LYON - SAINT-ETIENNE: 1-1
Buts: Juninho (53e) pour Lyon - Mirallas (49e) pour Saint-Etienne
En ces temps quelque peu troubles pour le football national, comme en témoigne sa popularité déclinante, le derby de ce dimanche soir entre Lyon et Saint-Etienne a été un nouveau révélateur d'un ennui latent au moment où l'on doit vibrer pour ce genre d'oppositions. La règle est également devenue de plus en plus le cas pour un autre choc phare qu'est par exemple OM-PSG (ou PSG-OM pour ceux qui préfèrent), à l'exception de la première manche riche en buts qui a eu lieu à la fin du mois octobre. Le résultat final (1-1) n'arrange ni Lyon, qui n'a pu se détacher en tête du classement à la faveur du match nul de Bordeaux face à Lille, ni Saint-Etienne.
Les Foréziens avancent cependant à petits pas et tentent avant tout, en ce moment, de soigner leurs maux à défaut de retrouver ce qui a fait d'eux l'une des formations les plus difficiles à manoeuvrer à domicile, à savoir le jeu rapide et à une touche de balle. Un point ce n'est finalement pas si mal pour Saint-Etienne alors que la partie s'annonçait particulièrement déséquilibrée sur le papier, l'ASSE pointant au dix-huitième rang avant le coup d'envoi du match. Particulièrement solides de bout en bout, Kévin Mirallas, buteur au retour des vestiaires (0-1, 49e), et ses compères auraient même pu réaliser le hold-up sans parfait sans deux coups du sort.
Ligue 1
Bordeaux s'en sort bien
01/02/2009 À 17:10
Bonjour paresse
D'abord l'égalisation inspirée sur coup de pied arrêté de Juninho (1-1, 53e) puis le penalty non sifflé à Ilan (63e) alors que "Sainté" faisait jeu égal avec son rival historique. M. Lannoy, situé à quelques mètres de l'attaquant brésilien, n'a rien vu. Tout comme les spectateurs qui n'ont pas vu grand chose au cours de quatre-vingt dix minutes bien trop décevantes de la part des Rhodaniens, incapables d'accélérer le jeu, pour ne dire paresseux, ou de faire vivre cette flamme qui a souvent rejailli lors des grands succès de l'OL. Elle a seulement été entrevue en fin de première période lorsque Juninho, Benzema ou encore Piquionne (44e, 45e+2, 45e+3) ont monté en pression pour forcer le verrou du Forez.
La serrure a finalement bien résisté et c'est probablement cela qui a exaspéré les joueurs de Claude Puel, au point que Frédéric Piquionne ne soit le héros malheureux de la soirée. L'ancien Rennais a été particulièrement maladroit alors que Delgado, Källström ou encore Fabio Santos n'avait pas de problèmes criants à créer des décalages. Pire, il a été expulsé en seconde période (54e), laissant ses partenaires avec des munitions en moins pour marquer. Lyon ne brille plus et reste sans victoire à Gerland depuis plus de deux mois et son succès autoritaire sur Bordeaux, assurément son dernier match référence en championnat. Tout comme son voisin, le leader avance à petits pas mais gare aux poursuivants.
LA DECLA: Frédéric Piquionne (Lyon)
"C'est une soirée qui me fait très mal. J'ai complètement raté mon match et perdu les pédales à force de vouloir bien faire, de montrer ce que je voulais apporter. J'ai conscience de ce qui risque de m'attendre maintenant pendant plusieurs semaines. Je dois tenter d'oublier et me remettre à travailler. Au-delà de ma performance, cela fait mal de perdre deux points importants dans ce derby."
Ligue 1
Marseille en panne à Bonal
01/02/2009 À 17:00
D1 Arkema
Lyon-PSG, finale pour le titre et spectre de la saison blanche
29/05/2021 À 21:56