MAURO CETTO, votre entraineur a souligné le manque de fraicheur du PSG sur cette rencontre...

M.C. : Oui, peut-être. J'ai ressenti ça en fin de première période, et on s'est dit à la mi-temps qu'il y avait un coup à faire à la reprise. On a beaucoup mieux joué en deuxième mi-temps en profitant des espaces.

Ligue 1
Le PSG rechute
29/10/2008 À 18:50

Vous voilà troisièmes du classement...

M.C. : Ce qui nous fait plaisir, c'est d'avoir gagné au Parc. D'avoir fait un bon match. On avait joué Lyon et Bordeaux à l'extérieur (deux défaites, NDLR) sans être vraiment nous-mêmes. On a retrouvé ce qui faisait notre force: l'engagement, l'état d'esprit, la solidarité. C'est surtout ça qui nous fait plaisir. Après, au niveau du classement, on sait que ça change tous les week-ends. On est content d'être à cette place, mais on ne la regarde pas plus que ça.

Quelles sont les ambitions toulousaines désormais ?

M.C. : On a toujours dit que l'objectif était d'arriver le plus haut possible, sans se poser de questions. On veut juste prendre les points le plus vite possible. On regarde plutôt derrière. Nous sommes troisièmes, nous étions cinquièmes le week-end dernier et on aurait perdu des places si on n'avait pas gagné ce match. Il faut en être conscient. Regarder devant serait prétentieux de notre part. On est une nouvelle équipe, jeune. On sait que c'est trop tôt pour parler du haut du classement. On est sur notre chemin, sans trop regarder le classement.

Pour vous, que représente la nomination de Diego Maradona à la tête de la sélection argentine ?

M.C. : Ça me fait plaisir. D'abord par rapport à l'homme. Le voir bien, en forme en sachant qu'il a frôlé la mort il y a quelques années. Tous les Argentins sont fiers de ça. Maintenant, il y a une grosse attente autour de lui et on espère qu'il va réussir en tant qu'entraineur ce qu'il a réussi en tant que joueur.

Que représente Diego Maradona en Argentine ?

M.C. : Personnellement, c'est mon idole. Pour toute ma génération. On l'a vu joué quand on était gamins, c'est notre idole. Il représente l'équivalent de Zidane pour les Français. Le voir aussi bien, ça fait vraiment plaisir.

Ligue 1
Cetto: "Apprécier le présent"
23/09/2008 À 11:00
Ligue 1
Cetto : "Ne plus vivre ça"
28/07/2008 À 13:45