NANCY - PARIS SG : 1-1
Buts : Macaluso (34e) pour Nancy - Hoarau (2e) pour Paris.
Si l'objectif non avoué était de prendre un point pour retrouver la confiance, force est de constater qu'il est rempli des deux côtés. Mais au terme d'un match vivant, Nancy et Paris peuvent toutefois s'estimer déçus du résultat. Car en fin de compte, chacun a eu sa chance de l'emporter. Sans finalement réussir à concrétiser. Reste que ce match nul permet en même temps aux deux formations de se rassurer. Tandis que les Nancéiens sont toujours invaincus à domicile, les Parisiens repartent eux de Lorraine l'esprit libéré. Ils viennent de mettre fin à une série de deux défaites consécutives. Et cela suffit pour l'instant à les contenter.
Par trois fois déjà cette saison, l'ASNL avait concédé le match nul à la maison. Il faut croire décidément que c'est le score à la mode du côté de Marcel-Picot. Pourtant, les vingt-deux acteurs ont tout fait d'entrée pour éviter un tel scénario. En témoigne la tête victorieuse de Guillaume Hoarau, sur sa première occasion (0-1, 2e). Grâce à leur nouvelle spécialité - Paris a marqué 60% de ses buts dans le premier quart - les joueurs de la capitale ont pris les devants. On aurait donc pu croire à ce moment-là que le match était plié, comme auparavant contre Bordeaux, Nantes et Caen. Seulement voilà, les joueurs de la capitale n'ont pas su, ou pas pu, conserver leur avantage. La faute à une formation nancéienne incisive, qui a très vite comblé son retard, par Damian Macaluso (1-1, 34e).
Ligue 1
"J'ai trouvé mon équilibre" : Ramos, un match et un but qui changent tout ?
IL Y A UN JOUR
Hoarau retrouve le sourire
Sous une pluie battante et sur une pelouse glissante, les hommes de Pablo Correa sont alors maîtres de leur sujet. Beaucoup plus précis dans leurs passes et tranchants dans leurs enchaînements, ils ballottent une équipe parisienne bien mal en point à ce moment-là. Mais alors que les Parisiens ont été très maladroits en première période, la tendance s'est brusquement inversée par la suite. Au retour des vestiaires, Fabrice Pancrate et ses coéquipiers sont méconnaissables et se procurent bon nombre d'occasions (50e, 60e, 85e et 90e), toutes manquées, au grand désespoir de leur entraîneur. Malgré les absences remarquées de Ludovic Giuly, Jérôme Rothen et Claude Makelele, le Paris-SG a chèrement vendu sa peau. Sous l'impulsion d'un Guillaume Hoarau, très remuant et dans tous les bons coups, c'est toute l'équipe parisienne qui a retrouvé en seconde période de l'allant et de l'envie.
Mais malgré toute sa bonne volonté, Paris ne l'a pas emporté. "C'est un bon point, a toutefois estimé le buteur parisien à la fin de la rencontre. On avance. L'essentiel était de ne pas perdre". Car oui, l'essentiel était bien là. Après deux faux pas contre Saint-Etienne et Grenoble, le PSG se devait de redresser la barre pour ne pas voir les fantômes de la saison passée repointer le bout de leur nez. Côté nancéien, le maigre point récolté est également le bienvenu même si Pablo Correa aurait sans doute espéré mieux. Mais il ne fera pas le difficile. Car la saison est longue. Et tout ce qui est pris n'est plus à prendre, paraît-il.
LA DÉCLA : Paul Le Guen (entraîneur du PSG)
"Je suis déjà très content. Nous avons fait un bon match avec beaucoup d'occasions. Le seul point négatif est de ne pas avoir gagné. Nous nous sommes créé des situations très favorables. Surtout en deuxième mi-temps. Mais faire un nul à Nancy, c'est quand même une performance. Je trouve que les joueurs ont démontré des qualités. Après avoir marqué, nous avons un peu trop subi, perdu le ballon trop facilement. Je pense que c'est deux points de perdu, je suis déçu du résultat mais satisfait de la manière. Et surtout de la réaction que nous avons eue après la défaite contre Grenoble en nous qualifiant jeudi (en C3) et en réalisant un match solide ce soir" (dimanche).
Ligue 1
Tout a souri à Paris
IL Y A UN JOUR
Ligue 1
Le PSG sans Donnarumma face à Reims, Mbappé et Messi dans le groupe
HIER À 10:40