L'attaque de Paolo Maldini avait été aussi inattendue que violente. Depuis, Yoann Gourcuff n'a toujours pas parlé à la presse pour répliquer à son ancien partenaire italien des années milanaises. Actuellement blessé, le meneur de jeu de Lyon n'a pas non plus pu répondre sur le terrain ce week-end. Mais il a trouvé du monde pour défendre sa cause. Ceux qui l’ont connu à Bordeaux ou depuis le début de la saison à Lyon n’ont pas reconnu leur coéquipier ou ancien partenaire dans le portrait dressé par Maldini. Et ils s'étonnent surtout que son professionnalisme puisse être remis en cause. "Je ne le connais pas beaucoup, mais il est le premier à arriver et le dernier à sortir, a lâché Michel Bastos sur les ondes de RTL, lundi dans Club Liza. Dès qu'il arrive, il est toujours en train de faire quelque chose, des étirements, ou alors il va directement voir un kiné. Je pense que c'est du professionnalisme." S'il le côtoie seulement depuis quelques mois à Lyon, le Brésilien assène : "c'est quelqu'un de très professionnel. Plus que les autres même. Beaucoup plus que les autres…"

Cédric Carrasso a, lui, passé un peu plus de temps avec le Breton. Toute la saison dernière, il a pu apprécier le comportement de Gourcuff. Et il n'en revient toujours pas de la sortie de Maldini. "Cela fait peur, a reconnu le portier des Girondins sur le plateau de 100% Foot sur M6. A Bordeaux, on connait le contraire. Il était toujours là une heure avant chaque entraînement et bossait beaucoup. Cela n'avait rien à voir. C'était le top". Son président, Jean-Louis Triaud, a également défendu son ancien protégé qui était décrit comme un joueur individualiste par Maldini. "Yoann n’est pas comme ça. Un numéro dix qui ne joue pas collectif, c’est un petit peu bizarre. Cela ne correspond pas du tout à ce que l’on a connu de Yoann à Bordeaux",  s'était étonné le président aquitain sur RMC vendredi.

Ligue 1
Paris avait fait le plus dur...
28/11/2010 À 19:16

"A Bordeaux, on connait le contraire "

Michel Bastos, Cédric Carrasso et Jean-Louis Triaud n'ont bien sûr pas eu la chance de voir Gourcuff à Milan. Il a pu évoluer et mûrir depuis. Ou avoir un comportement différent à Milan où il n’avait que vingt ans et ne jouait pas beaucoup. Erreur. Christian Gourcuff, en bon père, se souvient que les Italiens le voulaient ardemment en 2009, avant que Bordeaux lâche les 15 millions d’euros demandés. "S’il avait laissé un aussi mauvais souvenir à Milan, je ne vois pas pourquoi les dirigeants de l'AC Milan auraient fait des pieds et des mains pour le récupérer à l’issue de son prêt d’un an aux Girondins",a-t-il rappelé sur Canal + samedi soir. Et le technicien des Merlus ne comprend pas non plus ces critiques. "Yoann était pendant ses vacances avec Maldini et il jouait au foot avec son fils. Il y a des choses assez bizarres. Evidemment, je défends mon fils et je ne suis pas le plus objectif pour répondre mais y a des choses assez bizarres."

Rappelons aux distraits les bizarreries de Maldini dans L'Equipe vendredi dernier : "Gourcuff, au Milan, s’est trompé à 100%. De ce que j’ai vu, une bonne part des torts provient de lui. Son problème ici, c’était son comportement. Il ne s’est pas montré intelligent dans la manière de se gérer lui-même". Ou encore :"Il n’était pas toujours à l’heure. Il s’est passé beaucoup de choses. Des choses qu’il n’est pas possible de raconter. Mais, lui, il sait très bien ce qu’il a fait".  Zinedine Zidane  a conseillé au Lyonnais, dimanche sur Canal +, "de se lâcher sans se poser de question sur ce qu'on dit autour de lui, car ça peut déstabiliser".

Ligue 1
Rien de neuf à Lyon, Depay change tout
HIER À 23:03
Ligue 1
Un départ tonitruant et l'OL corrige Monaco
HIER À 21:44