AFP

L'implosion ou le rebond

L'implosion ou le rebond
Par Eurosport

Le 06/04/2012 à 13:30Mis à jour Le 06/04/2012 à 13:56

Eliminé de la Ligue des Champions et au fond du trou, l'OM s'en va défier le PSG, dimanche au Parc des Princes. Didier Deschamps essaie de recoller les morceaux et attend une réaction à Paris. Tout en sachant et en reconnaissant que "ça ne sauvera rien".

Munich et le Bayern sont derrière eux. Mais la pilule a encore du mal à passer. Mardi, les Olympiens ont perdu leur neuvième match en dix sorties. Paradoxalement, c'est le revers le plus attendu et le plus logique qui a fait sauter l'édifice. Sans doute la goutte d'eau qui a fait déborder un vase déjà trop plein. D'ici la fin du mois de mai, l'Olympique de Marseille a encore dix matches à disputer. Mais combien qui comptent vraiment ? La finale de la Coupe de la Ligue, samedi prochain au Stade de France, est le dernier vrai rayon de soleil d'une saison terne. Avant ça, il y aura Montpellier et, surtout, Paris. Dimanche au Parc, les Marseillais disputeront cependant plus qu'un match. Parce que c'est le PSG. Parce que l’OM n'a jamais été aussi proche de l'implosion ces dernières saisons.

Dans les travées de l'Allianz-Arena, les Marseillais étaient d'accord sur un point. Au moins. Réussir face au PSG est une obligation. Mais ça, c'était mardi soir. Depuis, les Marseillais sont tombés un peu plus bas et les rangs ne se sont peut-être pas resserrés. Ça a beaucoup discuté, jeudi au centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus. Durant deux heures, tout le monde a déballé son sac. Benoît Cheyrou et André-Pierre Gignac, notamment, en ont pris pour leur grade. Vendredi, Deschamps n'a pas démenti. "L'ambiance n'est pas mauvaise. Mais quand les résultats ne sont pas là, il y a forcément des tensions. Mais elles existent toujours même quand il y a des résultats." "Ça a permis au groupe de s'exprimer, a enchaîné Steve Mandanda. Chacun a dit ce qui n'allait pas. Il n'y a plus de sous-entendu ou de non-dit aujourd'hui."

"Ça ne sauvera rien"

De là à parler de démobilisation, il n'y a qu'un pas. Que DD ne franchit pas. "Ce n'est pas pour autant qu'il y a une démobilisation. Nos discussions d'hier à l'entraînement ne sont pas négatives. Je suis convaincu qu'ils veulent tous avoir des résultats positifs. (...) Dimanche, ils doivent répondre présent. Ce n'est pas un match anonyme ou quelconque. Ça représente beaucoup pour le club et pour la ville." Néanmoins, cela ne changera rien à l'affaire. La saison de l'OM est globalement ratée. Et Deschamps en convient à demi-mot : "Ça ne sauvera rien. A part la fierté ou l’orgueil. C'est important dans notre situation. Mais une victoire ne va pas nous donner quinze points au championnat."

Ces quinze points manquants pour titiller le haut du championnat et vivre un printemps passionnant. Il n'en sera rien et l'entraîneur olympien ne semble pas se faire plus d'illusions que cela. Sent-il ses joueurs démobilisés ? "Il y a des incertitudes et des interrogations. Tout le monde a le droit de se les poser." Peuvent-ils réagir à Paris ? "Oui, ils sont capables réagir. S'il y a un match pour le faire, c'est celui-là." Et après ? Deschamps ne voit pas plus loin. L'OM navigue à vue depuis de nombreuses semaines et l’horizon n’a jamais été aussi bouché que depuis mardi.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0