Belhanda-Giroud, le clash

Belhanda-Giroud, ça chauffe
Par Eurosport

Le 03/05/2012 à 08:15Mis à jour Le 03/05/2012 à 09:56

Younes Belhanda en veut à Olivier Giroud de ne pas avoir tiré le penalty montpelliérain manqué en fin de match mardi, face à Evian-TG (2-2). "C’était à lui de prendre ses responsabilités !", lâche le meneur de jeu marocain dans L'Equipe.

Non, vraiment, la pilule ne passe pas. Younes Belhanda n'a pas digéré le match nul entre Montpellier et Evian-TG (2-2). Mardi soir, Souleymane Camara avait pourtant le penalty de la victoire au bout du pied. Peut-être même celui du titre. Le Sénégalais a voulu le tirer. Il l'a manqué. Et le MHSC ne compte plus que trois points d'avance sur le PSG, vainqueur de Saint-Etienne le lendemain (2-0). Pour le plus grand agacement de Belhanda. Dans les colonnes de L'Equipe, le meneur de jeu marocain exprime sa rancœur envers ses coéquipiers. Envers Camara, bien sûr. Mais aussi envers Olivier Giroud. "Je croyais qu’il allait prendre le ballon, puisque c’était à son tour de tirer le penalty, alors je n’y suis pas allé, raconte Belhanda dans L'Equipe. Et je vois que Camara s’en charge alors qu’il ne tire jamais. Je vais voir 'Souley', je lui demande s’il est sûr de lui, il me dit oui. J’étais prêt à le tirer mais je n’allais pas lui prendre le ballon des mains (...) Contre Ajaccio, il (Giroud) se bat presque avec moi pour tirer le penalty ; là il y en a un qui peut quasiment nous offrir le titre et il ne le tire pas. C’était à lui de prendre ses responsabilités !"

Belhanda et Giroud n'en sont pas à leur premier désaccord au sujet d'un penalty. Les deux hommes s'étaient accrochés le 11 février, face à Ajaccio (3-0). Joint par L'Equipe, le meilleur buteur de Ligue 1 n'a voulu accabler Camara. Ni même répondre à Belhanda. L’attaquant international s'est surtout efforcé de jusitifer le choix du tireur de penalty face à l’ETG : "A Toulouse (1-0, le 27 avril), raconte Giroud, 'Souley' m’avait déjà demandé de le tirer, je lui avais répondu que c’était à mon tour. Cette fois, après mon échec, je n’étais peut-être pas dans les meilleures dispositions, même si j’étais prêt à le tirer. Souley s’est présenté pour le faire. Ce n’était pas le moment ni l’endroit pour en débattre. Il a pris ses responsabilités et on ne peut pas lui en vouloir. Cela arrive à tout le monde d’en rater, moi le premier. Les plus grands noms du football (Messi et Cristiano Ronaldo) en ont loupé la semaine dernière. Il l’a tiré dans un contexte très difficile car il a dû gérer une longue attente après le carton rouge."

"Si Camara avait marqué, on aurait eu huit points d’avance "

Pour Giroud, les huit minutes de tension qui ont suivi la faute de Cédric Cambon sur Rémy Cabella sonnent comme une circonstance atténuante. Pas pour Belhanda, qui ne retient qu'une chose : "Si Camara avait marqué, on aurait eu huit points d’avance sur Paris, on pouvait être sereins, mais là, on n’est sûrs de rien." Le stratège montpelliérain nage d'autant plus dans l'incertitude qu'il a été expulsé après un accrochage avec Cédric Mongongu. Pour lui, cela ne fait aucun doute : ce carton rouge a mis prématurément un terme à sa saison. "Je sais déjà que c’est fini, que je suis en vacances, lâche Belhanda, qui estime n'avoir "rien à (se) reprocher". Sauf de ne pas s'être écroulé sur le terrain lorsque Mongongu l'a frappé. "J’ai été stupide. J’aurais dû me rouler par terre. J’apprends de mes erreurs."

Celle de mardi soir privera certainement Montpellier de son maître à jouer pour les trois dernières rencontres. "Je termine la saison sans que l’on soit sûrs d’être champions, insiste Belhanda. Il y a Rennes, Lille, et on va finir à Auxerre (le 20), qui va peut-être jouer son maintien sur ce match. Ça va être difficile." Plutôt que de s'apitoyer sur le sort de son équipe, Giroud préfère tirer des leçons. Tout en regardant le bon côté des choses : "On aurait dû garder nos nerfs et être plus malins, retient-il. Malgré tout, je n’oublie pas que l’on est toujours leaders à trois journées de la fin et que nous avons notre destin entre nos mains." Belhanda n'est pas tout à fait du même avis.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0