Cabella-Camara, ça roule

Cabella-Camara, les détonateurs
Par Eurosport

Le 08/05/2012 à 00:59Mis à jour Le 08/05/2012 à 08:34

Lundi, Montpellier s'est imposé à Rennes (0-2) avec un suppléant de choix, Rémi Cabella, et un revanchard, Souleymane Camara. La preuve que le leader peut surmonter l'absence de joueurs majeurs.

Au soir de la 35e journée, le doute semblait s'être immiscé dans les rangs montpelliérains. Au terme d'un match épique face à Evian Thonon-Gaillard (2-2), René Girard avait perdu son meneur de jeu, Younès Belhanda, expulsé. Dans la foulée, Montpellier avait loupé l'occasion de prendre une option sur la couronne nationale, Souleymane Camara manquant un penalty. Cette fin de match et les rebondissements auraient pu peser lourdement dans la suite des événements. Il n'en a rien été. Le MHSC n'a pas perdu les pédales.

Mardi à Rennes, Montpellier s'est imposé 2-0. Grâce à... Souleymane Camara et Rémi Cabella. René Girard avait décidé d'aligner ce dernier en soutien d'Olivier Giroud. Le jeune meneur de jeu, âgé de 20 ans, a rapidement endossé avec classe le costume de doublure. Comme il l'avait fait brillamment durant la Coupe d'Afrique des nations, qui mobilisait Belhanda. Au-delà d'avoir été le Montpelliérain qui a touché le plus de ballons (63), Cabella a sans cesse percuté, dézoné, pour écarter les lignes d'un bloc rennais bien regroupé lors du premier quart d'heure. "Il a la fraîcheur, la qualité, l'insouciance, il faut juste qu'il se discipline un peu, comme Younes (Belhanda), même s'il a plus d'expérience", souligne René Girard.

Girard: " N ous avions préparé tout le monde à jouer "

Auteur de sept centres (soit le total le plus important des 22 acteurs), le remplaçant de Belhanda a semé le trouble dans la défense bretonne, délivrant, de manière plus ou moins volontaire, une passe décisive à Souleymane Camara (25e). Le Sénégalais s'est fait pardonner. Une belle réaction, à l'orgueil, pour celui qui a inscrit, au passage, son 9e but de la saison en Ligue 1. Dès le retour des vestiaires, Cabella s'est distingué par une belle chevauchée, enchaînant les dribbles et les passements de jambes. Regonflé à bloc, le joueur a évolué en pleine confiance. En atteste sa frappe limpide, aux 25 mètres, plein axe, qui s'est écrasée sur le poteau rennais avant de rebondir, avec une chance certaine, dans le dos de Costil, qui a poussé le cuir dans ses propres filets (2-0, 52e).

Un titre de champion ne se gagne pas à 11. Tôt ou tard, tout le groupe doit se mettre au diapason. Girard peut donc savourer. "Nous étions privés de garçons majeurs, rappelle-t-il, mais nous avions préparé tout le monde à jouer, et quand on voit le match que fait Rémy (Cabella) ce soir..." Avec 5 tirs, dont 2 cadrés à eux deux, la paire Camara-Cabella a été le parfait complément d'un Olivier Giroud omniprésent et précieux, notamment dos au but, et d'un John Utaka un petit peu plus en dedans (0 tir). Camara renoue avec la confiance alors que Cabella déploie ses ailes. Ça tombe bien, Montpellier aura besoin d'eux d'ici le 20 mai prochain.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0