sûr qu'une telle opportunité se représente d'ici au 30 mai.
LA DECLA : Paul Le Guen (entraîneur du PSG)
"C'est une déception par rapport à l'opportunité que l'on avait et le scénario du match. Rennes prend six points contre nous sur cette saison mais on n'a pas eu de réussite. Il y a peut-être un manque de qualité mais on n'a pas fait un si mauvais match que ça. On a fait ce que l'on a pu. On se bagarre, on est conscient des enjeux. Je sens malgré tout une équipe mobilisée. Je n'ai pas senti des joueurs qui laissaient filer. Je n'ai pas ressenti de nervosité (par rapport à la possibilité de prendre la 3e place). On est proche du maximum depuis le début de la saison. Je n'ai cessé de répéter que Marseille, Bordeaux et Lyon ont des effectifs plus importants mais quand on a cette possibilité de basculer à la 3e place, il faut la saisir. Cela permet au club de franchir des étapes."
Coupe de France
Besoin de rythme ou risque de blessure : Neymar, l'éternel dilemme
IL Y A 16 HEURES
Coupe de France
Le PSG sans Verratti ni Navas contre Angers
IL Y A UN JOUR