Bernard Casoni, prépare-t-on une saison en Ligue 1 comme on prépare une saison en Ligue 2 ou en National ?
B.C. : Ce n'est pas parce qu'on est en Ligue 1 qu'on va changer. On est là pour progresser, pour apprendre. Comme on l'a fait ces deux dernières saisons. Notre effectif a encore l'ossature du National. Ne brûlons pas les étapes.
Votre équipe a-t-elle les moyens de viser le milieu de tableau dès sa première saison en Ligue 1 ?
Ligue 1
Toulouse avance pas à pas
20/07/2011 À 21:52
B.C. : L'objectif, c'est de finir entre la première et la dix-septième place. Si on arrive à se maintenir, ce sera pas mal. On ajustera éventuellement l'objectif en fonction de nos performances. Mais pour l'instant, ça ne sert à rien de viser plus haut. Restons raisonnables.
On vous sent ultra-prudent. C'est le syndrome "Arles-Avignon" ?
Arrêtez avec ça. On n'a pas la même approche. On essaie de bâtir sur l'existant. Arles-Avignon a écrit son histoire, on va essayer d'écrire la notre. Point.
Revenons au terrain. Quelles sont vos intentions de jeu ?
J'aimerais jouer comme le Barça, mais il faut rester lucide : je n'ai pas les joueurs pour ça. On ne va pas essayer de faire du Barça. On va faire du Evian, si possible en mieux.
C'est-à-dire ?
L'an dernier, l'attaque a bien tourné. C'était même la meilleure de Ligue 2. Mais derrière, on a connu de grosses défaillances. On a pris des buts qu'on aurait pu éviter. Cette saison, ça ne pardonnera pas. Si tu veux exister en Ligue 1, tu te dois d'être solide. On va essayer d'améliorer ça.
Govou, Leroy, Ehret, Khelifa, Mensah... Sur quels critères les avez-vous engagé ces joueurs ?
On s'est d'abord renseigné sur leur état d'esprit. On voulait des joueurs humbles et travailleurs. Des joueurs qui connaissent la valeur du travail. Je crois qu'on ne s'est pas trompés.
Le recrutement est-il clos ?
Il faut voir avec le président, c'est lui qui a les sous. Mais je répète ce que j'ai déjà dit : on a besoin d'un latéral, d'un défenseur central et d'un milieu offensif côté gauche.
Quelle valeur accordez-vous à l'arrivée de Sidney Govou ?
Ça, c'est un gros coup. Dire qu'il y a encore un an, Sidney était un international... Pour l'instant, il n'est pas au top. Normal : il n'a pas joué depuis trois mois. Mais Sidney, c'est quand même un gars qui a joué plus de 400 matches de Ligue 1, qui a près de 50 sélections en équipe de France. Son expérience va forcément compter. Sa venue veut dire qu'après deux titres de champion (en National et en Ligue 2), le club est devenu attractif, qu'on avance. Mais on n'est qu'au début de l'histoire.
Match amical
Marseille au petit trot
20/07/2011 À 18:23
Ligue 1
Une fin de match complètement loco et l'OM enchaîne
13/03/2021 À 17:53