Nenê est intelligent"

Wendel : "Nenê est intelligent"
Par Eurosport

Le 30/10/2009 à 16:25Mis à jour

Avant le choc de la 12e journée de Ligue 1 entre Bordeaux et Monaco, Wendel juge son compatriote Nenê. Le Brésilien se méfie grandement de lui ainsi que de l'ASM, qui a bien changé depuis la saison dernière. Wendel fait également le point sur son équipe, qui a enfin recommencé à marquer dans le jeu.

WENDEL, êtes-vous surpris par Monaco, deuxième de la Ligue 1 ?

W. : Cette année, ils sont plus solides défensivement, il y a l'efficacité de Nenê, qui est en ce moment à neuf buts et trois passes décisives. Cette solidité, ils ne l'avaient pas l'an dernier. Ils ont aussi un jeu plus collectif. C'est ça la clé de cette équipe. Dès qu'ils sont à l'extérieur, ils essayent de défendre. J'ai bien regardé le match contre Marseille (1-2), Alonso va vite, Nenê est intelligent et il y a Park qui est un très bon joueur. Ils profitent chaque fois pour contrer et ils vont essayer de faire de même à Chaban-Delmas.

Contre Le Mans (3-0), Bordeaux a enfin marqué dans le jeu. Cela vous posait problème, notamment à Cavenaghi muet depuis février ?

W. : Non, car à chaque match, on a pas mal d'occasions. C'est vrai, on n'a pas marqué contre Auxerre (1-0), les derniers buts étaient sur coups de pied arrêtés. Ce sont des périodes comme ça. Moi je ne suis pas un buteur, j'ai eu une période difficile l'an dernier les six premiers mois. Parfois tu fais de bonnes choses à chaque match mais tu n'y arrives pas. J'espère que "Cave" va marquer le plus vite possible, c'est un garçon très fort au niveau mental. Il va revenir, c'est sûr et certain. Je ne pense pas qu'il en souffre, il rigole beaucoup dans le vestiaire, il n'a pas changé. A l'entraînement si vous regardez bien, il continue à marquer. Il lui manque ce but pour retrouver la confiance.

Comme Monaco, votre équipe marque beaucoup sur coups de pied arrêtés. Vous les travaillez ?

W. : Franchement, non. C'est étonnant, on en tire trois, quatre, cinq par semaine. Après, c'est la qualité des joueurs devant le but, qui sont toujours bien placés, et l'application des tireurs. C'est notre force depuis des années. C'est le timing, le feeling entre le tireur et les joueurs qui sont dans la surface. On n'a pas de consignes particulières du coach, ni de position définie. Les trois lascars (Ciani, Diarra et Chamakh), qui mesurent presque deux mètres, doivent attaquer le ballon et les autres doivent se partager entre le premier et le deuxième poteau.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0