JEAN FERNANDEZ, quel est votre sentiment après cette défaite ? Vous sentez-vous volé ?

J.F. : On est déçu. Déçu d'avoir stoppé cette série de dix matches sans défaite. Le PSG doit surtout sa victoire à sa deuxième période, ils ont su nous mettre sous pression. On a raté le coche en première mi-temps avec deux très belles occasions. On aurait pu mener, et ce serait devenu un match beaucoup plus compliqué pour Paris. J'ai senti de la fatigue chez mes joueurs après la pause, alors que le PSG poussait pour gagner. On a perdu des ballons faciles, on a beaucoup subi même si on n'a pas concédé beaucoup d'occasions de but. Par contre, je ne sais pas trop ce qu'on a fait au niveau du marquage sur le but du PSG. On est quand même bien reparti, et puis il y a eu cette faute de Sakho sur Contout. J'ai vu le ballon partir en profondeur, j'ai vu Contout dans la surface et je me suis dit: "Si Sakho le touche, c'est penalty". Et c'est ce qu'il s'est passé. Mr Enjimi a signalé le penalty, et après je n'ai pas trop suivi. Je crois que son assistant lui a dit que c'était en dehors de la surface de réparation. A partir de là, Mr Enjimi est revenu sur sa décision pour siffler un coup franc qu'on n'a pas très bien joué. On a fait rentrer deux attaquants sur la fin, puis un troisième, mais cela n'a pas suffi pour revenir au score.

Ligue 1
Kombouaré : "Une grosse perte"
28/11/2009 À 22:18

Avez-vous été victime d'une injustice ?

J.F. : Oui, c'est une injustice. Je suis très déçu pour les joueurs de l'AJA. On restait sur une série de dix matches sans défaite, on s'accrochait à cette série. Pour moi elle était importante. A partir du moment où il y a penalty, l'arbitre doit siffler et c'est ce qu'il a fait avant de revenir sur sa décision. A 1-1, je pense que cela aurait été difficile pour Paris. Donc il y a beaucoup de déception, beaucoup de frustration. Cela fait partie du jeu, même si on est très en colère.

Malgré la bonne prestation de Contout, c'est difficile pour Auxerre sans Jelen...

J.F. : Oui. Contout a surtout fait une bonne première période, où il a réussi à prendre de vitesse les défenseurs parisiens par deux fois. Et ce n'est pas facile. La première fois, il a perdu son tête à tête avec Coupet, la deuxième il a essayé de la glisser à Niculae et ça s'est joué à pas grand chose. Le tournant est là. Si on met une de ces deux occasions, c'est plus compliqué pour Paris après. Ça fait partie du jeu. C'est dommage pour nous de perdre dans ces conditions.

Etes-vous en colère contre l'arbitrage ou contre vous-même ?

J.F. : Un peu contre nous, parce qu'on peut mieux faire en seconde période. Mais surtout contre l'arbitre.

Pensez-vous qu'il a cédé à une sorte de pression ?

J.F. : Oui, celle de son juge de touche. Il a vu le penalty et il l'a sifflé. Et c'est là que son assistant l'a appelé pour lui dire: "Il n'est pas dans la surface de réparation, je pense qu'il est à l'extérieur." C'est ce qu'on m'a répété. Et l'arbitre est revenu sur sa décision pour siffler un coup franc à la limite de la surface. C'est dommage parce qu'on était bien. On savait que ce serait dur ici car Paris était en déficit de points. On s'attendait à ce qu'ils poussent. On a été très correct en première période, un peu moins en seconde. C'est un peu le film du match. Il y a de la frustration. Et de la colère, aussi, car on méritait un penalty et il nous a été malheureusement refusé.

Mr Ennjimi était-il mieux placé que son assistant ?

J.F. : Oui, je pense. Il n'a pas hésité. Quand il a sifflé la faute, il a désigné le point de penalty. Je ne sais pas ce qui lui a pris. Puisqu'il l'a vu, je ne sais pas pourquoi il est revenu sur sa décision. En plus je l'ai vu du banc de touche ce penalty.

En avez-vous parlé avec lui ?

J.F. : Non. C'est déjà difficile parce qu'ils vont voir qu'ils se sont trompés. Pour nous, c'est dommage. Les joueurs sont en colère et l'arbitre aurait dû rester sur sa décision, car c'était la bonne.

Avant le but parisien, Auxerre a quand même développé une belle qualité de jeu...

J.F. : Je pense que c'est le capital confiance. On était dans une bonne dynamique. On en était quand même à sept victoires consécutives, contre des équipes de qualité. Ce n'est pas rien. On a montré en première période qu'il y avait de la qualité même si, techniquement, il y a encore beaucoup de déchet. On doit jouer un peu plus vite et avec plus de précision, mais ce n'est pas facile non plus. On a la volonté de bien défendre et aussi de jouer. Contout a été bon, Niculae aussi même s'il peut mieux faire. Mais je crois que ça aurait été plus compliqué pour Paris si on avait eu Jelen.

Ligue 1
Paris, une victoire au goût amer
28/11/2009 À 20:33
Ligue 2
Grenoble arrache un point et une place sur le podium
09/01/2021 À 17:18