LUDOVIC GIULY, comment appréhendez-vous le contexte tendu ?
L.G. : Je ne connaissais pas ce contexte-là, j'apprends. Cela fait partie du métier. Il faut savoir s'accrocher. On est tous très motivé, très professionnel. On n'est pas au mieux en ce moment, mais on ne baisse pas les bras. C'est plus dans la tête qu'autre chose. Il faut arrêter de discuter, arrêter de lire et d'entendre tout ce qui se dit autour de nous, et rester concentré sur le carré vert. On ne s'en sortira que comme ça.
Dans quel état d'esprit êtes-vous ?
Coupe de France
Paris, toujours ça de pris
10/02/2010 À 09:45
L.G. : Quand on est 15e et qu'on n'est pas bon, on ne peut pas être content. Mais ce n'est pas non plus la fin du monde. Il faut savoir garder la joie dans le groupe. Moi, ce n'est pas pour ça que je vais m'enterrer chez moi et que je ne vais plus voir personne.
Selon vous, un fossé est-il en train de se creuser entre vous et les supporters ?
L.G. : Les supporters, on les a écoutés. Ils sont mécontents et c'est normal. Mais je ne pense pas qu'il y ait un début de fracture entre eux et nous. Ils sont toujours 35.000 chaque week-end dans le stade. A nous de regagner leur confiance. La seule solution, c'est gagner des matches.
D'où vient le problème au PSG ?
L.G. : Le problème est mental. Dès qu'on prend un but, on n'a pas la sensation de pouvoir réagir. On doit à tout prix rectifier ça. Cela passe par un match ou deux sans prendre de but pour reprendre confiance et relancer la machine. Mais ça va sourire et repartir, j'en suis convaincu.
Comment avez-vous pris la sortie d'Antoine Kombouaré sur les "tire-au-flanc"?
L.G. : Le coach a dit ce qu'il pensait à ce moment-là. Il faut respecter son discours. Il a eu raison. A nous de réagir en restant concentré sur le terrain. Le problème, c'est qu'ici, on doit analyser tout ce qui se dit et ce qui s'écrit.
Pour les prochaines échéances, quels sont vos objectifs ?
L.G. : Avec le déplacement à Nancy et les réceptions de Toulouse et Marseille, on va avoir trois matches très importants pour se relancer. On sait ce qu'on veut. A nous de le démontrer sur le terrain. Si on prend sept points, je signe tout de suite.
A Nancy, Stéphane Sessegnon sera suspendu....
L.G. : Stéphane est important dans le groupe, il prend pas mal de coups, il est encore jeune, il va apprendre. Il a conscience qu'il nous fait du tort sur des réactions un peu chaudes.
Ligue 1
Le miracle Mbappé, ça change tout au projet
IL Y A 24 MINUTES
Ligue 1
PSG champion, OM 2e, coup double de Mbappé : le tableau d’honneur de la L1
IL Y A 26 MINUTES