Le football français souffre d'un mal chronique. Aussi lancinant que pernicieux, il égrène au fil des saisons les meilleurs raisons de s'apitoyer sur son sort et de croire que l'herbe est toujours plus verte ailleurs. Elle l'est sans doute... Alors que la valse des entraîneurs a déjà gagné la majorité des clubs de l'élite, il est bien complexe de trouver dans l'organisation des clubs de l'Hexagone l'ébauche d'un projet construit, audacieux voire porteur de succès à plus ou moins long terme.

La tendance française est ainsi faite. A chaque saison, ses bourgeons et à chaque époque, ses têtes qui tombent sans réellement que l'on comprenne les raisons de ces changements incessants. Marseille, Paris, Rennes vivent une saison pleine de promesses. L'OM, proche de conquérir un titre, Paris qui sort enfin du purgatoire du bas de tableau pour revenir dans la cour des grands, Rennes qui a failli s'offrir un titre 38 ans après le dernier, la logique sportive n'existe donc pas.

Ligue 1
Kombouaré, c'est compliqué
07/05/2009 À 11:20

C'est ainsi que les grands penseurs de notre football voient les choses. Alors que l'Angleterre est devenue la référence absolue à tous les niveaux, la France s'entête à vouloir faire différemment pour les résultats que l'on connaît. On pourra toujours ressortir l'argument financier pour expliquer les différences entre les deux pays, le raisonnement se veut plus complexe. Pour obtenir des résultats, la stabilité au sein d'un club est essentielle. Arsenal avec Wenger, Ferguson avec M.U., Benitez désormais avec Liverpool confortent l'idée qu'on ne peut s'offrir un grand club par la seule grâce de millions d'euros.

Blanc et Deschamps auront-ils assez de temps?

Si la fuite des meilleurs joueurs français repose sur une implacable logique financière, il n'en est pas de même pour les entraîneurs. Bien sur, Eric Gerets a choisi les pétrodollars mais tout indique que l'OM avait les moyens de le garder en se montrant plus prompt à lui proposer un nouveau contrat mieux ficelé. En fait, une question se pose vraiment : La Ligue 1 a-t-elle les entraîneurs qu'elle mérite ?

Bien difficile actuellement de voir dans nos techniciens de vraies pointures mondiales. Arsène Wenger mis à part, aucun n'a acquis une dimension internationale. Laurent Blanc et Didier Deschamps possèdent l'étoffe pour le devenir mais une question demeure. Auront-ils le temps et les moyens de développer au sein d'une structure française un projet viable sur plusieurs années et non pas en une ou deux saisons?

Au moment où le jeu des chaises va battre son plein, il serait bon que nos dirigeants pensent à consolider leurs fondations avant de vouloir se faire un toilettage de printemps.

Ligue 1
Le Guen quitte le PSG
06/05/2009 À 02:45
Ligue 1
Deschamps succèdera à Gerets
04/05/2009 À 22:30